Mouvement pour les droits des hommes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mouvement pour les droits des hommes
India MHRM commons.jpg
Cadre
Type

Le mouvement des droits des hommes fait partie du plus grand mouvement des hommes. Il s'est séparé du mouvement de libération des hommes au début des années 1970. Le mouvement pour les droits des hommes est composé de divers groupes et individus qui s’intéressent à de nombreuses questions sociales (droit de la famille, rôle des parents, procréation, violence domestique contre hommes et opposition à la circoncision) et aux services gouvernementaux (éducation, service militaire obligatoire, protection sociale, filets de sécurité sociaux et politiques de santé), qui, selon les défenseurs des droits des hommes, sont discriminatoires à l'égard des hommes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Précurseurs[modifier | modifier le code]

L'expression "droits des hommes" était utilisée au moins dès , lorsqu'elle parut dans le magazine Putnam[1].

Trois organisations de défense des droits des hommes faiblement liées entre elles se sont formées en Autriche pendant l'entre-deux-guerres. La Ligue des droits des hommes a été fondée en 1926 dans le but de "lutter contre tous les excès de l'émancipation de la femme"[2],[3]. En 1927, la Ligue Justitia pour la réforme du droit de la famille de la Ligue Aequitas mondiale pour les droits des hommes séparés de la Ligue des droits de l' homme[2]. Les trois groupes de défense des droits des hommes s'opposaient à l'entrée des femmes sur le marché du travail et à ce qu'elles considéraient comme l'influence corrosive du mouvement des femmes sur les institutions sociales et juridiques. Ils critiquèrent les lois relatives au mariage et à la famille, en particulier l'obligation de verser une pension alimentaire aux ex-femmes et aux enfants illégitimes, et préconisèrent également l'utilisation de tests sanguins pour déterminer la paternité[2]. Justitia et Aequitas publièrent leurs propres journaux éphémères et Journal des Activistes des Droits des hommes et Autodéfense dans lesquels ils ont exprimé leurs points de vue fortement influencés par les travaux de Heinrich Schurtz, Otto Weininger et Jörg Lanz von Liebenfels. Les organisations cessèrent d'exister avant 1939[2].

Mouvement[modifier | modifier le code]

Warren Farrell

Le mouvement pour les droits des hommes modernes est issu du mouvement de libération des hommes, apparu dans la première moitié des années 1970, lorsque les spécialistes ont commencé à étudier les idées et la politique féministes[4],[5]. Le mouvement de libération des hommes a reconnu le pouvoir institutionnalisé des hommes tout en examinant de manière critique les conséquences de la masculinité hégémonique[4]. À la fin des années 1970, le mouvement de libération des hommes s'est scindé en deux courants distincts aux points de vue opposés : le mouvement des hommes pro-féministes et le mouvement des droits des hommes anti-féministes[4] . Les défenseurs des droits des hommes ont rejeté les principes féministes et se sont concentrés sur les domaines dans lesquels ils croient que les hommes sont désavantagés, opprimés ou discriminés[4],[5]. Michael Kimmel, chercheur en études sur les masculinités, note que leurs critiques des rôles de genre "se sont transformées en une célébration de tout ce qui est masculin et un engouement proche pour le rôle masculin traditionnel lui-même"[6].

Dans les années 1980 et 1990, les défenseurs des droits des hommes se sont opposés aux changements de société recherchés par les féministes et ont défendu l'ordre patriarcal des genres dans la famille, les écoles et les lieux de travail[7]. Certains défenseurs des droits des hommes considèrent les hommes comme un groupe opprimé [8],[9],[10],[11] et estiment que la société et les hommes ont été "féminisés" par le mouvement des femmes[8],[12]. Sarah Maddison, une écrivaine australienne, a déclaré que Warren Farrell et Herb Goldberg "affirment que, pour la plupart des hommes, le pouvoir est une illusion et que les femmes sont les véritables détenteurs du pouvoir dans la société en raison de leur rôle de principales personnes qui s'occupent des enfants"[8] .

L'une des premières organisations importantes des droits des hommes est la Coalition des éléments de réforme de divorce américain, fondé par Richard Doyle en 1971, dont l'Association des droits de l' homme essaimé en 1973. [5] [13] L'incorporation Les Hommes Libres fut fondée en 1977 à Columbia dans le Maryland, se multipliant en plusieurs branches au cours des années suivantes, qui ont finalement fusionné pour former la Coalition nationale des hommes libres [14] (désormais connue sous le nom de Coalition nationale des hommes ). L'incorporation Les Droits des hommes a également été formée en 1977[15],[14]. Les Pères et les Familles a été formée en 1994[16]. Au Royaume-Uni, un groupe de défense des droits des hommes se faisant appeler le UK Men's Movement commence à s'organiser au début des années 1990. [17] La Fondation Save Indian Family (SIFF) a été créée en 2005 et, en 2010, comptait plus de 30 000 membres. ,[18],

Manifestation à New Delhi pour les droits des hommes organisée par la Save Indian Family Foundation.

Des groupes de défense des droits des hommes se sont formés dans certains pays d'Europe de l'Est au cours de périodes de transition vers le conservatisme et de politiques soutenant les relations patriarcales en matière de famille et de genre[19]. Aux États-Unis, le mouvement pour les droits des hommes entretient des liens idéologiques avec le néoconservatisme. [20] [21] Les défenseurs des droits des hommes ont reçu le soutien de groupes de pression conservateurs [22] et leurs arguments ont été largement repris dans les médias néoconservateurs[23].

Le mouvement des droits des hommes est devenu plus actif et organisé depuis le développement d'Internet[24],[25]. La manosphère a émergé et les sites Web et forums sur les droits des hommes se sont multipliés sur l'internet[24]. Les activistes s'organisent principalement en ligne[26],[27]. Le site le plus populaire sur les droits des hommes est A Voice for Men[28]. Parmi les autres sites consacrés aux questions relatives aux droits des hommes, on peut citer la Fondation des droits des pères, MGTOW et des subreddits comme /r/MensRights[29],[30],[31]. Les défenseurs des droits des hommes utilisent souvent la métaphore de la pilule rouge et de la pilule bleue tirée d'une scène de Matrix pour s'identifier en ligne et en référence au moment où ils en sont venus à croire que les hommes étaient opprimés[26],[28],[29]. Il y a généralement beaucoup d'hostilité entre les différents sous-groupes. Les critiques disent que r/TheRedpill est un sous-titre dédié aux droits des hommes[26],[28]. Cependant, d’autres membres du sous-groupe prétendent se concentrer sur l’amélioration personnelle et interpersonnelle[32]. Certains critiques, en dehors du subreddit, affirment que r/TheRedPill ne se soucie pas vraiment du mouvement des droits des hommes et que les MGTOW sont des hommes qui n’ont aucune attention pour les droits des hommes[33].

Des partis politiques marginaux axés sur les droits des hommes ont été formés, notamment le Parti australien des parents non gardiens (Equal Parenting)[34], le Parti des droits de l'homme dans la famille israélien [35],[36],[37] et le parti Justice for Men and Boys au Royaume-Uni.

Aux États-Unis, la plupart des activistes des droits des hommes sont des hommes blancs, hétérosexuels de la classe moyenne[27],[38],[39],[40]. Les principaux avocats comprennent Warren Farrell[8], Herb Goldberg[8], Richard Doyle[41], et Asa Baber[42],[43]. Helen Smith, Christina Hoff Sommers et Erin Pizzey sont devenues les principales voix du MRM.

Relation avec le féminisme[modifier | modifier le code]

Warren Farrell, membre de la National Organization for Women dans les années 1970, considère son appartenance au mouvement pour les droits des hommes comme un ajout au féminisme, cherchant à prolonger l'amélioration des droits des hommes comme le féminisme l'a fait pour ceux des femmes.

De nombreux chercheurs considèrent le mouvement pour les droits des hommes comme une réaction ou un contre- mouvement [44] au féminisme. Bob Lingard et Peter Douglas suggèrent que l'aile conservatrice du mouvement des droits des hommes, plutôt que la position des droits des hommes en général, est une réaction anti-féministe[45]. Jonathan A. Allan, chercheur en masculinité, décrit le mouvement des droits des hommes comme un mouvement réactionnaire défini par son opposition aux femmes et au féminisme, mais n'a pas encore formulé ses propres théories et méthodologies en dehors de l'antiféminisme[46]. Le chercheur Michael Messner note que le mouvement des droits des hommes, au tout début, "s'approprie le langage symétrique des rôles sexuels" utilisé pour la première fois par les féministes, ce qui implique un faux équilibre du pouvoir institutionnel entre hommes et femmes[47].

Le mouvement des droits des hommes intègre généralement des points de vue qui rejettent les idées féministes et proféministes. Les défenseurs des droits des hommes ont déclaré croire que le féminisme avait radicalisé son objectif et porté préjudice aux hommes[4],[8],[39],[48]. Ils pensent que les droits ont été enlevés aux hommes et que ceux-ci sont victimes du féminisme et d'influences «féminisantes» dans la société[46]. Ils contestent que les hommes en tant que groupe aient un pouvoir institutionnel et des privilèges [49] et croient que les hommes sont victimes et défavorisés par rapport aux femmes.[4] Les groupes de défense des droits des hommes rejettent généralement l'idée que le féminisme s'intéresse aux problèmes des hommes et certains défenseurs des droits des hommes considèrent le mouvement des femmes comme un complot visant à dissimuler délibérément la discrimination à l'égard des hommes promouvoir le gynocentrisme[4],[50].

Problèmes[modifier | modifier le code]

Les défenseurs des droits des hommes s'intéressent à une grande variété de sujets, dont certains ont engendré leurs propres groupes ou mouvements, tels que le mouvement pour les droits des pères, spécifiquement axés sur le divorce et la garde des enfants. Certaines questions, sinon toutes, relatives aux droits des hommes découlent de rôles sexospécifiques et, selon le sociologue Allan Johnson, de patriarcat[51].

