Muhammad al-Fazari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un astronome image illustrant le Moyen Âge
Cet article est une ébauche concernant un astronome et le Moyen Âge.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Abou Abdallah Muhammad ibn Ibrahim al-Fazari (mort en 796 ou en 806 est un astronome et astrologue musulman[1],[2], auteur d'une traduction en arabe de l'ouvrage indien d'astronomie Brahmasphutasiddhanta.

Il existe également un autre astronome, Ibrahim al-Fazari, que Suter (de)[1] décrit comme étant son père, ayant vécu à la même période à la cour du calife Al-Mansur. Cependant, il est tellement difficile de distinguer les œuvres de l'un de celles de l'autre que certains auteurs[3] pensent qu'il pourrait s'agir de la même personne.

Certains auteurs[4],[5],[6],[7] voient en lui un Arabe, d'autres plutôt un Persan[8],[9],[10].

Al-Fazari traduisit plusieurs ouvrages scientifiques en arabe et en persan[11]. On lui attribue la construction du premier astrolabe du monde musulman[9].

Avec Yaqub ibn Tariq et son père, il participa à la traduction en arabe du fameux traité d'astronomie de l'Indien Brahmagupta (fl. VIIe siècle), le Brahmasphutasiddhanta, sous le titre Az-Zīj ‛alā Sinī al-‛Arab[12], ou en abrégé Sindhind. Cette traduction est l'un des vecteurs possibles de la numération de position depuis le monde indien vers le monde musulman[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (de) cf. H. Suter, Die Mathematiker und Astronomen der Araber und ihre Werke, B.G. Teubner, , p. 4.
  2. (en) cf. George Sarton, Introduction to the History of Science, p. 524
  3. Carlo Alfonso Nallino, Edward Stewart Kennedy (en) et David Pingree (en) (Pingree, David. «The Fragments of the Works of Al-Fazārī.», Journal of Near Eastern Studies, vol. 29, no. 2, 1970, pp. 103–104)
  4. (en) Scott L. Montgomery, Science in Translation: movements of knowledge through cultures and time, p. 81.
  5. (en) Abramovich, Boris et al., History of Civilizations of Central Asia, p. 177-178.
  6. (en) cf. David Pingree, « The Fragments of the Works of Al-Fazari », Journal of Near Eastern Studies, vol. 29, no 2,‎ , p. 103-123.
  7. Cf.Yaqut al-Hamawi, « Irshad al-Arib Fi Ma'rifat al-Adib », E. J. W. Gibb Mem. Ser., Londres, D. S. Margoliouth, vol. 6. 2e éd.,‎ .
  8. (en) cf. Ralph Westwood Moore, Michael Huxley, The Root of Europe: studies in the diffusion of Greek culture,
  9. a et b Cf. Richard Nelson Frye, The Golden Age of Persia, Phoenix Press, (réimpr. 2000), 304 p., p. 163.
  10. (en) cf. Ervin Lewis, Mildred Bain, From Freedom to Freedom: African roots in American soils : selected readings.
  11. (en) M.D. Zafar, Glimpses of Islamic History and Culture, 1987, p. 331
  12. D'après (en) E. S. Kennedy, « A Survey of Islamic Astronomical Tables », Transactions of the American Philosophical Society, New Series, Philadelphie, vol. 46, no 2,‎ , p. 2, 7, 12 (zijes no. 2, 28, 71).
  13. (en) cf. David Eugene Smith, L. C. Karpinski, The Hindu-Arabic Numerals, Boston, , p. 92.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir également[modifier | modifier le code]