Mouvement de la gauche démocratique (Liban)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mouvement de la gauche démocratique.

Le Mouvement de la gauche démocratique au Liban (MGD, حركت اليسار الديمقراطي في لبنان, ĥarakatu-l-yasāri-d-dimuqrātī), est un parti politique libanais fondé le 17 octobre 2004 à Beyrouth.

Le mouvement est né de la rencontre entre l'ex-opposition interne du Parti communiste libanais (3 sous-tendances : Courant de la Gauche Démocratique/ porte-parole Elias Atallah ; Bloc Etudiant/ porte-paroles Ammar Abboud et Omar Harkous ; et le Group du Bureau Politique/ porte-parole Nadim Abdel Samad), les Groupes Independants de Gauche (étudiants et jeunes) et des intellectuels de gauche (hors-partis). Le MGD ne se présente pas en tant qu'avant-garde révolutionnaire, c'est pourquoi il n'est pas un parti purement marxiste, mais il n'est pas social-démocrate non plus (la majorité reste marxiste, avec des minorités post-marxiste, socialiste de gauche et trotskiste).

C'est le seul parti politique libanais qui donne le droit à la formation de tendances internes (il y a deux tendances). Les élections internes au parti sont d'ailleurs à la proportionnelle. Le Mouvement de la gauche démocratique a aussi instauré un quota féminin de 30 % dans les instances dirigeantes de sa fédération dans la capitale.

Le MGD, faisant partie du Bloc du 14 mars, fut représenté à l'assemblée nationale 2005-2009 par Elias Atallah. Il est actuellement représenté par le député Amine Wehbe.

Le 2 juin 2005, dans un attentat à la voiture piégée, le journaliste cofondateur du MGD Samir Kassir est victime d'un attentat qui lui coûta la vie.

Article détaillé : Samir Kassir.

Lien externe[modifier | modifier le code]