Pour David Benatar, il existe plusieurs désavantages significatifs subis par les individus de sexe masculin (en particulier pour ce qui a trait à la violence perpétrée contre des hommes, également par des femmes, de service obligatoire, d'emprisonnement, d'espérance de vie plus faible, concernant les droits familiaux, plus récemment liés aux évolutions en matière d'éducation, ou encore la présomption répandue de culpabilité contre les hommes et de victimisation contre les femmes), et pour lui, ces inconvénients sont basés effectivement sur le sexe et sans justification objective. Constituant par là des discriminations préjudiciables et un deuxième sexisme (en référence au premier contre les femmes). Une autre conclusion étant qu'un individu, homme ou femme, peut tout aussi bien être avantagé que défavorisé par son sexe suivant les circonstances (ainsi que le lieu et la période considérés)[52].

Adoption[modifier | modifier le code]

Les activistes des droits des hommes cherchent à élargir les droits des pères non mariés en cas d'adoption de leur enfant[53]. Warren Farrell soutient qu’en omettant d’informer le père de sa grossesse, une future mère prive l’enfant adopté d’une relation avec le père biologique. Il propose que les femmes soient légalement tenues de faire tout effort raisonnable pour informer le père de sa grossesse dans un délai de quatre à cinq jours. En réponse, le philosophe James P. Sterba convient que, pour des raisons morales, une femme devrait informer le père de sa grossesse et de son adoption, mais cela ne devrait pas être imposé par une obligation légale, car cela pourrait entraîner une pression indue, par exemple, avoir un avortement.

Lois anti-dot[modifier | modifier le code]

Des organisations de défense des droits des hommes, telles que la Fondation Save Indian Family (SIFF), affirment que les femmes abusent de la législation pour les protéger de la mort et de l'immolation par le feu de la mariée[54]. Le SIFF est une organisation de défense des droits des hommes en Inde qui s’attaque aux violations des lois contre la dot contre les hommes. Le SIFF a fait campagne pour abolir l'article 498A[55] du code pénal indien, qui pénalise la cruauté de la part du mari (et de la famille de celui-ci) à la recherche de la dot ou pour conduire une femme au suicide[56]. Le SIFF affirme que les lois anti-dot sont régulièrement utilisées de manière abusive pour régler de petits litiges dans le mariage et qu'elles reçoivent régulièrement des appels de nombreux hommes qui affirment que leurs épouses ont utilisé des demandes de fausse dot pour les emprisonner.

La résidence des enfants[modifier | modifier le code]

Deux manifestants du groupe de défense des pères basé au Royaume-Uni, Fathers 4 Justice, protestaient à Peterborough en 2010

Le droit de la famille est un sujet de vive préoccupation pour les groupes de défense des droits des hommes. Les défenseurs des droits des hommes soutiennent que le système judiciaire et les tribunaux de la famille sont discriminatoires à l'égard des hommes, en particulier en ce qui concerne la résidence des enfants après le divorce[57],[58]. Ils estiment que les hommes ne jouissent pas des mêmes droits en matière de contact ni de droits parentaux partagés équitables par rapport à leur ex-conjoint et utilisent les statistiques sur les sentences accordées pour la garde des enfants comme preuve de préjugés judiciaires à l'encontre des hommes[59]. Les défenseurs des droits des hommes cherchent à changer le climat juridique pour les hommes en modifiant le droit de la famille, par exemple en faisant pression pour que les lois fassent de la résidence alternée le type de résidence par défaut, sauf dans les cas où l'un des parents est inapte ou refuse de l'être[59]. Dans leur discours, ils se sont approprié la rhétorique féministe des "droits" et de "l'égalité", en considérant la garde des enfants comme une question de droits civils fondamentaux par opposition aux droits des enfants[4],[44],[60],[61]. Certains défenseurs des droits des hommes affirment que le manque de contact avec leurs enfants rend les pères moins enclins à payer une pension alimentaire[62]. D'autres citent le syndrome d'aliénation parentale (SAP) comme une raison pour accorder la garde aux pères[63]. Le consensus scientifique a rejeté le SAP en tant que syndrome à support empirique[64].

Certains spécialistes du droit de la famille affirment que les défenseurs des droits des pères ne reconnaissent pas le féminisme comme la force sociale révolutionnaire pour faire prendre conscience du rôle tout aussi important des pères aux parents[65]. Les spécialistes et les critiques affirment que les recherches empiriques n'appuient pas la notion de partialité judiciaire à l'encontre des hommes[57] et que les défenseurs des droits des hommes faussent les statistiques de manière à ignorer le fait que la majorité des hommes ne demandent pas la garde[59]. 90% des litiges relatifs à la garde sont réglés sans la participation du tribunal de la famille[66] et des études ont conclu à une évaluation juste des décisions relatives à la garde des enfants et au fait que les personnes nommées par la loi sont plus susceptibles d'attribuer la garde à des parents ayant des traits sensibles sur le plan interpersonnel, tels que la chaleur et la compassion, peu importe le genre[67].

Les universitaires critiquent le cadre rhétorique des décisions de résidence, affirmant que les défenseurs des droits des hommes plaident pour "l'égalité des droits" sans jamais spécifier les droits légaux qui, à leur avis, ont été violés[68]. Des spécialistes et des critiques affirment que la rhétorique des «besoins» des enfants, décrite par les militants des droits des hommes, qui accompagne leur plaidoyer en faveur des droits des pères, vise simplement à détourner les critiques selon lesquelles ils sont motivés par leur intérêt personnel et masque les revendications mêmes des défenseurs des droits des hommes[44],[69],[70]. Deborah Rhode fait valoir que, contrairement aux affirmations de certains défenseurs des droits des hommes, les recherches montrent que la résidence alternée légale n'augmente pas la probabilité que les pères versent une pension alimentaire ou restent des parents impliqués[71]. Michael Flood fait valoir que le mouvement des droits des pères semble donner la priorité au rétablissement de l'autorité paternelle sur la participation réelle aux enfants et qu'il donne la priorité aux principes formels d'égalité au bien-être parental et au bien-être des enfants[72].

Lundy Bancroft déclare que les tribunaux de la famille omettent à plusieurs reprises de protéger les femmes battues et leurs enfants en accordant fréquemment la résidence alternée ou exclusive à des pères violents[73].

Circoncision[modifier | modifier le code]

Les observateurs ont constaté que le mouvement «intactiviste», un mouvement anti-circoncision, recoupe en partie le mouvement des droits des hommes[46],[74]. La plupart des activistes des droits de l'homme s'opposent à la circoncision néonatale systématique et disent que les mutilations génitales féminines ont plus retenu l'attention que les circoncisions masculines[46],[75],[76],[77],[78].

La controverse autour de la circoncision non consensuelle d'enfants pour des raisons non thérapeutiques n'est pas exclusive au mouvement des droits des hommes et concerne les préoccupations des féministes et de l'éthique médicale[79],[80]. Certains médecins et universitaires ont affirmé que la circoncision constituait une violation du droit à la santé et à l'intégrité physique[81],[80],[82],[83],[84] tandis que d'autres n'étaient pas d'accord[85],[86],[87],[88].

Justice criminelle[modifier | modifier le code]

Warren Farrell affirme qu'il existe des moyens de défense criminels réservés aux femmes[89]. N. Quintin Woolf a fait valoir que la surreprésentation des hommes comme les meurtriers et les victimes d'assassinats est la preuve que les hommes sont lésés par des attitudes culturelles démodées[90].

Divorce[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, des groupes de défense des droits des hommes commencèrent à s’organiser contre la réforme du divorce et les problèmes de garde autour des années 1960. Jusque-là, les maris détenaient le pouvoir légal et le contrôle sur leurs femmes et leurs enfants[91]. Les hommes impliqués dans la première organisation ont affirmé que les lois sur la famille et le divorce les discriminaient et favorisaient leurs épouses. Rich Doyle, dirigeant des droits de l'homme, a comparé les tribunaux de divorce aux abattoirs, considérant leurs jugements peu sympathiques et déraisonnables.

Les adhérents des droits des hommes disent que les hommes choisissent consciemment ou inconsciemment de ne pas contracter mariage et se lancent dans une "grève conjugale" en raison d'un manque perçu d'avantages dans le mariage et des conséquences émotionnelles et financières du divorce, notamment la pension alimentaire, la garde et le soutien des enfants. Les défenseurs des droits des hommes ont fait valoir que les lois sur le divorce et la garde violaient les droits individuels des hommes à une protection égale. Le professeur de droit Gwendolyn Leachman écrit que ce type de cadrage "minimise les préjugés systémiques auxquels les femmes sont confrontées et qui justifient des lois protectrices sur le divorce et la garde"[92].

Dans plusieurs pays (y compris les États-Unis et le Royaume-Uni), les hommes représentent moins du tiers des affaires de divorce entre personnes de sexe opposé et les femmes, plus des deux tiers[93],[94].

Violence conjugale[modifier | modifier le code]

Les groupes de défense des droits des hommes décrivent la violence conjugale commise par les femmes contre les hommes comme un problème ignoré et sous-déclaré[95],[96] en partie parce que les hommes hésitent à se qualifier de victimes[96]. Ils disent que les femmes sont aussi agressives ou plus agressives que les hommes dans les relations [97] et que la violence domestique est à symétrie de genre[98],[99]. Ils citent la recherche controversée sur les conflits familiaux menée par Murray Straus et Richard Gelles comme preuve de la symétrie de genre[99]. Les défenseurs des droits des hommes soutiennent que les systèmes judiciaires acceptent trop facilement les fausses allégations de violence conjugale commises par des femmes contre des partenaires masculins. Les défenseurs des droits des hommes ont critiqué les protections juridiques, politiques et pratiques des femmes victimes de violence[99],[100],[101], campagne pour des refuges pour hommes victimes de violence familiale[95],[96] et pour que le système judiciaire soit fondé. éduqué sur la violence des femmes contre les hommes[95].

En réponse à de telles affirmations, Richard Gelles, spécialiste de la violence familiale, publie un article intitulé "Violence conjugale : pas un terrain de jeu équitable" et accuse le mouvement de défense des droits des hommes de déformer ses conclusions de recherche sur la violence des hommes et des femmes afin de promouvoir un programme misogyne[102]. Les spécialistes et les défenseurs de la violence domestique ont rejeté les recherches erronées citées par les activistes des droits des hommes et contestent leurs prétentions selon lesquelles une telle violence est à symétrie de genre[103],[97],[104],[105],[106], ce qui suggère la violence découle d'un programme politique visant à minimiser la gravité du problème de la violence des hommes à l'égard des femmes et des enfants [104] et à compromettre les services fournis aux femmes victimes de violence[97],[106]. Des groupes de défense des droits des hommes ont fait pression pour bloquer le financement public des refuges pour femmes battues, malgré le taux élevé de meurtre de femmes par le partenaire intime justifiant un financement plus important[107],[99].

