Mr. Dooley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mr. Dooley
Dessin du barman fictif M. Dooley et de son client Hennessy.
Dessin du barman fictif M. Dooley et de son client Hennessy.

Nom original Martin J. Dooley
Origine Comté de Roscommon - Irlande
Sexe homme
Activité Barman

Créé par Finley Peter Dunne
Première apparition 7 octobre 1893
Dernière apparition 3 juillet 1926

M. Dooley (ou Martin J. Dooley) est un barman immigré irlandais fictif créé par le journaliste et humoriste américain Finley Peter Dunne. Dooley a fait l'objet de nombreuses chroniques de Dunne entre 1893 et 1915, puis à nouveau en 1924 et 1926. Les créations de Dunne contiennent les commentaires du barman sur divers sujets, souvent des affaires nationales ou internationales. Ils deviennent extrêmement populaires pendant la guerre hispano-américaine de 1898 et le restent par la suite. Ils sont rassemblés dans plusieurs livres. Les compositions se présentent sous la forme de conversations en dialecte irlandais entre M. Dooley, qui, dans les chroniques, est propriétaire d'une taverne dans le quartier de Bridgeport à Chicago, et l'un des clients du bar fictif, plus tard, généralement Malachi Hennessy, la majeure partie de la chronique étant un monologue de Dooley. Les articles ne sont pas très connus, mais ils sont à l'origine de dictons durables tels que « la Cour suprême suit les résultats des élections ».

M. Dooley est inventé par Dunne pour remplacer un personnage similaire dont l'analogue, dans la vie réelle, s'était opposé. En faisant parler le barman bavard en dialecte et en le faisant vivre dans un quartier défavorisé de Chicago, Dunne obtient une liberté d'expression qu'il n'a pas souvent dans l'anglais standard. Les quatre premières années de la chronique hebdomadaire rendent M. Dooley populaire à Chicago, mais peu remarqué ailleurs. Dunne est un journaliste en pleine ascension et ses articles paraissent principalement dans le journal de Chicago pour lequel il travaille. Pendant cette période, Dunne détaille la vie quotidienne de Bridgeport à travers les mots de Dooley, dressant un portrait de la vie urbaine ethnique sans équivalent dans la littérature américaine du XIXe siècle.

Le barman de Dunne attire l'attention du public grâce à ses chroniques de guerre et les articles de Dooley sont rapidement publiés dans les journaux du pays. Tant les chroniques que les livres qui les rassemblent sont acclamés au niveau national. À partir de 1905, Dunne a de plus en plus de mal à trouver le temps et l'inspiration pour de nouvelles chroniques et celles-ci prennent fin en 1915, à l'exception d'une brève résurrection au milieu des années 1920. Même à l'époque de Dunne, mort en 1936, son œuvre devient obscure, en partie à cause de son utilisation du dialecte et les orthographes inhabituelles qu'elle exige constituent un obstacle durable pour les lecteurs potentiels.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Peter Dunne est né le à Chicago. Fils d'immigrants irlandais[1], il ajoute, à ses vingt ans, le prénom Finley, qui est le nom de famille de sa mère à la naissance. Garçon précoce, il réussit bien à l'école primaire mais termine dernier de sa classe de 50 élèves au lycée, peut-être à cause de la mort de sa mère, et est envoyé au travail vers l'âge de 17 ans, en 1884. Dunne obtient un emploi subalterne au Chicago Tribune, où ses supérieurs remarquent rapidement son sens de la rue et le nomment reporter de police. Au cours des années suivantes, Dunne travaille pour plusieurs journaux de Chicago, gagnant en salaire et en responsabilités, et en 1888, à l'âge de 21 ans, il est rédacteur en chef de la ville et rédacteur politique pour le Chicago Times[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fanning 1978.
  2. Schaaf 1977, p. 12–14.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Edward J. Bander, Mr. Dooley & Mr. Dunne : The Literary Life of a Chicago Catholic, Charlottesville, The Michie Company, , 346 p. (ISBN 978-0-8721-5329-5, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • (en) James De Muth, Small Town Chicago : The Comic Perspective of Finley Peter Dunne, George Ade, Ring Lardner, Port Washington, Kenikat Press, , 136 p. (ISBN 978-0-8046-9252-6, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.

- (en) James De Muth, « Hard Times In The Sixth Ward: Mr. Dooley on the Depression of the 1890s », Studies in American Humor, vol. 3, no New Series 2,‎ , p. 123-137 (lire en ligne, consulté le ).

  • (en) Finley P. Dunne, Mr. Dooley in Peace and in War, Urbana, University of Illinois Press, (ISBN 978-0-252-06040-3, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • (en) Grace Eckley, Finley Peter Dunne, Boston, Twayne Publishing (ISBN 978-0-8057-7295-1). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • (en) Elmer Ellis, Mr. Dooley's America : A Life of Finley Peter Dunne, Hamden, Archon Books, , 358 p. (ISBN 978-0-208-00734-6, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • (en) Charles Fanning, Finley Peter Dunne and Mr. Dooley, Lexington, University Press of Kentucky, , 176 p. (ISBN 978-0-8131-1365-4, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • (en) J. C. Furnas, « The True American Sage », The American Scholar, vol. 60, no 4,‎ , p. 570-574 (JSTOR 41211953, lire en ligne, consulté le ). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • Kalman Goldstein, « Finley Peter Dunne », dans Stephen H. Gale, Encyclopedia of American Humorists, New York, Garland, (ISBN 978-0-8240-8644-2), p. 140-144.
  • (en) John M.Harrison, « Finley Peter Dunne and the Progressive Movement », Journalism & Mass Communication Quarterly, vol. 44, no 3,‎ , p. 475-481 (DOI 10.1177/107769906704400308, lire en ligne, consulté le ). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • (en) Chase Madar, « Dooley Noted: Listen to Finley Peter Dunne's Sagacious Irishman », The American Conservative,‎ , p. 7-9. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • (en) Max Morath, « Translating Mister Dooley : A New Examination of the Journalism of Finley Peter Dunne », The Journal of American Culture, vol. 27, no 2,‎ , p. 147-156 (DOI 10.1111/j.1537-4726.2004.00125.x, lire en ligne, consulté le ). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • (en) John O. Rees, « A Reading of Mr. Dooley », Studies in American Humor, vol. New Series 2, no 7,‎ , p. 5-31 (JSTOR 42573288, lire en ligne, consulté le ). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • (en) Barbara C. Schaaf, Mr.Dooley's Chicago, Garden City, Anchor Press, , 426 p. (ISBN 978-0-385-02023-7, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]