Mouvement patriotique pour le renouveau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Mouvement patriotique pour le renouveau (MPR) est un parti politique malien créé en 1995. Il est dirigé par Choguel Kokalla Maïga, ancien dirigeant de l’Union démocratique du peuple malien (UDPM), parti unique sous le régime de Moussa Traoré[1]. Le symbole du MPR est le tigre et sa devise « Unité et Défense de la Patrie Malienne » (UDPM, les mêmes initiales que l’Union démocratique du peuple malien, parti unique sous Moussa Traoré).

Historique[modifier | modifier le code]

1995-2002 Héritier de Moussa Traoré, opposé à Alpha Oumar Konaré[modifier | modifier le code]

Le MPR revendique l’héritage du régime de Moussa Traoré[1]. Il a été dans l’opposition au président Alpha Oumar Konaré.

En octobre 1996, le MPR rejoint le Rassemblement des forces patriotiques, rassemblement constitué par certains partis de l’opposition, le Bloc pour la démocratie et l'intégration africaine (BDIA), le Parti pour la démocratie et le progrès (PDP), l’Union pour la démocratie et le développement (UDD) et le Parti malien pour le développement et le renouveau (PMDR) en vue des élections prévues en 1997[2].

Suite à l’annulation du premier tour des élections législatives en raison de graves irrégularités[3] (absence de listes électorales fiables), le MPR participe avec les autres partis de l’opposition au boycott de l’élection présidentielle et des nouvelles élections législatives[4].

Le , Choguel Kokalla Maïga, est reconduit à la présidence du parti[5].

Depuis 2002, un soutien à Amadou Toumani Touré[modifier | modifier le code]

En 2002, Choguel Kokalla Maïga obtient 2,73 % des voix au premier tour de l’élection présidentielle. Au second tour, le MPR a soutenu la candidature d’Amadou Toumani Touré.

Aux élections législatives suivantes, le MPR a intégré la coalition « Espoir 2002 » avec le Rassemblement pour le Mali et le Congrès national d’initiative démocratique (CNID).

Le MPR participe Gouvernement d'Ahmed Mohamed ag Hamani du 16 octobre 2002 d’Ousmane Issoufi Maïga [6] puis au Gouvernement d'Ousmane Issoufi Maïga du 2 mai 2004[7]. Choguel Kokalla Maïga y occupe le poste de ministre de l’Industrie et du Commerce.

Le  ; le MPR créé avec l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adema-Pasj) et l’Union pour la république et la démocratie un intergroupe parlementaire qui regroupe 86 des 147 députés[8].


Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Le MPR au cours des élections depuis 1992
Année Élection Scores et observations
1997 Élection présidentielle A boycotté l’élection
1997 Élections législatives A boycotté les élections
1998 Élections communales
1999 Élections communales
2002 Élection présidentielle 1er tour : Choguel Kokalla Maïga 2,73 % 2d tour : a soutenu Amadou Toumani Touré
2002 Élections législatives 5 députés (sur 147) (coalition Espoir 2002)
2004 Élections communales 444 conseillers ; 18 amires (sur 703)
2007 Élection des conseillers nationaux 2 conseillers (sur 75)
2007 Élection présidentielle Membre de l’Alliance pour la démocratie et le progrès qui a soutenu la candidature d’Amadou Toumani Touré
2007 Élections législatives 8 députés (sur 147)
2009 Élections communales 396 conseillers[9]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Légalisation du parti MPR, héritier de l’ancien parti unique de Moussa Traoré Afrique express N° 77, 26 janvier 1995 [1]
  2. Bakary Camara, Le processus démocratique au Mali depuis 1991— Entre fragmentation de l’espace politique et coalitions : Quels sont les impacts de la démocratisation sur la condition de vie des maliens, 2008: worskhop on political participation (Dakar, Sénégal, 6-21 juillet 2008 [2]
  3. Arrêt EL 97-046 CC du 25 avril 1997
  4. Législatives : écrasante victoire du parti au pouvoir en l'absence de l'opposition, Afrique express N° 151, 24 juillet 1997 [3]
  5. Choguel Maïga reconduit à la tête du MPR, Afrique-express n)238, 31 octobre 2001 [4]
  6. Décret N° 02 496 /P-RM DU 16 octobre 2002 portant nomination des membres du gouvernement
  7. Décret n°04-141/P-RM du 2 mai 2004 portant nomination des membres du gouvernement
  8. Chakia Doumbia, Entre Nous : Intergroupe parlementaire Adema - Urd – Mpr, Le Challenger, 7 août 2009 [5]
  9. Mali, Ministère de l’administration territoriale et des collectivités locales, Nombre de conseillers communaux obtenus par partis, 2009 « http://www.matcl.gov.ml/IMG/pdf/NBConseiller.pdf »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)