M'Siri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Msiri)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Portrait de Msiri dans un ouvrage de 1886.

Ngelengwa M'Siri Shitambi Mwenda I, aussi appelé Msiri, né en 1830[1], était roi du Garenganze (actuel Katanga) de la tribu des Wanyamwezi avant l'arrivée des européens dans la région. Son royaume, dont l'apogée fut l'époque 1870-1886, qu'il dirigeait par la terreur et le sang [2], s'étendait sur « un territoire aussi étendu que la Grande-Bretagne »[3]. M'siri s'était enrichi dans le commerce de l'ivoire, du [cuivre] [4].

Le roi du Katanga[modifier | modifier le code]

Sud de l'Afrique centrale en 1890 montrant la position centrée du royaume de Msiri’s Yeke et les principales routes commerciales. Le commerce de la côte Est était contrôlé par le Sultan de Zanzibar.
-En jaune : Territoires des principaux alliés de Msiri’s.
-En orange : Aires approximatives occupées par les puissances européennes (ni leurs sphères d'influences ni les frontières ne sont indiquées). Les aires d'influence d'autres tribus sont omises, idem pour celles de la France et de l'Allemagne.

D'après une lettre de 1891 qu'il adressa via Paul Le Marinel au Gouverneur de l'Etat indépendant du Congo son empire s'étendait à cette époque "du pays de Luba au nord, jusqu'à la rivière Zambèze au sud et du Lunda à l'ouest jusqu'au lacs Tanganika et Nyassa à l'est."[5] Sa résidence, Bunkeïa (ou Bunkeya), située à 160 kilomètres au nord de Lubumbashi (ancienne Elisabethville) était — avant l'arrivée des européens au Katanga — un centre d'affaires grouillant d'activité, renommé dans toute l'Afrique. M'siri avait sous ses ordres une armée de 10.000 guerriers, dont 3000 possédaient des mousquets [6]. M'Siri fut abattu par le capitaine Omer Bodson, un officier belge le 20 décembre 1891, venu le chercher manu militari comme le lui avait commandé William Grant Stairs, capitaine anglais mandaté par l'État indépendant du Congo venu soumettre le roi du Garenganze au drapeau du nouvel État[7].

Expédition de Stairs. (1891). Les hommes avec fusils de chasse et de guerre sont des askaris, les autres sont des porteurs, l'homme en veste est probablement un nyampara (surveillant ou chef). De petits bateaux (Au fond à gauche) ont été apportés pour traverser les fleuves. Des balles de tissu servent aux échanges contre de la nourriture et pour obtenir la permission de traverser les territoires des chefs.
L'interprète et les espions de M'Siri : Alors que l'interprète de Msiri était dans le camp fortifié (palissades) de l'expédition de Stairs à Bunkeya, lors d’une pause dans les négociations, un groupe de musiciens est venu dans le camp avec un message de M’siri. Ils ont joué et par leur tam-tam ont transmis des informations au camp de M’Siri sur les défenses du camp, le nombre d’hommes et leur déploiement

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Léon Matangila Musadila, Pour une démocratie au Congo-Kinshasa, ed L'Harmattan, page 45
  2. René J. Cornet, Katanga, Ed. L. Cuypers
  3. René J. Cornet, Katanga, ed. L. Cuypers, page 33
  4. ce petit résumé sur le site Congoforum
  5. René J. Cornet, Katanga, ed. L. Cuypers, page 151
  6. Cornet, Op. cité, page 35-36
  7. René J. Cornet, Katanga, Ed. L. Cuypers, page 191 et suivantes

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]