Muriel Combes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Muriel Combes
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
(49 ans)
Nationalité
Principaux intérêts
Influencée par

Muriel Combes, née en 1971, enseigne la philosophie en Bretagne.

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Muriel Combes participe en 1996 à la fondation de la revue Persistances, consacrée au cinéma[1]. Elle participe également en 1998 à la fondation de la revue politique et culturelle Alice (1998-2000)[2].

Elle soutient sa thèse, La vie inséparée. Vie et sujet entre biopouvoir et politique, en 2002, sous la direction de Jacques Rancière.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages personnels
  • Simondon. Individu et collectivité. Pour une philosophie du transindividuel, Paris, PUF, coll. « Philosophies », [lire en ligne]
  • La vie inséparée. Vie et sujet au temps de la biopolitique, Dittmar, coll. « Études Simondoniennes », , 334 p.
  • Simondon, une philosophie du transindividuel, Dittmar, 2014, 207 p.
Contribution à des ouvrages collectifs
Articles
  • « Lisible / visible : enjeu d'une indistinction. À partir de Level Five de Chris Marker » (avec Bernard Aspe), Vertigo, n°17, 1998
  • « Postures de guerre » (avec Bernard Aspe), Cinémathèque, n° 17, 2000
  • « Retour sur le camp comme paradigme biopolitique » (avec Bernard Aspe), Multitudes, n°1, 2000
  • « L’acte fou » (avec Bernard Aspe), Multitudes, n°18, 2004
  • « Qui sait ? » [lire en ligne]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]