Mouvement social – Flamme tricolore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mouvement social – Flamme tricolore
(it) Movimento Sociale - Fiamma Tricolore
Présentation
Secrétaire national Attilio Carelli
Fondation
Siège Via Roccaporena, 51
Rome
Président Francesco Condorelli
Président honoraire Alessandro Bordoni
Positionnement Extrême droite[1]
Idéologie Néofascisme[1]
Ultranationalisme
Troisième position
Droite sociale
Affiliation nationale L'Italie aux Italiens (en)
Affiliation européenne Alliance européenne des mouvements nationaux
Adhérents 5 000 (2005)
Site web fiammatricolore.com

Le Mouvement social – Flamme tricolore (en italien : Movimento Sociale Fiamma Tricolore, abrégé en MSFT) est un parti politique italien d'extrême droite fondé par Pino Rauti en 1995.

Son secrétaire était Luca Romagnoli jusqu'en 2013, date à laquelle il est exclu du mouvement.

Histoire[modifier | modifier le code]

Affiche incitant à adhérer à Fiamma Tricolore, à Rome.

Il regroupe depuis sa fondation en 1995 d'anciens néo-fascistes du Mouvement social italien – Droite nationale (MSI) qui ont refusé le tournant de Fiuggi qui a abouti à la création de l'Alliance nationale, considérant les idées de cette dernière comme n'étant plus assez « radicales ».

Depuis les élections législatives de 2001 où il recueille 0,3 % des voix, le parti est membre de la coalition de droite la Maison des libertés, ce qui a déclenché une polémique.

Lors des élections européennes de 2004, MSFT a obtenu 0,7 % des suffrages et un seul député européen, en profitant de la règle du « plus fort reste », lors d'un scrutin à la proportionnelle intégrale. Luca Romagnoli a été élu avec seulement 2 641 voix de préférences dans la circonscription méridionale (78e sur 78).

Pour les élections régionales de 2005, il était allié avec d'autres petits groupes d'extrême droite, dans la coalition électorale Alternative sociale d'Alessandra Mussolini.

Pour les élections législatives de 2008, il est allié avec le nouveau parti La Droite de Francesco Storace. L'alliance obtient 2,43 % des voix.

Lors des élections législatives de 2013, il se présente seul et obtient à la Chambre 44 744 voix (0,13 %) tandis qu'au Sénat 52 105 voix (0,17 %).

Après avoir rejoint le Mouvement pour l'Alliance nationale, le Secrétaire national du parti Luca Romagnoli a été remplacé par Attilio Carelli.

À l'occasion des élections générales italiennes de 2018, le mouvement s'associe à Forza Nuova dans le cadre d'une coalition appelée L'Italie aux Italiens (en) comprenant aussi le Movimento Italia Sociale de Vicence et les Fasci italiani del Lavoro[2]. L'alliance obtient 126 199 voix (0,38 %) à la Chambre et 149 694 (0,49 %) pour le Sénat.

Idéologie[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (juillet 2019). Découvrez comment la « wikifier ».

"Le Mouvement Social - Flamme Tricolore est une organisation politique, un concept spirituel, il a la garantie de la qualité et de l’intérêt du peuple italien, de la continuité de la formation et de la tradition dans les années futures. Une missione occidentale, européenne, méditerranéenne.

Le MSFT propose la réalisation de statuts nationaux du travail, de la qualité de la traduction, de l'information corporelle et des processus corporatifs, ainsi que de la sauvegarde de la vie sociale et sociale, ainsi que du risque accru pour les libertés, ainsi que pour la liberté et la protection des données."

(Art. 1 du statut du MSFT[3])

•Conception spirituelle de la vie, éloignée du matérialisme et du nihilisme. Non à l'avortement.

•Election directe du chef de l'Etat.

•Création d'une chambre des représentants des catégories de producteurs de 400 membres, pour la réalisation de l'état national du travail.

•Séparation des carrières entre le judiciaire et le judiciaire d'instruction.

•Abolition des crimes d'opinion et lois liberticides de la pensée et de l'association politiques.

•Emprisonnement à vie pour crimes odieux et certitude de punition.

•Relance de l'identité nationale, comprise comme culture, mémoire historique et tradition.

•Soutien modéré aux écoles privées, tandis que le système éducatif public, y compris les livres gratuits et le matériel pédagogique destiné aux élèves des écoles obligatoires, doit toujours viser la sensibilité culturelle de l'individu, ou des connaissances non immédiatement configurables sur le plan empirique et donc fonctionnel. ; Cependant, ils contribuent à la formation et au développement psychopédagogique.

•Protection de la famille avec des politiques cohérentes en sa faveur, telles que primes à la naissance pour les enfants nés de deux parents italiens, restauration de la centralité de la figure du Pater Familias, point d'appui et moteur de l'ordre social traditionnel.

•Abolition de la loi Fornero.

•Établissement du revenu de citoyenneté et de la taxe foncière de type géorgiste (revenu net seulement).

•Préférence nationale pour l'attribution de logements appartenant à l'État; réduction de la fiscalité à 25% du produit de l'activité de production et de l'accès aux services de santé.

•Frais sociaux ne dépassant pas le cinquième du revenu du ménage.

•Protection du marché national contre le libéralisme, qui, à travers une bureaucratie lourde, ne favorise que les multinationales.

•Redistribution équitable des bénéfices aux travailleurs et participation collective à la gestion de l'entreprise (socialisation).

•Réintégration de l'article 18 du statut des travailleurs. Abolition des régions et extension des compétences des municipalités.

Europe Nation, forte et unie, comprise avant tout comme une union de peuples partageant une histoire et des traditions, et pas seulement comme une union d'intérêts économiques supranationaux, respectueuse de son identité et de ses racines chrétiennes, et contraire à l'entrée d'Israël et de la Turquie.

•Opposition au traité de Lisbonne.

•Sortie de l'OTAN et méfiance envers les États-Unis d'Amérique.

•Blocage de l'immigration non-européenne, démantèlement de ghettos ethniques et stipulation de traités internationaux sanctionnant la réduction des peines des crimes commis dans le pays d'origine des immigrés condamnés, contrôle des activités politiques d'associations étrangères.

•Rejet des organismes génétiquement modifiés, coupable de constituer un concurrent déloyal des cultures traditionnelles, altérant les relations économiques entre les producteurs agricoles.

•Développement durable dans le respect de l'environnement[4],[5],[6],[7].

Alliances internationales[modifier | modifier le code]

Il se considère comme un allié du Front national français et a participé à la marche du 1er mai à Paris. Il fait d'ailleurs partie depuis de l'Alliance européenne des mouvements nationaux, dont le FN a été membre fondateur[8].

Scissions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]