Mohammed El-Senussi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Muhammad al-Sanussi)
Aller à : navigation, rechercher
Mohammed El-Senussi
(ar) محمد السنوسي
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait du prince héritier et prétendant au Trône de la famille Royale Libyenne des Al-Senussi , Mohammed El-Senussi

Titre

Prétendant au trône de Libye

Depuis le
(24 ans 7 mois et 3 jours)

Prédécesseur Hassan El-Senussi
(prince héritier)
Biographie
Dynastie Senussi
Nom de naissance Mohammed Hassan Reda El-Senussi
Naissance (54 ans)
Tripoli Drapeau de la Libye Libye
Père Hassan El-Senussi
Mère Fawzia bint Tahir
Description de cette image, également commentée ci-après

Prétendants au trône de Libye

Sidi Mohammed El-Senussi (en arabe :سيدي محمد السنوسي) également appelé Mohammed Ier[réf. nécessaire] (en arabe :سيدي محمد الأول), né le à Tripoli en Libye , est un membre de la famille royale de Libye. Il est considéré par les royalistes libyens comme l'héritier légitime du trône.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Drapeau du royaume de Libye (1951-1969).

Il est le deuxième fils d'Hassan Reda El-Senussi, prince héritier de Libye, et le petit-neveu du roi Idris Ier, roi de Libye (1951-1969) , ils sont les descendants de Sidi Mohammed Ibn Ali El-Senussi d'origine arabe Algérienne chérifienne qui est le fondateur de la dynastie arabe des Banû Al-Sanussi en Libye.

Révolution et exil[modifier | modifier le code]

Lors du coup d'État du mené par le jeune capitaine Mouammar Kadhafi, Sidi Mohammed El-Senussi voit son père, le prince héritier Hassan Reda (qui gouvernait le pays au nom du roi Idris, se trouvant alors en convalescence en Turquie), lire à la télévision l'acte d’abdication. Plus tard, il relatera de cet épisode les propos du prince Hassan : « Il m’a dit qu’il l’avait écrit un pistolet sur la tempe »[1].

Après la Révolution, le prince Hassan Reda passe deux ans en prison puis est placé en résidence surveillée avec sa femme et ses huit enfants. En 1984, des militants des comités révolutionnaires les font sortir de la maison où ils résident avant de tout brûler[1] ; le prince héritier Hassan Reda est victime d'un accident vasculaire cérébral qui le laisse paralysé. En 1988, le colonel Kadhafi autorise la famille à suivre ce dernier à Londres pour un traitement médical et Mohammed El-Senussi poursuit donc ses études au Royaume-Uni. À la mort de son père, le , il devient chef de la maison royale de Libye.

N'ayant pas de descendance à ce jour, il a pour héritier présomptif son frère cadet, le prince Khaled, né en 1965.

Révolution de 2011[modifier | modifier le code]

Pendant la révolte libyenne de 2011, le prince Mohammed envoie ses condoléances « aux héros qui ont laissé leurs vies et ont été tués par les forces brutales de Kadhafi » et invite la communauté internationale « à interrompre l'assistance au dictateur avec effet immédiat »[2].

Le , il donne une interview à la chaîne Al Jazeera dans laquelle il appelle la communauté internationale à aider à renverser Kadhafi et arrêter les massacres[3]. Il écarte l'éventualité d'une guerre civile, déclarant que « Le peuple libyen et les tribus ont prouvé qu'ils étaient unis. » Interrogé sur la forme de gouvernement que la Libye pourrait adopter et sur la possibilité de restaurer la Constitution de 1951, il explique que « De telles questions sont prématurées et seront discutées par le peuple libyen », ajoutant que la priorité était d'« arrêter de tuer des innocents ». Au sujet de son désir de retour en Libye, le prince Sidi Muhammad précise que « La famille al-Sanussi se considère au service du peuple libyen »[4].

Le prince Mohammed rentre finalement en Libye le après un exil de 23 ans[5]. Le 20 avril, il s'exprime devant le Parlement européen, appelant à plus d'assistance pour la Libye[6]. Il déclare aussi qu'il soutiendra toute forme de gouvernement que la Libye choisira après Kadhafi, y compris une monarchie constitutionnelle[7].

En marge du 25e sommet de la Ligue des États arabes qui clôture ses travaux à Koweït le , l'idée d'une restauration de la monarchie est présentée par Mohammed Abdelaziz, ministre des Affaires étrangères libyen, qui évoque des contacts avec le prince Mohammed El-Senussi[8],[9],[10].

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]