Mrs. Ples

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mrs Ples
Archéologues sur le site de Sterkfontein, où Mrs. Ples a été trouvée

Mrs. Ples (ou « Mme Ples » en français) est le surnom donné à un crâne fossile de l'espèce Australopithecus africanus, découvert en 1947 en Afrique du Sud par les paléoanthropologues Robert Broom et John T. Robinson (en). Répertorié sous la cote STS-5, il s'agit du crâne le plus complet de son espèce découvert à ce jour en Afrique du Sud.

Découverte[modifier | modifier le code]

Mrs. Ples fut découverte le 18 avril 1947 par Robert Broom et John T. Robinson sur le site de Sterkfontein, l'un des sites du « Berceau de l'humanité », à environ 70 kilomètres au sud-ouest de Pretoria. De nombreux autres spécimens de la même espèce ont été découverts dans cette région.

Certains spécialistes estiment que le squelette partiel STS 14 (en), découvert sur le même site la même année et à proximité de Mrs. Ples, pourrait appartenir au même individu. Si cela se confirmait, Mrs. Ples deviendrait un des rares fossiles d'hominines dotés à la fois de son crâne et de restes post-crâniens significatifs.

Surnom[modifier | modifier le code]

Au moment de la découverte du crâne, Robert Broom lui attribue le nom scientifique Plesianthropus transvaalensis. De jeunes collègues de travail l'ont par la suite abrégé en « Mrs. Ples ». Néanmoins, le sexe du spécimen n'est pas connu avec certitude, et Mrs. Ples pourrait tout aussi bien être Mr. Ples (M. Ples). Qui plus est, l'analyse aux rayons X des racines de ses dents laissent à penser que le spécimen n'était pas un adulte, si bien que des appellations comme Miss Ples (Mlle Ples) ou Master (en) Ples seraient également envisageables.

Description[modifier | modifier le code]

Mrs. Ples présente une capacité crânienne d'environ 485 cm3, ce qui se situe en haut de la fourchette du genre Australopithèque[1].

Datation[modifier | modifier le code]

Le fossile a été daté en 2011 d'environ 2,05 millions d'années selon les techniques de datation par paléomagnétisme et par uranium-plomb[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Charles A. Lockwood et William H. Kimbel, « Endocranial Capacity of Early Hominids », Science, vol. 283, no 5398,‎ , p. 9 (résumé)
  2. (en) A. I. R. Herries et J. Shaw, « Palaeomagnetic analysis of the Sterkfontein palaeocave deposits ; age implications for the hominin fossils and stone tool industries », J. Human Evolution, vol. 60,‎ , p. 523-539 (résumé)

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Mrs. Ples » (voir la liste des auteurs).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) A. I. R. Herries et J. Shaw, « Palaeomagnetic analysis of the Sterkfontein palaeocave deposits; age implications for the hominin fossils and stone tool industries. », J. Human Evolution, vol. 60,‎ , p. 523-539 (résumé)
  • (en) A. I. R. Herries, P. Hopley, J. Adams, D. Curnoe et M. Maslin, « Geochronology and palaeoenvironments of the South African early hominin bearing sites: a reply to ‘Wrangham et al., 2009: Shallow-Water Habitats as Sources of Fallback Foods for Hominins’ », Am. J. Phys. Anthro, vol. 143,‎ , p. 640–646
  • (en) Ian Tattersall et Jeffery Schwartz, Extinct Humans, Westview Press, Boulder CO, , 65–66 p. (ISBN 0-8133-3482-9)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]