Mudaison

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mudaison
Mudaison
La mairie de Mudaison
Blason de Mudaison
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Intercommunalité Communauté d'agglomération du pays de l'Or
Maire
Mandat
Philippe Py-Clement
2020-2026
Code postal 34130
Code commune 34176
Démographie
Gentilé Mudaisonnais
Population
municipale
2 624 hab. (2018 en augmentation de 3,31 % par rapport à 2013)
Densité 324 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 38′ 50″ nord, 4° 02′ 24″ est
Altitude Min. 4 m
Max. 21 m
Superficie 8,10 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Mudaison
(ville isolée)
Aire d'attraction Montpellier
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Mauguio
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Mudaison
Géolocalisation sur la carte : Hérault
Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Mudaison
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mudaison
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mudaison

Mudaison est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Mudaison se situe dans la plaine du bas Languedoc et au cœur de la Petite Camargue, entre l'étang de l'Or (au sud) et les Cévennes (au nord). Elle se trouve 12 km à l'est de Montpellier et fait partie de la communauté d'agglomération du pays de l'Or.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Mudaison est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Mudaison, une unité urbaine monocommunale[4] de 2 593 habitants en 2017, constituant une ville isolée[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montpellier, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 161 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (91,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (54,7 %), cultures permanentes (32,7 %), zones urbanisées (12,6 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Mudaison dérive probablement du mot latin mutatio, qui signifie relais de poste. Il semble cependant que l'appellation de loco de Mutationibus date du Moyen Age, et non de l'Antiquité romaine[10]. Au début du XIIe siècle, un acte mentionne le village sous les noms de Mudazon et Mutationibus[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les travaux de la ligne à grande vitesse du contournement de Nîmes et Montpellier dans les années 2010 ont permis plusieurs fouilles archéologiques. L'un des sites, nommé « Pascale et Bérange », situé entre Mudaison et Saint-Brès, a permis de découvrir des vestiges d'une occupation humaine au Néolithique final (entre 2800 et 2400 avant notre ère). À cette époque, les populations humaines vivaient d'agriculture et d'élevage ; les fouilles ont mis en évidence un réseau de fossés profond, peut-être à usage défensif autour d'un village. Des vestiges de constructions associant terre et bois ont été découverts, ainsi que des éléments de murs de pierre, et plusieurs fragments d'outils et ustensiles ; une aire d'ensilage (stockage d'aliments, notamment de type céréales, dans des silos creusés dans le sol) était à proximité des habitations. Des éléments datant d'époques ultérieures ont également été trouvés[11].

Des fouilles archéologiques menées près de l'église actuelle du village (située dans le centre ancien) ont montré la présence d'un habitat au chalcolithique[10], une période de la protohistoire liée à la transition entre le Néolithique et l'âge du bronze. Celui-ci était ceinturé par un fossé ; l'architecture de l'habitat relevait de l'architecture de terre, et des éléments de céramique ont été retrouvés[10].

Des éléments datant de l'Antiquité ont été localisés aux abords du village : une annexe agraire du Ier siècle, et une autre du IVe siècle[10]. Cependant, aucun élément ne témoigne d'une occupation du site (centre village) durant la période gallo-romaine[10].

Lors de fouilles archéologiques, des traces de mobilier du haut Moyen Age ont été retrouvées dans le sol près du centre village actuel ; des traces de l'installation aux IXe et Xe siècles sont bien présentes (silos, céramiques peintes carolingiennes). Au nord du village, d'autres éléments témoignent d'une occupation humaine en date du Xe siècle. Des textes mentionnent la localité en 1099. Il a longtemps été considéré comme une mutatio, c'est-à-dire un relais sur une voie de circulation antique, bien que les itinéraires de l'Antiquité aient été situés plus au sud. Durant le Moyen Age, un mur d'enceinte (enceinte carrée), de construction postérieure à l'église romane, a clôturé le village ; des éléments de fondation et des parties de mur d'une épaisseur d'un peu plus d'un mètre incorporées à certaines habitations actuelles ont été identifiées. L'angle nord-est de cette enceinte était constitué par l'église Saint-Assiscle. Le bâti civil intérieur à l'enceinte ne conserve pas d'élément témoignant de l'architecture médiévale du site. L'ancien presbytère situé rue de la Halle, inscrit sur la liste des monuments historiques[12], comporte les éléments les plus anciens parmi ce bâti, estimés dater environ des XVIe et XVIIe siècle. Quelques éléments de style Renaissance se trouvent également dans le village[10].

L'église a été reconstruite et fortement remaniée dans les années 1770, adoptant alors un style baroque, bien qu'elle comporte encore actuellement des parties d'appareil de style roman (Moyen Age)[10].

La plupart des façades des bâtiments du centre village présente des aspects typiques du XIXe siècle, avec cependant quelques éléments décoratifs du XVIIIe siècle. Des fouilles archéologiques ont permis de mettre au jour les vestiges de l'ancien cimetière paroissial, déplacé au XIXe siècle, et qui était auparavant situé à l'ouest et au sud de l'église[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1976 1999 Maxime Evdokimoff PS  
1999 2014 Bernard Martin PS  
30 mars 2014 12 juin 2014 Cyril Rouquette PS Retraité Fonction publique
20 juin 2014 2020 Michel Roux[13]   Ancien employé de mairie
2020 2020 Philippe Py-Clement    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15].

En 2018, la commune comptait 2 624 habitants[Note 3], en augmentation de 3,31 % par rapport à 2013 (Hérault : +6,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
430351361454530520602627617
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
618606632679649522560599657
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
691705666818742767687603599
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
6357017411 2681 8452 2622 4522 4792 506
2013 2018 - - - - - - -
2 5402 624-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Lavoir public : carte postale (1ère moitié du XXe siècle).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Mudaison Blason
De gueules au chef losangé d'or et de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

L'Homme de la nuit, grand (1954), sculpture de Germaine Richier, musée Kröller-Müller, Otterlo (Pays-Bas).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Camille Reboul, Monographie de la commune de Mudaison et de son Domaine "La Petite Motte », Montpellier, Impr. L'Abeille, , 24 p.
  • Sylviane Rigobert et Nicole Gébelin, Mudaison : de ses origines à nos jours, Mudaison, Ville de Mudaison, , 115 p.

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Mudaison », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 27 mars 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 avril 2021)
  10. a b c d e f g h i et j Claude Raynaud, « Mudaison », ADLFI. Archéologie de la France - Informations. une revue Gallia,‎ (ISSN 2114-0502, DOI 10.4000/adlfi.11597, lire en ligne, consulté le 24 mai 2017).
  11. « Actualité | Journée portes ouvertes samedi 5 octobre 2013 : Mudaison - Saint-Brès (Hérault) au temps de la Préhistoire », Inrap,‎ (lire en ligne, consulté le 24 mai 2017).
  12. « Secteurs sauvegardés Bienvenue sur le site de la Mairie de Mudaison, Hérault », sur www.mudaison.fr (consulté le 24 mai 2017).
  13. MIDI LIBRE, « Mudaison : Michel Roux a été élu maire », Midi libre,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2020).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.