Éducation[modifier | modifier le code]

Les défenseurs des droits des hommes décrivent l'éducation des garçons comme étant en crise, les garçons ayant un rendement scolaire et une motivation réduits par rapport aux filles. Les militants attribuent l’influence du féminisme à l’éducation pour ce qu’ils considèrent être une discrimination et une oppression systématique des garçons dans le système éducatif[108],[109]. Ils critiquent ce qu'ils décrivent comme une "féminisation" de l'éducation, affirmant que la prédominance des enseignantes, la focalisation sur les besoins des filles, ainsi que des programmes et méthodes d'évaluation supposément favorables aux filles, se sont révélés répressifs et contraignants[110].

Une autre étude a également révélé que les différences de réussite scolaire entre les sexes n'étaient pas liées de manière fiable aux politiques en la matière et que les résultats scolaires des femmes étaient supérieurs à ceux des garçons dans 70% des pays étudiés à travers le monde[111]. Cependant, ceci est contredit en Australie par les conclusions indépendantes de l’ACARA concernant NAPLAN: "Depuis leur introduction, des différences subtiles mais cohérentes ont été constatées dans les résultats des tests NAPLAN, les garçons surpassant régulièrement les filles en numératie, composants de lecture, d’écriture, d’orthographe, de grammaire et de ponctuation"[112]. Pour ajouter à la confusion avec les autres éléments de preuve présentés, il y a eu une baisse évidente, inexpliquée et significative du nombre de garçons à l'université dans la plupart des pays. L'Australie, par exemple, a connu une baisse de 61% à 46% depuis 1974. Des tendances similaires ont été observées au Royaume-Uni, qui serait principalement influencé par les politiques et les attitudes des enseignants[112].

Les groupes de défense des droits des hommes appellent à une reconnaissance accrue de la masculinité, à un plus grand nombre de modèles masculins, à des sports plus compétitifs et à une responsabilisation accrue des garçons en milieu scolaire. Ils ont également préconisé des habitudes scolaires plus claires, des structures scolaires plus traditionnelles, y compris des salles de classe séparées entre les deux sexes, et une discipline plus stricte[110].

Les critiques suggèrent que les groupes de défense des droits des hommes considèrent les garçons comme un groupe homogène partageant des expériences de scolarisation communes et ne tiennent pas compte de la façon dont les réponses aux approches éducatives peuvent varier en fonction de l'âge, du handicap, de la culture, de l'appartenance ethnique, de la sexualité, de la religion et de la classe[110].

En Australie, le discours sur les droits des hommes a influencé les documents de politique gouvernementale. Par rapport à l'Australie, le Royaume-Uni, où les féministes ont toujours eu moins d'influence sur les politiques éducatives, a moins d'impact[108]. Cependant, Mary Curnock Cook, directrice du Service d'admission des universités et collèges britanniques (UCAS), a affirmé qu'en Grande-Bretagne, "malgré des preuves évidentes et malgré la couverture médiatique, un silence assourdissant est observé sur la question. Le mouvement des femmes est-il maintenant devenu tellement normalisé que nous ne pensons plus avoir besoin de prendre des mesures positives pour obtenir des résultats égaux en matière d'éducation pour les garçons? »[109].

Privilège féminin[modifier | modifier le code]

Le mouvement des droits des hommes rejette l'idée selon laquelle les hommes sont privilégiés par rapport aux femmes[113]. Le mouvement est divisé en deux groupes: ceux qui considèrent que le sexisme fait du tort aux hommes et aux femmes, et ceux qui considèrent la société comme soutenant la dégradation des hommes et défendant ce qu'ils appellent un "privilège féminin"[113].

Structures gouvernementales[modifier | modifier le code]

Les groupes de défense des droits des hommes ont demandé aux structures gouvernementales de s’attaquer aux problèmes spécifiques des hommes et des garçons, notamment l’éducation, la santé, le travail et le mariage[114],[115],[116]. Des groupes de défense des droits des hommes en Inde ont appelé à la création d'un ministère du bien-être des hommes et d'une commission nationale pour les hommes, ou à la suppression de la commission nationale pour les femmes[114],[117],[118]. Au Royaume-Uni, David Amess, député et Lord Northbourne, proposèrent la création d'un ministre des hommes analogue à l'actuel ministre des Femmes, mais le gouvernement dirigé par le Premier ministre Tony Blair rejeta[115],[119],[120]. Aux États-Unis, Warren Farrell dirige une commission axée sur la création d'un conseil de la Maison Blanche sur les garçons et les hommes, en contrepartie du Conseil de la Maison Blanche sur les femmes et les filles, créé en [116].

Santé[modifier | modifier le code]

Les groupes de défense des droits des hommes considèrent les problèmes de santé des hommes et leur durée de vie plus courte par rapport aux femmes du monde entier, comme une preuve de discrimination et d'oppression[121]. Ils affirment que le féminisme a conduit à privilégier les problèmes de santé des femmes au détriment de ceux des hommes. Ils mettent en évidence certaines disparités dans le financement des problèmes de santé des hommes par rapport à des femmes, notant que, par exemple, la recherche sur le cancer de la prostate reçoit moins de fonds que la recherche du cancer du sein[121],[122]. David Benatar a soutenu que consacrer plus d'argent à la recherche sur la santé chez les hommes pourrait réduire l'écart entre l'espérance de vie des hommes et celle des femmes[123]. Cependant, les femmes et les minorités avaient généralement été exclues de la recherche médicale jusque dans les années 1990[124],[125]. Vivianna Simon note: "La plupart des recherches biomédicales et cliniques reposent sur l'hypothèse selon laquelle le mâle peut servir de représentant de l'espèce." Les spécialistes de la médecine préviennent que de telles fausses hypothèses prévalent toujours[126]. Contrairement aux affirmations antiféministes, les résultats empiriques suggèrent que les préjugés sexistes à l'égard des femmes restent la norme en médecine[127],[128]. Farrell fait valoir que l'industrialisation a relevé le niveau de stress des hommes tout en réduisant le niveau de stress des femmes en tirant les hommes loin de la maison et la famille, et en poussant les femmes plus près de la maison et la famille. Il cite cette explication pour expliquer pourquoi les hommes sont plus susceptibles de mourir des 15 principales causes de décès que les femmes de tous les âges. Il fait valoir que le gouvernement américain ayant un bureau de recherche sur la santé des femmes mais aucun bureau de recherche sur la santé des hommes, ainsi que le gouvernement fédéral américain investissant deux fois plus d'argent dans la santé des femmes, montre que la société considère que les hommes sont plus jetables que les femmes[129].

Des spécialistes ont critiqué ces affirmations [104],[121] affirmant, comme le dit Michael Messner, que les résultats les plus médiocres en matière de santé sont les coûts élevés supportés par les hommes "pour se conformer aux définitions étroites de la masculinité qui promettent de leur apporter un statut et privilège" et que ces coûts pèsent de manière disproportionnée sur les hommes marginalisés socialement et économiquement. Selon Michael Flood, il serait préférable d'améliorer la santé des hommes en "s'attaquant aux notions destructives de la virilité, un système économique qui valorise le profit et la productivité au détriment de la santé des travailleurs et l'ignorance des fournisseurs de services", au lieu de blâmer un mouvement féministe[104]. Geneviève Creighton et John L. Oliffe ont déclaré que les hommes se livrent à des pratiques favorables à la santé tels que la réduction la consommation de graisses et d'alcool, pour se conformer aux idéaux masculins positifs[130]. Certains ont fait valoir que la biologie contribue à l'écart d'espérance de vie. Par exemple, il a été constaté que les femelles survivent toujours plus longtemps que les hommes parmi les primates. Les eunuques, castrés avant la puberté, ont montré qu'ils vivaient avec des différences variables, plus que les autres hommes, ce qui indique que les niveaux de testostérone jouent un rôle dans l'écart d'espérance de vie[131]. Luy M. et Gast K. ont constaté que l'écart d'espérance de vie entre les hommes et les femmes est principalement dû à des taux de mortalité plus élevés parmi des sous-populations d'hommes spécifiques (par exemple, les minorités gays, trans et raciales). Ils déclarent donc que les programmes sociaux devraient cibler de manière étroite ces sous-populations plutôt que les hommes dans leur ensemble[132].

Sans-abrisme[modifier | modifier le code]

Les défenseurs des droits des hommes soutiennent que le sans-abrisme est une question de genre. En Grande-Bretagne, la plupart des sans-abris sont des hommes[133]. Une étude menée en 2018 sur trois départements d'urgence de Pennsylvanie a révélé peu de différence entre le nombre d'hommes et de femmes qui se déclaraient sans abri; Cependant, l'étude ne prétend pas refléter la population des sans-abris aux États-Unis dans son ensemble[134].

Incarcération[modifier | modifier le code]

Les défenseurs des droits des hommes soutiennent que la recherche sur les peines d'emprisonnement différenciées entre hommes et femmes constitue une preuve de discrimination à l'égard des hommes[135]. Warren Farrell cite des éléments de preuve indiquant que les hommes sont passibles de peines de prison plus lourdes et plus susceptibles d’être condamnés à mort aux États-Unis. Il croit que la société considère que les femmes sont naturellement plus innocentes et plus crédibles et critique les défenses de la femme battue et de l'infanticide. Il critique également les conditions de vie dans les prisons pour hommes et le manque d'attention portée aux viols commis par les autorités dans les prisons.

Conscription militaire[modifier | modifier le code]

Les adhérents des droits des hommes ont fait valoir que le fait que la conscription militaire soit réservée aux hommes est un exemple de discrimination à l'égard des hommes[136].

