Murat Rais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Mourad Rais ou Murad Reis.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rais.
Murat Rais
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Activité
Autres informations
Grade

Mourad Raïs, Murat Rais (ou Mouard, capitaine Mourad), pirate d'Alger[1] d'origine albanaise du XVIe siècle. Il est considéré comme un des corsaire barbaresques les plus importants[2] et un des précurseurs de la piraterie salétine[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Selon Diego de Haedo, il nait d'une famille albanaise chrétienne, et est enlevé à l'âge de 12 ans par le corsaire algérien Kara Ali, qui lui donne le commandement d'une galère. Au début de sa carrière, il fait cependant naufrage en 1565 alors qu'il avait quitté de son propre chef la flotte attaquant Malte[3].

Il quitte Alger en 1585 avec trois galiotes pour lancer une expédition contre les Iles Canaries. Il fait escale à Salé, dont l'activité corsaire en est à ses débuts[1]. Il finit par atteindre Lanzarote, ce qui est un exploit de navigation avec des galiotes qui se déplacent essentiellement avec des rames[1]. Après bataille, capture 300 personnes qui n'opposent pas de résistance dont la femme et la fille du gouverneur espagnol des Canaries. Le gouvernement espagnol outré dépêche 15 galiotes sous les ordres de Don Martin Padilla. Mourad Rais se repli vers un port de la côte atlantique marocaine, probablement Mamora où il se cache pendant 1 mois. A la faveur d'une nuit de mauvais temps il déjoue la vigilance du blocus espagnol et regagne la Méditerranée[1].

Il est nommé amiral d'Alger en 1595, 10 ans après son expédition victorieuse dans les Canaries[1].

Postérité[modifier | modifier le code]

Plusieurs sous-marins de la marine turque ont été nommés "Murat Reis" (voir le Classe Oruç Reis). Une des municipalités de la ville d'Alger, autrefois capitale de la régence d'Alger (Algérie Ottomane) (1517-1830), s'appelle Bir Mourad Raïs (puits de Murat Reis) en son honneur. 

Sous le nom de Morato Arráez, il est mentionné dans plusieurs œuvres littéraires de l'âge d'or espagnol, par exemple par Miguel de Cervantes et Lope de Vega[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Roger Coindreau, Les corsaires de Salé, Eddif, (ISBN 9789981896765, lire en ligne), p. 75
  2. (en) Angus Konstam, Piracy: the complete history, Osprey Publishing, (ISBN 1-84603-240-7, lire en ligne), p. 89
  3. a et b Philip Gosse, The History of Piracy, 1934, p.40, d'après John Morgan, A complete history of Algiers. To which is prefixed, an epitome of the general history of Barbary, from the earliest times, 1731, p.557, lui-même d'après Diego de Haedo (p.173 de l'édition de Grammont
  4. (en) Ardian Muhaj, « Ottoman Corsairs in The Atlantic During the 16th Century: Murat Rais, The Albanian and The First Ottoman Expedition to The Canary Islands », Uluslararasi Piri Reis ve Türk Denizcilik Tarihi Sempozyumu, Istanbul,‎ 26–29 september 2013, p. 261-269 (lire en ligne)