Mozart et Salieri (pièce de théâtre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mozart et Salieri est une courte pièce de théâtre en un acte de quatre scènes d’Alexandre Pouchkine parue en 1830. Le thème est la jalousie puis l’empoisonnement de Wolfgang Amadeus Mozart par Antonio Salieri.

Résumé[modifier | modifier le code]

Scène 1

Monologue de Salieri expliquant qu’enfant, touché par une musique, il décide de se consacrer à l’art, le travail qu’il a fourni pour apprendre la technique de la musique, puis les premières créations, la gloire méritée, maintenant la jalousie envers « D’un viveur, d’un oisif… ô Mozart ».

Scène 2

Arrive Mozart avec un aveugle, il lui fait jouer un air de Don Giovanni, Salieri chasse l’aveugle mais retient Mozart, qui il lui présente « deux, trois idées, le fruit d’une insomnie ».

Salieri lit la musique « Quelle harmonie et quelle profondeur ! C’est hardi, c’est d’un Dieu » et invite Mozart à déjeuner.

Scène 3

Monologue de Salieri : il envisage d’empoisonner Mozart[1].

Scène 4

Mozart et Salieri sont à table, Mozart lui fait part d’une chose étrange, une personne masquée et vêtue de noir lui a commandé un requiem, Salieri verse du poison dans le verre de Mozart, qui le boit, Mozart quitte la table, il a un malaise.

Extraits[modifier | modifier le code]

  • Salieri à Mozart : « Tu n’es pas digne, non, d’être toi. Dieu suprême ! »
  • Salieri seul : « Et pourquoi vivrait-il ?... Et s’il vit, si jamais il atteignait encore à de nouveaux sommets, l’art n’y gagnerait point. Non ! Si Mozart succombe, l’art qu’il plaça si haut, il l’emporte à la tombe… »

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Mozart
  • Salieri

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mozart et Salieri, traduction par Sophie Engelhardt, p. 83

Édition française[modifier | modifier le code]

  • Mozart et Salieri, traduit par Sophie Engelhardt, éditions Berger-Levrault et Cie, Nancy, 1875.