Aux États-Unis, en 1978, des opposants au projet ont intenté un recours collectif alléguant que la conscription réservée aux hommes violait le droit des hommes à une protection égale en vertu de la constitution des États-Unis[137],[138]. Lorsque l'affaireRostker v. Goldberg, arrivé à la cour suprême en 1981, ils ont été soutenus par un groupe de défense des droits des hommes et de multiples groupes féministes, dont l'Organisation nationale des femmes[138]. Cependant, la Cour suprême confirma la loi sur le service militaire sélectif[137] déclarant que "l’argument en faveur de l’enregistrement des femmes reposait sur des considérations d’équité, mais le Congrès avait le droit, dans l’exercice de ses pouvoirs constitutionnels, de se concentrer sur la question de besoin plutôt que "équité" "[139]. La décision de 2016 du secrétaire à la Défense, Ash Carter, de rendre toutes les positions de combat ouvertes aux femmes a relancé le débat sur le point de savoir si les femmes devraient ou non être tenues de s'enregistrer pour le système de service sélectif[140]. Dans l'affaire Coalition nationale pour les hommes c. Selective Service System (Système de service sélectif), un tribunal de district a déclaré inconstitutionnel le projet réservé aux hommes.

Fraude à la paternité[modifier | modifier le code]

Les groupes de défense des droits des hommes et des pères ont déclaré qu'il existait un nombre élevé de faussetés de paternité ou de "fraudes à la paternité", dans lesquelles les hommes exercent des activités parentales et/ou soutiennent financièrement des enfants qui ne sont pas biologiquement les leurs[141]. Ils ont une vision biologique de la paternité, insistant sur l’impératif du fondement génétique de la paternité plutôt que sur les aspects sociaux de la paternité[141],[142]. Ils affirment que les hommes ne devraient pas être obligés de subvenir aux besoins d'enfants qui ont été engendrés par un autre homme [143] et que les hommes sont lésés parce qu'une relation est créée entre un homme et des enfants non biologiques, tout en privant les enfants et leur père biologique de cette expérience et de ce savoir. de leur histoire génétique. En outre, ils disent que les pères non biologiques se voient refuser les ressources nécessaires pour avoir leurs propres enfants biologiques dans une autre relation[141].

Les activistes des droits des hommes soutiennent le recours au test de paternité non consensuel pour rassurer les pères présumés sur la paternité de l'enfant[143]. Les groupes de défense des droits des hommes et des pères ont appelé à un test de paternité obligatoire pour tous les enfants[141]. Ils ont vigoureusement fait campagne en faveur des hommes qui, selon les tests génétiques, ont prouvé qu'ils n'étaient pas le père biologique mais qui devaient néanmoins en assumer la responsabilité financière[142]. Sur la base de ces préoccupations, les législateurs de certaines juridictions ont souscrit à cette vision biologique et ont adopté des lois prévoyant un allégement de la pension alimentaire pour enfants lorsqu'il est prouvé qu'un homme n'est pas le père[141],[142]. Les groupes de défense des droits des hommes australiens se sont opposés aux recommandations d'un rapport de la Commission australienne pour la réforme du droit et du Conseil national de la recherche médicale et médicale qui exigerait le consentement éclairé des deux parents pour le test de paternité des jeunes enfants [143] ainsi que les lois qui le rendraient Il est illégal d'obtenir un échantillon pour des tests ADN sans le consentement éclairé de l'individu. Le sociologue Michael Gilding affirme que les défenseurs des droits des hommes ont exagéré le taux et l'étendue des paternités mal attribuées, qu'il estime à environ 1 à 3%. Il s'est opposé aux demandes inutiles de tests de paternité obligatoires pour tous les enfants.

Viol[modifier | modifier le code]

Fausses accusations contre des hommes[modifier | modifier le code]

Les défenseurs des droits des hommes sont gravement préoccupés par les fausses accusations de viol et d'agression sexuelle [144] et par le désir de protéger les hommes des conséquences négatives des fausses accusations[145].

Les défenseurs des droits des hommes estiment que la désignation de l'accusé tout en fournissant l'anonymat à l'accusateur (victime) encourage de tels abus[146],[147]. Les défenseurs des droits des hommes ont également affirmé que le viol "a été utilisé comme une arnaque"[148]. Des études menées aux États-Unis, en Australie et en Grande - Bretagne ont montré que le pourcentage d'allégations de viol fausse ou non corroborée, estimé à environ 2% à 8%[149],[150],[151],[152]. Citant des recherches comprenant celles d'Eugene Kanin et de l'US Air Force, ils affirment que 40 à 50% ou plus des allégations de viol peuvent être fausses[153].

Pour argumenter la question des fausses accusations de viol, les catégories de «faux» et de «non fondé» sont souvent confondues, comme le fait la Coalition nationale pour les hommes citant des rapports tels que le résumé du FBI de 1996 qui établit un taux de 8% pour le viol forcé non fondé, qui est quatre fois plus élevé que la moyenne de tous les crimes répertoriés[153] . Les experts soulignent que les fausses allégations vérifiées constituent une catégorie distincte des allégations non fondées, et qu'il est fallacieux de les associer[154]. Ces chiffres sont largement débattus en raison de la méthodologie discutable et de la petite taille des échantillons - voir la page Fausse accusation de viol pour des estimations d'enquête plus larges.

Criminalisation du viol conjugal[modifier | modifier le code]

Certains groupes de défense des droits des hommes au Royaume-Uni[155],[156],[157] aux États-Unis [99],[158] et en Inde s'opposent à la législation et aux décisions judiciaires incriminant le viol conjugal[159]. Les motifs d'opposition incluent des préoccupations concernant de fausses allégations liées à une procédure de divorce[160] et la conviction que la sexualité au sein du mariage est une partie irrévocable de l'institution du mariage[161]. En Inde, les relations de ce type [162] et l’avenir du mariage suscitent l’inquiétude du fait que de telles lois ont conféré aux femmes «des droits extrêmement disproportionnés»[163]. Virag Dhulia, de la Save Indian Family Foundation, une organisation de défense des droits des hommes, s'est opposée aux efforts récemment déployés pour criminaliser le viol conjugal en Inde, affirmant qu'"aucune relation ne fonctionnera si ces règles sont appliquées"[162].

Critique du discours sur le viol des droits des hommes[modifier | modifier le code]

Les érudites féministes Lise Gotell et Emily Dutton soutiennent que le contenu de la manosphère révèle des arguments anti-féministes en faveur du viol, notamment que la violence sexuelle est un problème neutre du point de vue du genre, les féministes sont responsables de l'effacement des expériences des hommes en matière de victimisation, la culture du viol est une panique morale produite par les féministes. Ils soutiennent qu'il est important d'intervenir [sur ce sujet] car il existe un danger réel que les revendications du MRA (Men Rights Activism) militent en faveur d'une discussion populaire sur la violence sexuelle[164].

Droits reproductifs[modifier | modifier le code]

En 2006, le American National Center for Men a soutenu un procès connu sous le nom de Dubay v. Wells . L'affaire visait à déterminer si les hommes devraient avoir la possibilité de refuser tous leurs droits et responsabilités en matière de paternité en cas de grossesse non planifiée. Les partisans ont fait valoir que cela donnerait à la femme le temps de prendre une décision en connaissance de cause et donnerait aux hommes les mêmes droits en matière de procréation qu'aux femmes[165]. L’affaire et l’appel ont été rejetés. La Cour d’appel des États-Unis pour le sixième circuit a déclaré qu’aucun des deux parents n’avait le droit de rompre leurs responsabilités financières vis-à-vis d’un enfant et le droit de la femme à l'avortement repose sur une fausse analogie "[166],[167].

Sécurité sociale et assurance[modifier | modifier le code]

Les groupes de défense des droits des hommes soutiennent que les femmes bénéficient d'une sécurité sociale et d'avantages fiscaux supérieurs à ceux des hommes. Warren Farrell déclare qu'aux États-Unis, les hommes contribuent davantage à la sécurité sociale, mais qu'au total, les femmes perçoivent plus d'avantages et que la discrimination à l'égard des hommes en matière d'assurance et de retraite n'a pas été reconnue.

Suicide[modifier | modifier le code]

Les défenseurs des droits des hommes soulignent des taux de suicide plus élevés chez les hommes que chez les femmes[121]. Aux États-Unis, par exemple, le taux de décès par suicide chez les hommes varie approximativement entre 3 pour 1 et 10 pour 1[168]. Cependant, des études ont révélé une surreprésentation des femmes dans les tentatives de suicide ou des suicides incomplets et des hommes en suicide complet[169]. Ce phénomène, décrit comme le "paradoxe de sexe du suicide", résulterait d'une tendance des femmes à utiliser des méthodes moins meurtrières et d'un plus grand accès des hommes à des méthodes violentes et à leur utilisation[169],[170].

Critiques[modifier | modifier le code]

Le mouvement des droits des hommes a été critiqué pour avoir affiché des tendances misogynes. Le Southern Poverty Law Center a déclaré que, même si certains sites Web, blogs et forums liés au mouvement "expriment des plaintes légitimes et parfois dérangeantes concernant le traitement des hommes, ce qui est le plus remarquable est le ton misogyne qui y règne en si grand nombre"[103],[171],[172]. Après des recherches plus approfondies sur le mouvement, le SPLC a précisé: "Un désir à peine voilé de domination des femmes et la conviction que le système actuel opprime les hommes en faveur des femmes sont les principes unificateurs de la vision du monde de la suprématie masculine". D'autres études ont montré que des groupes de défense des droits des hommes en Inde tentaient de modifier ou d'abolir complètement les protections juridiques importantes accordées aux femmes en tant qu'anxiété patriarcale et hostiles à l'égard des femmes[173].

Certains spécialistes ont décrit le mouvement des droits des hommes ou une partie de ce mouvement comme une réaction brutale contre le féminisme.

Les revendications et les activités associées au mouvement des droits des hommes ont été critiquées et qualifiées de haineuses et de violentes[174]. En 2018, le Southern Poverty Law Center a classé certains groupes de défense des droits des hommes comme faisant partie d'une idéologie de haine relevant du patriarcat et de la suprématie masculine. Le mouvement et ses secteurs ont été décrits comme misogynes[175],[70] et le désavantage perçu par certains hommes est souvent attribué à la perte de leurs droits et privilèges[176].

