Mohamed Basindawa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Muhammad Basindawa)
Aller à : navigation, rechercher
Mohamed Basindawa
محمد باسندوة
Muhammad Basindawa en 2013.
Muhammad Basindawa en 2013.
Fonctions
Premier ministre du Yémen

(2 ans, 9 mois et 14 jours)
Président Ali Abdallah Saleh
Abdrabbo Mansour Hadi
Vice-président Abdrabbo Mansour Hadi[N 1]
Gouvernement Basindawa
Prédécesseur Ali Mohammed Moujawar
Successeur Abdallah Mohsen al-Akwa (intérim)
Khaled Bahah
Ministre yéménite des Affaires étrangères

(moins d’un an)
Président Ali Abdallah Saleh (président du Conseil présidentiel)
Premier ministre Haider Aboubaker al-Attas
Mohammed Saïd al-Attar (intérim)
Prédécesseur Abdel Karim al-Iryani
Successeur Abdel Karim al-Iryani
Biographie
Nom de naissance Mohamed Salem Basindawa
Date de naissance (82 ans)
Lieu de naissance Aden
(Colonie d'Aden)
Nationalité yéménite
Parti politique Congrès général du peuple (jusqu'aux années 2000)
Indépendant (depuis les années 2000)

Mohamed Basindawa
Premiers ministres du Yémen

Mohamed Salem Basindawa (en arabe : محمد سالم باسندوة), né le à Aden, est un homme d'État yéménite, Premier ministre de 2011 à 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Aden, Basindawa a servi comme ministre des Affaires étrangères de 1993 à 1994[1].

Il a été membre du parti au pouvoir au Yémen, mais a cessé dans les années 2000 pour rejoindre l'opposition au président Ali Abdullah Saleh et de quitter le parti au pouvoir[1].

En 2011, durant la révolution yéménite, il est à la tête du Conseil national, coalition politique d'opposition[2].

Le , il échappe à une tentative d'assassinat[3].

Le , après des mois de troubles, Basindawa a été désigné par l'opposition yéménite pour diriger le premier gouvernement après l'éviction du président Saleh[4]. Le 27 novembre, il a été nommé Premier ministre par le vice-président et président par intérim Abdrabbo Mansour Hadi[5], après avoir été désigné candidat de l'opposition pour ce poste[6]. Il doit alors former un gouvernement paritaire entre le régime de Saleh et l'opposition[6]. Le gouvernement, composé de trente-quatre membres, est formé le 7 décembre suivant[7]. Il prend ses fonctions le 10 décembre[8].

Le , après la prise de Sanaa par les Houthis, il démissionne, en signe de protestation envers le président Hadi, qu'il accuse de « monopoliser le pouvoir »[9]. Abdallah Mohsen al-Akwa lui succède par intérim, en attendant la formation du gouvernement de Khaled Bahah.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En effet, Basindawa a été nommé par un décret du vice-président Hadi, et non pas par le président Saleh.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Vers une sortie de crise au Yémen? », sur Le Devoir (consulté le 11 juillet 2017)
  2. « Le Yémen se dote d'un gouvernement d'entente dirigé par l'opposition », sur Le Parisien, (consulté le 11 juillet 2017)
  3. « Le Premier ministre échappe à un attentat », sur tdg.ch/ (consulté le 1er août 2017)
  4. « Yémen : le chef de la coalition désigné », sur Europe 1 (consulté le 11 juillet 2017)
  5. « Yemen opposition leader Mohammed Basindwa named prime minister - BBC News », sur BBC News (consulté le 14 janvier 2016)
  6. a et b « Le chef de l'opposition yéménite chargé de former un gouvernement », sur Franceinfo (consulté le 11 juillet 2017)
  7. « Un nouveau gouvernement pour le Yémen », sur Le Monde, (consulté le 11 juillet 2017)
  8. PTI, « Yemen's national unity government sworn in », sur dna (consulté le 11 juillet 2017)
  9. « Yémen: le premier ministre démissionne, les rebelles investissent le siège du gouvernement », sur Le Figaro (consulté le 11 juillet 2017)