Moyens nautiques et aériens des garde-côtes de la douane française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les moyens nautiques et aériens des garde-côtes de la douane française sont l'ensemble des véhicules utilisés par la Garde-Côtes des douanes françaises pour effectuer son travail.

De nos jours, les navires garde-côtes arborent officiellement, sur leur coque les bandes nationales distinctives de l'Action de l'État en mer (AEM : missions de service public), en mâture, le guidon des douanes listé dans l'album des pavillons en vigueur[1].

Organigramme[modifier | modifier le code]

[Quand ?] Pour la métropole et la région Antilles-Guyane, il existe 4 directions régionales garde-côtes (DRGC), chacune avec un bureau aéronaval (BAN) chargé de l'organisation et de la conduite des opérations aéronavales douanières en coordination avec les préfectures maritimes. Ces 4 directions régionales garde-côtes sont rattachées chacune à une Direction inter-régionale des douanes permettant un complémentarité zonale entre les moyens maritimes et terrestres. À noter, depuis 2009, est nommé, directement auprès du Directeur général de la Douane, un coordonnateur maritime et aérien.

Garde-côtes de Manche-Mer du Nord[modifier | modifier le code]

Jacques Oudart Fourmentin (DF P1)
Patrouilleur Vent d'Aval DF37.

Bureau aéronaval de Rouen avec :

  • 3 brigades garde-côtes (BGC)
  • 1 brigade de surveillance aéro-maritime (BSAM) au Havre (3 hélicoptères biturbines EC135 FLIR Ultra Force II)

Patrouilleur garde-côtes :

Vedettes garde-côtes :

Vedette de surveillance rapprochée :

  • DF62 Le Pléville le Pelley, port d'attache : Granville

Garde-côtes de Nantes[modifier | modifier le code]

Bureau aéronaval de Nantes avec :

Patrouilleur garde-côtes :

Le Kan An Avel au port de Lorient

Vedettes garde-côtes :

Vedettes de surveillance rapprochée :

Groupe école de l'E.N.B.D.

Garde-côtes de Méditerranée[modifier | modifier le code]

Vedette des douanes DF 49 Orsuro.

Bureau aéronaval de Marseille avec :

  • 8 brigades garde-côtes
  • 1 brigade de surveillance aéro-maritime à la base d'aviation d'Hyères (1 avion biturbine F406 Polmar III, 3 avions biturbines F406 Surmar, 2 hélicoptères biturbines EC135 FLIR Ultra Force II).

Patrouilleur garde-côtes :

Vedettes garde-côtes :

  • DF30 Marinada, port d'attache : Port-Vendres
  • DF16 Cers, port d'attache : Agde
  • DF47 Lissero, port d'attache : Marseille
  • DF33 Levante, port d'attache : Nice
  • DF25 Libecciu, port d'attache : Bastia
  • DF14 Muntese, port d'attache : Ajaccio

Vedettes de surveillance rapprochée :

Garde-côtes des Antilles-Guyane[modifier | modifier le code]

Bureau aéronaval de Fort-de-France avec

  • 4 brigades garde-côtes
  • 1 brigade de surveillance aéro-maritime au Lamentin en Martinique (2 avions biturbines F406 Surmar)

Vedettes garde-côtes :

Vedettes de surveillance rapprochée de Martinique :

  • DF291 Tarpon, port d'attache : Fort-de-France
  • DF292 Macouba, port d'attache : Le Marin

Vedettes de surveillance rapprochée de Guadeloupe:

  • DF294 Ptherois , port d'attache : Basse-Terre
  • DF293 Lapwent, port d'attache : Point-à-Pitre

Direction régionale des douanes de Polynésie française[modifier | modifier le code]

Une brigade de surveillance maritime

Patrouilleur garde-côtes :

  • DF48 Arafenua, port d'attache : Papeete. Echoué le 31 mai 2014 sur le récif de l'atoll de Tikéi, à 582 km au nord-est de Tahiti, a été déclaré irrécupérable.

Équipement majeur[modifier | modifier le code]

L'avion Reims-Cessna F406 Polmar III dispose d'un radar à balayage latéral, d'un scanneur infra-rouge et ultra-violet, d'une caméra à bas niveau de lumière, d'une liaison satellite et d'un système de gestion de mission : détection de jour comme de nuit des pollutions marines.

L'avion F406 Surmar dispose d'un radar de surveillance à 360° en position ventrale, d'une tourelle FLIR de 12” à 16” sous la pointe avant, d'une liaison satellite, d'un système de gestion de mission, d'une trappe de largage à l’arrière de la cabine, d'un Multi Direction Finder et d'une chaîne SAR (Search And Rescue) largable.

L'hélicoptère EC135 est équipé d'une système FLIR Ultra Force II (Forward Looking Infra Red).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pavillons et marques distinctives des États et des principales organisations internationales, catalogue international des pavillons : recueil 010-ZOA du Service hydrographique et océanographique de la Marine
  2. http://www.reims-aviation-industries.fr/data/index.php?index=1&page=1&setLangue=fr
  3. Vincent Groizeleau, « Douane : Le Jean-François Deniau a réalisé deux mois de patrouille en mer Egée », Mer et Marine, 22 janvier 2019.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :