Muggsy Spanier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spanier.
Muggsy Spanier
Muggsy Spanier Nick's New York 1946-.jpg

Muggsy Spanier, circa 1946

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
SausalitoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Instrument
Genre artistique

Muggsy Spanier, de son vrai nom Francis Joseph Julian Spanier, est un cornettiste de jazz américain, né le 9 novembre 1901 ou 1906, selon les sources, à Chicago et mort le 12 février 1967 à Sausalito (Californie).

Muggsy Spanier est un musicien représentatif du « Chicago Jazz » des années 1920, mais aussi une des figure de proue du « dixieland revival ». Surtout spécialiste du cornet à pistons, Muggsy Spanier a aussi enregistré à la trompette.

Biographie[modifier | modifier le code]

Muggsy Spanier commence à apprendre le cornet à pistons à l’âge de 13 ans. Il commence sa carrière professionnelle dans l’orchestre d’Elmer Schoebel avec lequel il participe à sa première séance d’enregistrement en 1924. Il est au début des années 1920, un des cornettistes les plus représentatifs du « Style Chicago » et participe à ce titre a de nombreux enregistrements comme sideman dans différentes formations. En 1929, il rejoint l’orchestre du clarinettiste Ted Lewis. Il reste pendant 7 ans dans cette formation, aujourd’hui plutôt décriée, mais qui est à l’époque très populaire. De 1936 à 1938, on retrouve Spanier dans l’orchestre de Ben Pollack. De sérieux problèmes de santé l’obligent à être hospitalisé durant 3 mois.

Rétabli, il forme sa propre formation composée de 8 musiciens, le « Muggsy Spanier and his Ragtime Band » qui contrairement à son nom laisse croire ne joue pas du ragtime mais du dixieland). Il enregistre avec cet orchestre pour le label « Bluebird ». Les faces enregistrées, reprenant l’esthétique du jazz des années 1910-1920, anticipent de deux ans ce qui sera l’essence mouvement du « dixieland revival ».

Spanier joue ensuite un temps dans l’orchestre de Bob Crosby, dirige un éphémère big band, mais surtout participe comme « sideman » ou leader à de nombreux disques de dixieland à New York, puis en Californie. De 1957 à 1959, il codirige à San Francisco une formation avec le pianiste Earl Hines. Il continue une carrière de musicien « free lance » jusqu’à sa retraite en 1964.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Muggsy Spanier : The Lonesome Road : A Biography and Discography / by Bert Whyatt. Jazzology Press, 1995. (ISBN 0963889028)

Liens externes[modifier | modifier le code]