La professeure Ruth M. Mann, de l’Université de Windsor au Canada, suggère que les groupes de défense des droits des hommes alimentent une rhétorique internationale de haine et de victimisation en diffusant des informations erronées via des forums et sites Web contenant des "diatribes contre le féminisme, des ex-femmes, des pensions alimentaires et le droit de la famille et les systèmes de justice pénale"[177]. Selon Mann, ces récits ravivent leur haine et renforcent leur conviction que le système est biaisé contre les hommes et que le féminisme est responsable d'une "dissimulation" continue et à grande échelle de la victimisation des hommes. Selon Mann, bien que la législation en vigueur au Canada reconnaisse que les hommes sont également victimes de violence domestique, les défenseurs des droits de l'homme exigent que le gouvernement reconnaisse que les hommes sont également ou davantage victimes de violence conjugale, affirmations non étayées par les données[177]. Mann a également déclaré que contrairement aux groupes féministes, qui défendent les services de lutte contre la violence conjugale au nom d'autres groupes historiquement opprimés, en plus des femmes, telles que les personnes touchées par la pauvreté, la couleur de peau, le handicap, l'orientation sexuelle, etc ont tenté d’atteindre leurs objectifs en s’opposant activement et en tentant de démanteler les services et soutiens mis en place pour protéger les femmes et les enfants victimes de violence[177].

Lundy Bancroft, experte en matière de violence conjugale, a qualifié les droits des hommes de "croisade pour les agresseurs" et a déclaré que les attitudes du mouvement contribuent à la violence à l'égard des femmes[178].

D'autres chercheurs tels que Michael Flood ont accusé le mouvement de défense des droits des hommes, en particulier les groupes de défense des droits des pères en Australie, de mettre en danger les femmes, les enfants et même les hommes qui risquent davantage d'être victimes d'abus et de violence[179],[70]. Flood affirme que les groupes de défense des droits des hommes et des pères en Australie poursuivent une "égalité avec vengeance" ou des politiques équivalentes aux conséquences négatives afin de rétablir l'autorité paternelle sur le bien-être des enfants et des femmes, ainsi que la parentalité positive[179].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Staff writer, « A word for men's rights », Putnam's Magazine, vol. 7, no 38,‎ , p. 208–214 (lire en ligne)
  2. a b c et d Malleier, « Der 'Bund für Männerrechte'. Die Bewegung der 'Männerrechtler' im Wien der Zwischenkriegszeit », Wiener Geschichtsblätter, vol. 58, no 3,‎ , p. 208–233
  3. Maureen Healy, Vienna and the Fall of the Habsburg Empire : Total War and Everyday Life in World War I, Cambridge UP, , 333 p. (ISBN 978-0-521-83124-6, lire en ligne), p. 272

    « As historians Sigrid Augeneder and Gabriella Hauch explain, legally removing women from traditional male jobs constituted one facet of the return to a 'healthy order' (gesunde Ordnung) in the postwar period. Hauch discusses the somewhat comical 'League for Men's Rights' founded in the 1920s to "protect the endangered existence of men. »

  4. a b c d e f g et h Messner, « The limits of "The Male Sex Role": an analysis of the men's liberation and men's rights movements' discourse », Gender & Society, vol. 12, no 3,‎ , p. 255–276 (DOI 10.1177/0891243298012003002, JSTOR 190285) Pdf.
  5. a b et c Newton 2004, p. 190–200.
  6. Michael Kimmel, Angry White Men : American Masculinity at the End of an Era, Https://books.google.com/books?id=7WVGDgAAQBAJ&printsec=frontcover&dq=Angry+White+Men:+American+Masculinity+at+the+End+of+an+Era&hl=en&sa=X&ved=0ahUKEwjC0pKVlODbAhWxwFkKHZw3BTAQ6AEIJTAA#v=onepage&q=Angry%20White%20Men%3A%20American%20Masculinity%20at%20the%20End%20of%20an%20Era&f=false, The Nation Institute, , 352 p. (ISBN 978-1-56858-962-6, lire en ligne)
  7. Lingard, Mills et Weaver-Hightower, « Interrogating recuperative masculinity politics in schooling », International Journal of Inclusive Education, vol. 16, no 4,‎ , p. 407–421 (DOI 10.1080/13603116.2011.555095) :

    « The concept of recuperative masculinity politics was developed by Lingard and Douglas (1999) to refer to both mythopoetic (Biddulph 1995, 2010; Bly 1990) and men's rights politics (Farrell 1993). Both of these rejected the move to a more equal gender order and more equal gender regimes in all of the major institutions of society (e.g. the family, schools, universities, workplaces) sought by feminists and most evident in the political and policy impacts in the 1980s and 1990s from second-wave feminism of the 1970s. 'Recuperative' was used to specifically indicate the ways in which these politics reinforced, defended and wished to recoup the patriarchal gender order and institutional gender regimes. »

  8. a b c d e et f Maddison, « Private Men, Public Anger: The Men's Rights Movement in Australia », Journal of Interdisciplinary Gender Studies, vol. 4, no 2,‎ , p. 39–52 (lire en ligne[archive du ])
  9. Bob Pease et Peter Camilleri, Working with men in the human services, Crow's Nest, N.S.W., Allen & Unwin, , 3–4 p. (ISBN 978-1-86508-480-0), « Feminism, masculinity and the human services »
  10. (en) Jack S. Kahn, An introduction to masculinities, Chichester, U.K., Wiley-Blackwell, , 408 p. (ISBN 978-1-4051-8179-2, lire en ligne), p. 202
  11. Gwyneth I. Williams, Promise keepers and the new masculinity : private lives and public morality, Lanham, Lexington Books, , 114 p. (ISBN 978-0-7391-0230-5), « Masculinity in context: an epilogue », p. 107
  12. Chris Beasley, Gender and Sexuality : Critical Theories, Critical Thinkers, Thousand Oaks, CA, SAGE Publications, , 293 p. (ISBN 978-0-7619-6979-2, lire en ligne), p. 180
  13. Calinda N. Lee, American Masculinities : A Historical Encyclopedia, vol. One, Thousand Oaks, California, SAGE Publications, , 562 p. (ISBN 978-0-7619-2540-8), « Fathers' rights », p. 167
  14. a et b Ashe 2007, p. 63.
  15. (en) Cynthia Fabrizio Pelak, Verta Taylor et Nancy Whittier, Handbook of the sociology of gender, New York, Springer, , 630 p. (ISBN 978-0-387-36218-2, lire en ligne), « Gender movements », p. 168
  16. (en-US) « Father's Rights Groups Threaten Women's Gains—And Their Safety », Political Research Associates (consulté le 20 juin 2018)
  17. Dunphy 2000.
  18. Polanki, « Men Who Cry » [archive du ], OPEN, (consulté le 3 mai 2013)
  19. Ruxton et van deer Gaag, « Men's involvement in gender equality – European perspectives », Gender & Development, vol. 21, no 1,‎ , p. 161–175 (DOI 10.1080/13552074.2013.767522)
  20. Menzies 2007, p. 77.
  21. Flood 2007, p. 430–433.
  22. Berman, « "Men's rights" groups go mainstream », Salon, (consulté le 21 mars 2013)
  23. Connell, « Change among the gatekeepers: men, masculinities, and gender equality in the global arena », Signs: Journal of Women in Culture and Society, vol. 30, no 3,‎ , p. 1801–1825 (DOI 10.1086/427525, JSTOR 10.1086/427525, lire en ligne)
  24. a et b Michael Kimmel, Angry white men : American masculinity as the end of an era, New York, , 2e éd., 352 p. (ISBN 978-1-56858-962-6, lire en ligne), « White men as victims: The Men's Rights Movement »
  25. Chowdhury, « Conditions of emergence: the formation of men's rights groups in contemporary India », Indian Journal of Gender Studies, vol. 21, no 1,‎ , p. 27–53 (DOI 10.1177/0971521513511199)
  26. a b et c « Men's rights movement: why it is so controversial? », The weed Day Newsletter,‎ (lire en ligne)
  27. a et b Jackson Katz, Critical issues on violence against women : international perspectives and promising strategies, New York, Routledge, , 288 p. (ISBN 978-0-415-85624-9), « Engaging men in prevention of violence against women », p. 237
  28. a b et c (en) « Are You Man Enough for the Men's Rights Movement? », GQ,‎ (lire en ligne)
  29. a et b R. Tod Kelly, « The Masculine Mystique: Inside The Men's Rights Movement (MRM) », The Daily Beast,‎ (lire en ligne)
  30. (en) « "Feminism is a sexual strategy": Inside the angry online men's rights group "Red Pill" », salon,‎ (lire en ligne)
  31. (en) « Dad’s Day in Court », Slate,‎ (lire en ligne)
  32. (en) « Inside Red Pill, The Weird New Cult For Men Who Don't Understand Women », Business Insider France,‎ (lire en ligne)
  33. (en) « There's a better way to talk about men's rights activism — and it's on Reddit », Vox,‎ (lire en ligne)
  34. Marian Sawer, 2001 : The centenary election, St Lucia, Qld., University of Queensland Press, , 350 p. (ISBN 978-0-7022-3303-6, lire en ligne), « In safe hands? Women in the 2001 election », p. 255
  35. (en) « Run-up to election shows Israelis are as fragmented as ever », USA Today,‎ 01/26/2003 (lire en ligne)
  36. (en) « Israeli Parties Clamor for Votes in Divided Society », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  37. (en) « Israel's fringe parties take root », The Register-Guard,‎ (lire en ligne)
  38. Anna Gavanas, Fatherhood politics in the United States : masculinity, sexuality, race and marriage, Urbana, University of Illinois Press, , 190 p. (ISBN 978-0-252-02884-7, lire en ligne), « Introduction », p. 11

    « Despite their claims of victimhood, men's and fathers' rights advocates are usually white, middle-class, heterosexual men who tend to overlook their institutional and socioeconomical advantages in work and the family... »

  39. a et b Charlotte Cahill, Culture Wars : An Encyclopedia of Issues, Viewpoints, and Voices, Armonk, M.E. Sharpe, , 354–356 p. (ISBN 978-1-84972-713-6), « Men's movement »
  40. Coston et Kimmel, « White men as the new victims: reverse discrimination cases and the men's rights movement », Nevada Law Journal, Special Issue: Men, Masculinities, and Law: A Symposium on Multidimensional Masculinities Theory, vol. 13, no 2,‎ , p. 368–385 (lire en ligne) :

