Mouvement international pour un Bauhaus imaginiste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Mouvement international pour un Bauhaus imaginiste (MIBI) est un groupe avantgardiste de créateurs européens fondé entre autres par Asger Jorn en 1954.

Histoire du mouvement[modifier | modifier le code]

Durant l'automne 1953, deux ans après la dissolution du groupe CoBrA, Asger Jorn, alors en Suisse, contacte l'architecte Max Bill dans le but de (re)fonder « le Bauhaus imaginaire ».

Dans une lettre datée décembre 1953, il contacte le peintre Enrico Baj, et décide de lancer un mouvement regroupant des artistes expérimentaux[1].

L'année suivante, Jorn et Baj organisent en août la première manifestation officielle du Mouvement international pour un Bauhaus imaginiste à Albisola, dans le cadre des Rencontres internationales de la céramique. En décembre, lors de la 10e Triennale d'art industriel de Milan, le MIBI expose pour la première fois, à l'initiative de Max Bill, et aux côtés de Lucio Fontana, entre autres[2].

Puis Jorn entre en contact avec l'Internationale lettriste peut-être par le biais d'André-Frank Conord. Le 29 septembre 1955, le « laboratoire expérimental » du Mouvement international pour un Bauhaus imaginiste est formellement lancé à Alba (Italie), chez Giuseppe Pinot-Gallizio, et avec Piero Simondo (it)[2]. Ce dernier coordonne l'édition en juillet 1956 de la revue EristicaGuy Debord est mentionné comme « rédacteur en chef ». Du 2 au 8 septembre, ont lieu les deuxièmes rencontres internationales de la céramique, toujours à Alba, pendant lesquelles est organisé le Premier Congrès des artistes libres (Primo congresso degli artisti liberi) où Gil J Wolman représente l'Internationale lettriste.

Le 28 juillet 1957, à Cosio di Arroscia, le MIBI fusionne avec le Comité psychogéographique de Londres et l'Internationale lettriste pour former l'Internationale situationniste[3]. Enrico Baj en est exclu.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Baj-Jorn, Lettres 1953-1961, Musée d’art moderne de Saint-Etienne, 1989, p. 145-146.
  2. a et b (it) Lettre à Baj reproduite en français dans La questione laboratorio par Sandro Ricaldone (1997), in Sandro Ricaldone webpage, en ligne.
  3. « En souvenir du futur : les jugements de l'IS sur la scène artistique des années 1950-1960 » par Fabien Danesi , in Archives et documents situationnistes, no 4, Paris, Denoël, 2004, (ISBN 9782207256503).

Articles connexes[modifier | modifier le code]