    « Where are the Men's Rights guys when it comes to 'other' men? Men's Rights is almost entirely a movement of angry, straight, white men. »

  41. Christopher P. Mason, Crossing into manhood : a men's studies curriculum, Youngstown, Cambria Press, , 299 p. (ISBN 978-1-934043-30-1), « Introduction »
  42. Goldberg, « In all its variations, the fathers' rights movement is saying one thing...: Make Room for Daddy », ABA Journal, vol. 83, no 2,‎ , p. 48–52 (JSTOR 27839422) View online. Also available via HeinOnline.
  43. (en) Michael S. Kimmel, Manhood in America : a cultural history, New York, Oxford University Press, , 355 p. (ISBN 978-0-19-518113-5), « From anxiety to anger since the 1990s: the "Self-Made Man" becomes "Angry White Man" », p. 302
  44. a b et c Williams, « Constructing the Public Good: Social Movements and Cultural Resources », Social Problems, vol. 42, no 1,‎ , p. 134–135 (DOI 10.2307/3097008, JSTOR 3097008) :

    « Another example of contractual model rhetoric is in the language of the Men's Rights movement. As a countermovement to the feminist movement, it has concentrated on areas generally thought of as family law—especially divorce and child custody laws. The movement charges that maternal preference in child custody decisions is an example of gender prejudice, with men the ones who are systematically disadvantaged... Men's Rights groups... have adopted much of the rhetoric of the early liberal feminist movement... Similarly, along with the appeal to "equal rights for fathers"... the Men's Rights movement also uses a rhetoric of children's "needs"... The needs rhetoric helps offset charges that their rights language is motivated by self-interest alone. »

  45. Bob Lingard et Peter Douglas, Men engaging feminisms : pro-feminism, backlashes and schooling, p. 36

    « While conservative elements of the men's rights position overtly describe themselves as a 'backlash' to feminism, their more liberal counterpart's self-proclaimed commitment to 'the true equality of both sexes and to the liberation of both sexes from their traditional roles' (Clatterbaugh 1997: 89) make it problematic to describe the men's rights position in general as nothing more than a backlash against feminism. »

  46. a b c et d Allen, « Phallic Affect », Men and Masculinities, vol. 19,‎ , p. 22–41 (DOI 10.1177/1097184X15574338)
  47. Messner, « The Limits of "The Male Sex Role": An Analysis of the Men's Liberation and Men's Rights Movements' Discourse », Gender and Society, vol. 12, no 3,‎ , p. 255–276 (DOI 10.1177/0891243298012003002)
  48. Allen, « Phallic Affect », Men and Masculinities, vol. 19,‎ , p. 22–41 (DOI 10.1177/1097184X15574338) :

    « The men's rights movement is distinct from other explorations of masculinity insofar as the movement itself is fundamentally situated in opposition to feminist theory and activism. »

  49. Kimmel, « Men's Responses to Feminism at the Turn of the Century », Gender & Society, vol. 1, no 3,‎ , p. 261–283 (DOI 10.1177/089124387001003003)
  50. Stephen Whitaker, Gender Mosaics : Social Perspectives, New York, Oxford University Press, , 343–351 p. (ISBN 978-0-19-532998-8), « Gender Politics in Men's Movements »
  51. Johnson, Allan G., The Gender Knot : Unraveling our Patriarchal Legacy, Philadelphie, Temple University Press, , 290 p. (ISBN 978-1-59213-383-3), p. 220

    « such problems are prominent in many men's lives, but this is no organized male response to the patriarchal system whose dynamics produce much of men's loss, suffering, and grief. Contrary to Bly's claim, it is not a parallel to the women's movement that is merely on a "different timetable." It may be a response to genuine emotional and spiritual needs that are met by bringing men together to drum, chant, and share stories and feelings from their lives. It may help to heal some of the damage patriarchy does to men's lives. But it is not a movement aimed at the system and the gender dynamics that actually cause that damage. »

  52. (en) David Benatar, The Second Sexism, Discrimination Against Men and Boys, Wiley-Blackwell,
  53. Gwyneth Williams, Historical and Multicultural Encyclopedia of Women's Reproductive Rights in the United States, Greenwood Publishing Group, , 238 p. (ISBN 978-0-313-30644-0, lire en ligne), « Fathers' rights movement », p. 83
  54. Ramesh, « Dowry law making us the victims, says India's men's movement », The Guardian, (consulté le 27 mars 2015)
  55. « Section 498A in The Indian Penal Code », indiankanoon.org (consulté le 16 mai 2017)
  56. (en) Romit Chowdhury, Women, Gender and Everyday Social Transformation in India, Londres, Anthem Press, , 262 p. (ISBN 978-1-78308-269-8, lire en ligne), « Family, Femininity, Feminism: 'Structure of Feeling' in the Articulation of Men's Rights », p. 189
  57. a et b Melville et Hunter, « 'As everybody knows': Countering myths of gender bias in family law », Griffith Law Review, vol. 10, no 1,‎ , p. 124–138 (lire en ligne) :

    « Several authors have observed that men's rights groups claim that the family law system and the Family Court are biased against men, despite the lack of supporting empirical research. »

    Also available through HeinOnline.
  58. Bob Pease, Men and gender relations, Croydon, Vic., Tertiary Press, , 216 p. (ISBN 978-0-86458-218-8), p. 36
  59. a b et c Susan M. Crean, In the name of the fathers : the story behind child custody, Toronto, Amanita, , 107–108 p. (ISBN 978-0-921299-04-2)
  60. Gwyneth I. Williams et Rhys H Williams, Images of Issues : Typifying Contemporary Social Problems, New York, A. De Gruyter, , 201–202 p. (ISBN 978-0-202-30539-4), « "All We Want Is Equality": Rhetorical Framing in the Fathers' Rights Movement »
  61. Coltrane et Hickman, « The Rhetoric of Rights and Needs: Moral Discourse in the Reform of Child Custody and Child Support Laws », Social Problems, vol. 39, no 4,‎ , p. 400–420 (DOI 10.2307/3097018, JSTOR 3097018)
  62. Family change and family policies in Great Britain, Canada, New Zealand, and the United States, New York, Oxford University Press, , 463 p. (ISBN 978-0-19-829025-4, lire en ligne), p. 182
  63. Handbook of father involvement : multidisciplinary perspectives, Londres, , 2e éd., 486 p. (ISBN 978-0-415-87867-8, lire en ligne), p. 425
  64. Pepiton, J Alvis, Allen, Logid, « Is Parental Alienation Disorder a Valid Concept? Not According to Scientific Evidence. A Review of Parental Alienation, DSM-5 and ICD-11 by William Bernet », Journal of Child Sexual Abuse, vol. 21, no 2,‎ , p. 244–253 (DOI 10.1080/10538712.2011.628272)
  65. Mayeri, « Foundling Fathers: (Non-) Marriage and Parental Rights in the Age of Equality 125 Yale Law Journal 2015-2016 », Yale Law Journal, vol. 125,‎ 2015-2016, p. 2292 (lire en ligne, consulté le 19 juin 2018)
  66. (en) B., John, G. et Christopher, « Psychological evaluations for the courts: A handbook for mental health professionals and lawyers », Scholar Commons,‎ (lire en ligne)
  67. Brems, Carssow, Shook et Sturgill, « Assessment of fairness in child custody decisions », Child Abuse & Neglect, vol. 19, no 3,‎ , p. 345–353 (ISSN 0145-2134, PMID 9278734, DOI 10.1016/s0145-2134(94)00135-9)
  68. Gwyneth I. Williams et Rhys H. Williams, Social problems : constructionist readings, New York, de Gruyter, , 277 p. (ISBN 978-0-202-30703-9, lire en ligne), « Framing in the fathers' rights movement », p. 96
  69. Ryrstedt, « Joint decisions – a prerequisite or a drawback in joint parental responsibility? », Australian Journal of Family Law, vol. 17, no 2,‎ , p. 155–206 (lire en ligne) :

    « Research has highlighted that it is usually disaffected fathers and men's rights groups, who have masked their own claims behind the rhetoric of the rights of the child to know and be cared for by both parents. »

  70. a b et c (en) Molly Dragiewicz, Equality with a Vengeance : Men's Rights Groups, Battered Women, and Antifeminist Backlash, Northeastern University Press, , 154 p. (ISBN 978-1-55553-756-2, lire en ligne)
  71. DL Rhode, Speaking of sex : the denial of gender inequality, Cambridge, Mass., Harvard University Press, (ISBN 978-0-674-83177-3, lire en ligne), p. 194
  72. Flood, « Separated fathers and the 'fathers' rights' movement », Journal of Family Studies, vol. 18, nos 2–3,‎ , p. 235–245 (DOI 10.5172/jfs.2012.18.2-3.235, lire en ligne)
  73. (en) Lundy Bancroft, Why Does He Do That? : Inside the Minds of Angry and Controlling Men, New York : Putnam's Sons, , 408 p. (ISBN 978-0-399-14844-6, lire en ligne)
  74. Song, Sandra, « We spoke to an Intactivist fighting for his foreskin », Paper Magazine, (consulté le 8 novembre 2016)
  75. Meyers, Rupert, « Men's Rights Activists are cave dwelling idiots » [archive du ], GQ, (consulté le 3 novembre 2016)
  76. Smith, Lydia, « Why female genital mutilation is a very different issue to male circumcision », International Business Times, (consulté le 8 novembre 2016)
  77. Ross, Julianne, « The 8 Biggest Lies Men's Rights Activists Spread About Women », Mic.com, (consulté le 3 novembre 2016)
  78. Holt, Mytheos, « Why I am not a men's rights activist », The Federalist, (consulté le 8 novembre 2016)
  79. Povenmire, « Do Parents Have the Legal Authority to Consent to the Surgical Amputation of Normal, Healthy Tissue From Their Infant Children?: The Practice of Circumcision in the United States », Journal of Gender, Social Policy and the Law, vol. 7, no 1,‎ 1998–1999, p. 87–123 (PMID 16526136, lire en ligne)
  80. a et b El-Salam, « The Importance of Genital Mutilations to Gender Power Politics », Al-Raida, vol. 20, no 99,‎ 2002–2003, p. 42 :

    « Women's defense of men's right to bodily integrity and their work against MGM will not have a negative impact on their struggle against FGM. »

  81. George C. Denniston, Male and female circumcision medical, legal, and ethical considerations in pediatric practice, New York, Kluwer Academic/Plenum Publishers, , 547 p. (ISBN 978-0-306-46131-6, lire en ligne), p. 348
  82. M. Somerville, The Ethical Canary : Science, Society and the Human Spirit, Toronto, Viking Press, (ISBN 978-0-670-89302-7), « Altering baby boys' bodies: the ethics of infant male circumcision »
  83. James Green, The Male Herbal : The Definitive Health Care Book for Men and Boys, Berkeley, Calif., , 2e éd., 340 p. (ISBN 978-1-58091-175-7)

    « Circumcision: A Common Form of Disregard for Men's Rights… Glick emphasizes that infants are persons with full civil rights, and therefore no one has the right to impose circumcision on them—not even parents. »

  84. (en) Brian D. Earp, « Female genital mutilation (FGM) and male circumcision: Should there be a separate ethical discourse? », Practical Ethics,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2020)
  85. « Between prophylaxis and child abuse: the ethics of neonatal male circumcision », Am J Bioeth, vol. 3, no 2,‎ , p. 35–48 (PMID 12859815, DOI 10.1162/152651603766436216)
  86. « Mandatory neonatal male circumcision in Sub-Saharan Africa: medical and ethical analysis », Med. Sci. Monit., vol. 13, no 12,‎ , RA205–13 (PMID 18049444)
  87. Patrick K, « Is infant male circumcision an abuse of the rights of the child? No », BMJ, vol. 335, no 7631,‎ , p. 1181 (PMID 18063641, PMCID 2128676, DOI 10.1136/bmj.39406.523762.AD)
  88. « Cultural circumcision in EU public hospitals—an ethical discussion », Bioethics, vol. 23, no 8,‎ , p. 470–82 (PMID 19076127, DOI 10.1111/j.1467-8519.2008.00683.x)
  89. Warren Farrell, The Myth of Male Power : Why Men Are The Disposable Sex, New York, Berkley Books, , 446 p. (ISBN 978-0-425-18144-7), « Women who kill too much and the courts that free them: the twelve "female-only" defenses »
  90. (en) « Our attitude to violence against men is out of date », The Telegraph,‎ (lire en ligne)
  91. Zaher, « When a woman's marital status determined her legal status: a research guide on the common law doctrine of coverture », Law Library Journal, HeinOnline on behalf of the American Association of Law Libraries, vol. 94, no 3,‎ , p. 459-486 (lire en ligne) Pdf.
  92. Gwendolyn Leachman, Studies in law, vol. 61, Bingley, West Yorkshire, UK, Emerald Publishing, coll. « Studies in Law, Politics and Society », , 25–59 p. (ISBN 978-1-78190-619-4, DOI 10.1108/S1059-4337(2013)0000061005), « Legal framing »
  93. Brinig et Allen, « These Boots Are Made for Walking: Why Most Divorce Filers are Women », American Law and Economics Review, vol. 2, no 1,‎ , p. 126–129 (DOI 10.1093/aler/2.1.126)
  94. « Divorces in England and Wales: 2012 », ons.gov.uk, Office for National Statistics,
  95. a b et c Susan L. Miller, Victims as Offenders : The Paradox of Women's Violence in Relationships, New Brunswick, NJ, Rutgers University Press, , 175 p. (ISBN 978-0-8135-3671-2, lire en ligne), p. 16
  96. a b et c (en) « Battered men get their own refuge », The Guardian,‎ sun 21 dec 2003 (lire en ligne)
  97. a b et c (en) Susan L. Miller, Terry G. Lilley, Claire M. Renzetti et Jeffrey L. Edleson, Encyclopedia of interpersonal violence, Los Angeles (Calif.), SAGE Publications, , 257–258 p. (ISBN 978-1-4129-1800-8, lire en ligne), « Female perpetrators of intimate partner violence »
  98. Molly Dragiewicz, Equality with a Vengeance : Men's Rights Groups, Battered Women, and Antifeminist Backlash, Boston, Northeastern University Press, , 84–85 p. (ISBN 978-1-55553-739-5, lire en ligne), « Sex differences »
  99. a b c d et e Donileen R. Loseke, Richard J. Gelles et Mary M. Cavanaugh, Current controversies on family violence, SAGE, , 376 p. (ISBN 978-0-7619-2106-6, lire en ligne), p. 92 excerpt: "Other men's rights advocacy groups use family conflict research .. to eliminate laws defining marital rape as a crime (the Equal Justice Foundation: ww.ejfi.org)" note: EJFI is in Colorado
  100. Molly Dragiewicz, Equality with a Vengeance : Men's Rights Groups, Battered Women, and Antifeminist Backlash, Boston, Northeastern University Press, , 3–4, 29 p. (ISBN 978-1-55553-739-5, lire en ligne), « Introduction / Booth v. Hvass »
  101. (en) Michael Kimmel, Misframing men : the politics of contemporary masculinities, Piscataway, Rutgers University Press, , 242 p. (ISBN 978-0-8135-4762-6, lire en ligne), p. 1
  102. « Richard Gelles: oh so magnanimous, and dead wrong », fathersmanifesto.net (consulté le 25 mai 2018)
  103. a et b Potok et Schlatter S, « Men's Rights Movement Spreads False Claims about Women », Intelligence Report, vol. 145,‎ (lire en ligne, consulté le 7 mars 2013)
  104. a b c et d Flood, « Separated fathers and the 'fathers' rights' movement », Journal of Family Studies, vol. 18, nos 2–3,‎ , p. 235–345 (DOI 10.5172/jfs.2012.18.2-3.235, lire en ligne) Pdf.
  105. Dobash, Dobash, Wilson et Daly, « The myth of sexual symmetry in marital violence », Social Problems, vol. 39, no 1,‎ , p. 71–91 (DOI 10.2307/3096914, JSTOR 3096914)
  106. a et b Kimmel, « 'Gender symmetry' in domestic violence: a substantive and methodological research review », Violence Against Women, vol. 8, no 11,‎ , p. 1332–1363 (DOI 10.1177/107780102237407) Pdf.
  107. Donileen R Loseke et Demie Kurz, Current Controversies on Family Violence, , 79–96 p. (ISBN 978-0-7619-2106-6, DOI 10.4135/9781483328584.n5, lire en ligne)
  108. a et b Martin Mills, Becky Francis et Christine Skelton, The problem with boys' education : beyond the backlash, Taylor & Francis, , 38–55 p. (ISBN 978-1-56023-683-2), « Gender policies in Australia and the United Kingdom »
  109. a et b Press Association, « Gender gap in UK degree subjects doubles in eight years, UCAS study finds », The Guardian | Education, (consulté le 14 juillet 2017)
  110. a b et c Becky Francis et Christine Skelton, Reassessing gender and achievement : questioning contemporary key debates, Psychology Press, , 18–19, 141 p. (ISBN 978-0-415-33324-5, lire en ligne)
  111. Stoet et Geary, « Sex differences in academic achievement are not related to political, economic, or social equality », Intelligence, vol. 48,‎ january–february 2015, p. 137–151 (DOI 10.1016/j.intell.2014.11.006)
  112. a et b Leder, Forgasz et Jackson, « Mathematics, English and Gender Issues: Do Teachers Count? », Australian Journal of Teacher Education, vol. 39, no 9,‎ , p. 2 (DOI 10.14221/ajte.2014v39n9.3) Pdf.
  113. a et b Kenneth Clatterbaugh, Contemporary perspectives on masculinity : Men, women, and politics in modern society, Boulder, Colorado, Reissued 2nd., (ISBN 978-0-8133-2701-3, lire en ligne), p. 11

    « Indeed the premise of all men's rights literature is that men are not privileged relative to women... Having denied that men are privileged relative to women, this movement divides into those who believe that men and women are equally harmed by sexism and those who believe that society has become a bastion of female privilege and male degradation. »

  114. a et b (en) « What about tax, and father's custody rights? », The Times Of India,‎ (lire en ligne)
  115. a et b (en) « FHM: For Him Minister? », BBC News,‎ 3 march, 2004 (lire en ligne)
  116. a et b (en) « Guys got it made? Think again, say advocates », The Washington Times,‎ tuesday, may 17, 2011 (lire en ligne)
  117. (en) « Indian husbands want protection from nagging wives », Reuters,‎ (lire en ligne)
  118. Manigandan KR, « Boys fight for freedom! », Times of India, (consulté le 22 décembre 2011)
  119. (en) « Yesterday in Parliament », The Telegraph,‎ (lire en ligne)
  120. Minister for Men. Hansard, UK Parliament. Retrieved November 24, 2011.
  121. a b c et d Christian Haywood et Máirtín Mac an Ghaill, Men and masculinities : theory, research, and social practice, Open University Press, , 134–5 p. (ISBN 978-0-335-20892-0, lire en ligne)
  122. (en) « Feminism Has Created Progress, But Man, Oh, Man, Look What Else », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne)
  123. D Benatar, The Second Sexism : Discrimination Against Men and Boys, John Wiley & Sons, , 190 p. (ISBN 978-1-118-19230-6)
  124. Woods, Applebaum, Green et Kallgren, « Women's Health: 30 Years of Progress in the U.S. Department of Health and Human Services », Public Health Reports, vol. 130, no 2,‎ , p. 123–127 (ISSN 0033-3549, PMID 25729100, PMCID 4315852, DOI 10.1177/003335491513000204)
  125. Berlin et Ellenberg, « Inclusion of women in clinical trials », BMC Medicine, vol. 7, no 1,‎ , p. 56 (ISSN 1741-7015, PMID 19818115, PMCID 2763864, DOI 10.1186/1741-7015-7-56)
  126. (en) Simon, « Wanted: Women in Clinical Trials », Science, vol. 308, no 5728,‎ , p. 1517 (ISSN 0036-8075, PMID 15947140, DOI 10.1126/science.1115616, lire en ligne)
  127. (en) Allotey, Allotey-Reidpath et Reidpath, « Gender bias in clinical case reports: A cross-sectional study of the "big five" medical journals », PLOS ONE, vol. 12, no 5,‎ , e0177386 (ISSN 1932-6203, PMID 28493948, PMCID 5426670, DOI 10.1371/journal.pone.0177386, Bibcode 2017PLoSO..1277386A)
  128. (en) Institute of Medicine, Board on Population Health and Public Health Practice et Committee on Women's Health Research, Women's Health Research : Progress, Pitfalls, and Promise, National Academies Press, , 438 p. (ISBN 978-0-309-16337-8, lire en ligne)
  129. Warren Farrell, The Myth of Male Power : Why Men are The Disposable Sex, Chapter 7, 21st anniversary, (lire en ligne)
  130. Genevieve Creighton & John L Oliffe (2010) Theorising masculinities and men’s health: A brief history with a view to practice, Health Sociology Review, 19:4, 413, DOI: 10.5172/hesr.2010.19.4.409
  131. (en) « Why do women live longer than men? », BBC,‎ 2nd october 2015 (lire en ligne)
  132. Luy et Gast, « Do women live longer or do men die earlier? Reflections on the causes of sex differences in life expectancy », Gerontology, vol. 60, no 2,‎ , p. 143–153 (PMID 24296637, DOI 10.1159/000355310)
  133. (en) « Homelessness is a gendered issue, and it mostly impacts men », The Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mars 2017)
  134. Feldman, Craen, Enyart et Batchelor, « Prevalence of Homelessness by Gender in an Emergency Department Population in Pennsylvania », The Journal of the American Osteopathic Association, vol. 118, no 2,‎ , p. 85–91 (ISSN 1945-1997, PMID 29379974, DOI 10.7556/jaoa.2018.023)
  135. Rhys H. Williams, Promise Keepers and the New Masculinity : Private Lives and Public Morality, Lexington Books, , 114 p. (ISBN 978-0-7391-0231-2, lire en ligne), p. 107
  136. Redeeming men : religion and masculinities, Westminster John Knox Press, , 306 p. (ISBN 978-0-664-25544-2, lire en ligne), p. 17

    « In contradistinction to profeminism, however, the men's rights perspective addresses specific legal and cultural factors that put men at a disadvantage. The movement is made up of a variety of formal and informal groups that differ in their approaches and issues; Men's rights advocates, for example, target sex-specific military conscription and judicial practices that discriminate against men in child custody cases. »

  137. a et b Martin Binkin, Who Will Fight the Next War? : The Changing Face of the American Military, Brookings Institution Press, , 179 p. (ISBN 978-0-8157-0955-8, lire en ligne), p. 53
  138. a et b (en) « Supreme Court To Begin Hearing Male-Only Military Draft Case », The Blade,‎ (lire en ligne, consulté le 12 novembre 2011)
  139. Rostker v. Goldberg at Cornell University Law School.
  140. « Like it or not, gender equality may soon come to the US military draft », Vox,
  141. a b c d et e Cannold, « Who's the father? Rethinking the moral 'crime' of 'paternity fraud' », Women's Studies International Forum, Special Issue: Women and Technologies of Reproduction, vol. 31, no 4,‎ july–august 2008, p. 249–256 (DOI 10.1016/j.wsif.2008.05.011) Pdf.
  142. a b et c Majumber, Mary Anderlik, Genetic Ties and the Family : The Impact of Paternity Testing on Parents and Children, JHU Press, , 172–79 p. (ISBN 978-0-8018-8193-0, lire en ligne), « Disestablishment Suits »
  143. a b et c Salah, « Teens may be forced to have paternity test », abc.net.au, (consulté le 27 octobre 2012)
  144. (en) « Sex Contract Shares Intimate Knowledge », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne)
  145. Michael Kimmel, Men and Masculinities : A Social, Cultural and Historical Encyclopedia, ABC-CLIO, (1re éd. 1992), 35–37 p. (ISBN 978-1-57607-774-0, lire en ligne)
  146. Wendy, « Privacy Rights Eroding Down Slippery Slope &#124 », foxnews.com, (consulté le 23 décembre 2011)
  147. (en) « Rape case protection bid rejected », BBC News,‎ 7 january, 2004 (lire en ligne)
  148. (en) « Men's rights activist: Feminists have used rape 'as a scam' », Aljazeera America,‎ (lire en ligne)
  149. Lonsway Archambault Lisak, « False Reports: Moving Beyond the Issue to Successfully Investigate and Prosecute Non-Stranger Sexual Assault », www.ndaa.org,
  150. FBI, « Crime Index Offenses Reported », www.fbi.gov,
  151. Liz Kelly, Linda Regan et Jo Lovett, A gap or a chasm? : Attrition in reported rape cases, Londres, Home Office Research, Development and Statistics Directorate, (ISBN 978-1-84473-555-6, lire en ligne)
  152. « Abstracts Database - National Criminal Justice Reference Service », www.ncjrs.gov (consulté le 23 décembre 2015)
  153. a et b « False Accusations », National Coalition For Men (consulté le 6 mai 2013)
  154. Lisak, Gardinier, Nicksa et Cote, « False allegations of sexual assault: an analysis of ten years of reported cases », Violence Against Women, vol. 16, no 12,‎ , p. 1318–1334 (ISSN 1552-8448, PMID 21164210, DOI 10.1177/1077801210387747)
  155. Fidelma Ashe, The New Politics of Masculinity : Men, Power and Resistance, Londres, Routledge, , 192 p. (ISBN 978-1-134-41437-6, lire en ligne), p. 60
  156. Maggie Wykes et Kirsty Welsh, Violence, Gender and Justice, Londres, SAGE, , 29–37 p. (ISBN 978-1-4129-2336-1, lire en ligne)
  157. Feminist Perspectives on Family Law, Londres, Routledge, , 160–164 p. (ISBN 978-1-135-30963-3)
  158. Lynne Segal, Straight Sex : Tethinking the Politics of Pleasure, Berkeley, University of California Press, , 376 p. (ISBN 978-0-520-20001-2, lire en ligne), p. 276

    « It is there that 7 February has been declared International Men's Day by the men's rights groups, celebrated in Kansas City in 1994 as a day for campaigning against the legal recognition of 'marital rape'... »

  159. « Why men's rights activists are against inclusion of marital rape », First Post, (consulté le 10 mars 2013) excerpt: "The Government has not included marital rape in its anti-rape ordinance appealing that it is a complex issue that involves multiple stakeholders... mens rights activists are constantly clamouring that Section 498(A), the Domestic Violence Act is being misused"
  160. Millar, « Marital Rape – What a Can of Worms! » [archive du ], Strike at the Root, (consulté le 11 octobre 2012)
  161. (en) Women, Gender and Everyday Social Transformation in India, Londres, Anthem Press, (ISBN 978-1-78308-269-8, lire en ligne), p. 193
  162. a et b (en) « Husbands can't get away with marital rape: Government », DNA India,‎ (lire en ligne, consulté le 30 septembre 2012)
  163. (en) « Women confident law will end culture of abuse », South China Morning Post,‎ (lire en ligne, consulté le 11 octobre 2012)
  164. Gotell, « Sexual Violence in the 'Manosphere': Antifeminist Men's Rights Discourses on Rape », International Journal for Crime, Justice and Social Democracy, vol. 5, no 2,‎ , p. 65–80 (DOI 10.5204/ijcjsd.v5i2.310)
  165. Traister, « Roe for men? », Salon, (consulté le 17 décembre 2007)
  166. « U.S. Court of Appeals for the Sixth Circuit, case No. 06-11016 »
  167. Jessica Valenti, Why Have Kids? : A New Mom Explores the Truth About Parenting and Happiness, Houghton Mifflin Harcourt, , 103–5 p. (ISBN 978-0-547-89261-0, lire en ligne)
  168. « Teen Suicide Statistics », Adolescent Teenage Suicide Prevention, FamilyFirstAid.org, (consulté le 11 avril 2006)
  169. a et b Schrijvers, Bollen et Sabbe, « The gender paradox in suicidal behavior and its impact on the suicidal process - Journal of Affective Disorders », Journal of Affective Disorders, vol. 138, nos 1–2,‎ , p. 19–26 (PMID 21529962, DOI 10.1016/j.jad.2011.03.050, lire en ligne, consulté le 23 décembre 2015)
  170. « Section 3: Gun Ownership Trends and Demographics », www.people-press.org, Pew Research Center, (consulté le 30 mai 2016)
  171. Goldwag, « Leader's Suicide Brings Attention to Men's Rights Movement », Intelligence Report, vol. 145,‎ (lire en ligne, consulté le 7 mars 2013)
  172. Shira Tarrant, Men Speak Out : Views on Gender, Sex, and Power, Routledge, , 360 p. (ISBN 978-1-135-12743-5, lire en ligne), p. 174
  173. Lodhia, « "Stop importing weapons of family destruction!": cyberdiscourses, patriarchal anxieties, and the men's backlash movement in India », Violence Against Women, vol. 20, no 8,‎ , p. 905–936 (ISSN 1552-8448, PMID 25238869, DOI 10.1177/1077801214546906)
  174. (en) Goldwag, « Hatewatch: Intelligence report article provokes fury among Men's Rights Activists », splcenter.org/hatewatch, Southern Poverty Law Center, (consulté le 5 mai 2017)
  175. Ruzankina, « Men's movements and male subjectivity », Anthropology & Archeology of Eurasia, vol. 49, no 1,‎ , p. 8–16 (DOI 10.2753/aae1061-1959490101)
  176. Grauniad, septembre 2016[source insuffisante]
  177. a b et c Mann, « Men's Rights and Feminist Advocacy in Canadian Domestic Violence Policy Arenas. », Feminist Criminology, vol. 3, no 1,‎ , p. 44–75 (DOI 10.1177/1557085107311067, lire en ligne)
  178. (en) « Domestic violence expert Lundy Bancroft: Men’s Rights philosophies make angry and controlling men even worse. », We Hunted The Mammoth,‎ (lire en ligne)
  179. a et b Flood, « "Fathers' rights" and the defense of paternal authority in Australia », Violence Against Women, vol. 16, no 3,‎ , p. 328–347 (PMID 20133921, DOI 10.1177/1077801209360918) Pdf.

Voir également[modifier | modifier le code]

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]