Mouvement de gauche (Belgique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mouvement de gauche
Image illustrative de l'article Mouvement de gauche (Belgique)
Logotype officiel.
Présentation
Fondation
Siège Rue de la Scorre, 23
4000 Liège
Coprésidents Marie-Françoise Lecomte
Gérard Gillard
Idéologie écosocialisme
Site web lemg.be

Le Mouvement de gauche (MG) est un parti politique belge fondé le par Bernard Wesphael, ex-député du parti Ecolo.

Création et dissensions[modifier | modifier le code]

Le Mouvement de gauche est fondé le par Bernard Wesphael, membre fondateur d'Ecolo, ancien chef de groupe au Parlement wallon et candidat malheureux à la co-présidence d'Ecolo en mars 2012[1]. Le 9 mai 2012, le député écolo démissionnaire revendique un millier d'adhérents au Mouvement de gauche[2].

Un premier comité exécutif mis en place comporte des personnes issues d'Ecolo à l'instar de Marie Corman, ancienne colistière aux côtés de Bernard Wesphael à l'élection à la présidence de ce parti, des cadres du Mouvement socialiste (MS)[3] ou encore des syndicalistes issus notamment de la CSC[4] et de la FGTB[réf. souhaitée].

En septembre 2013, au terme de 18 mois d'existence, les dissensions minent le parti qui ne décolle pas dans les enquêtes d'opinion et Bernard Westphael, qui déclare n'avoir pas réussi à faire une synthèse des différents courants, dénonce « l’entrisme forcé d’anciens socialistes (exclus du PS, dissidents) qui entendent faire du MG un PS-bis en termes de méthode » et « une forme de totalitarisme idéologique » dans leur chef. Il déclare alors vouloir s'éloigner du MG en janvier 2014 « si le parti ne trouve pas de second souffle »[5].

Affaire Wesphael et défections[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Affaire Wesphael.

Mais le 1er novembre 2013, soupçonné d'avoir assassiné son épouse, Bernard Wesphael est arrêté et incarcéré. Caroline Bertels, vice-présidente, est portée à la présidence ad interim du parti[6].

Les dissensions internes s'accentuent et près d'une trentaine de responsables et militants - dont la présidente ad interim Caroline Bertels - quittent le parti fin décembre 2013 pour rejoindre Vega[7], reprenant à leur compte les critiques du fondateur sur « l'entrisme d'éléments toxiques individuels et institutionnels qui ont gangrené le MG »[8].

Réorganisation[modifier | modifier le code]

Il reste essentiellement alors des anciens du MS, conduits par le flémallois Francis Biesmans, responsable selon les proches de Wesphael de l'« entrisme » déjà dénoncé. Selon Marie-Françoise Lecomte, l'une des responsables restée au parti, les départs ne représenteraient alors qu'environ 10 % des adhérents[8]. Le Mouvement de gauche doit alors se réorganiser : le 26 janvier 2014, après avoir opéré une révision de ses statuts, lesquels prévoient dorénavant une parité de genre obligatoire, il est procédé à l'élection de la coprésidence qui porte à sa tête Francis Biesmans et Marie-Françoise Lecomte pour mener la campagne électorale.

Lors des élections de mai 2014, le MG obtient 0,07 % des voix aux législatives[9] ainsi qu'aux européennes[10], et 0,24 % en Wallonie aux élections régionales[11].

Le 6 octobre 2014, une nouvelle présidence est élue; il s'agit de Marie-Françoise Lecomte, avocate au barreau de Charleroi, et de Gérard Gillard, informaticien à l'ERM[12],[13].

Démissions[modifier | modifier le code]

Le , Bernard Wesphael, toujours incarcéré en détention préventive, annonce qu'il quitte le parti. Il est accompagné de 37 autres membres dont Saïd Cherrid, ancien candidat à Charleroi sur les listes MR[14],[15], cofondateur du MG et secrétaire politique démissionnaire de l’arrondissement de Charleroi[16]. Les démissionnaires estiment que « le parti est victime d'une dérive autoritaire de la direction en place depuis le congrès de janvier 2014 », que le manifeste et les idées qui présidaient à la création du MG ont disparu et que « la démocratie participative et la citoyenneté qui en étaient les fondements mêmes sont bafouées »[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wesphael prêt à quitter Ecolo, lesoir.be, 4 mars 2012
  2. « Bernard Wesphael revendique un millier d'adhérents à son parti », 7sur7.be, 09 mai 2012
  3. « Le Mouvement Socialiste rallie le Mouvement de Gauche de Wesphael », Levif.be/Belga, 07/05/2012
  4. « Le Mouvement de Gauche rend publics son comité exécutif et son logo », Sudinfo.be, 7 juin 2012
  5. « Bernard Wesphael envisage de quitter le Mouvement de Gauche », Le Soir/Belga, 2 septembre 2013
  6. « Caroline Bertels remplace Bernard Wesphael à la présidence du Mouvement de Gauche », Levif.be/Belga, 09/11/2013
  7. « Le Mouvement de Gauche se vide de ses membres qui rejoignent Vega », Rtbf.be/Belga, 23/12/2013
  8. a et b Philippe Leruth, « 29 dirigeants quittent le Mouvement de Gauche », Vers L'Avenir, 23 décembre /2013
  9. Chambre : Résultats des listes, sur le site Belgium.be
  10. Europe : Résultats des listes, sur le site Belgium.be
  11. Parlement wallon : Résultats des listes, sur le site Belgium.be
  12. Communiqué du 06 octobre 2014. Nouvelle Coprésidence à la tête du Mouvement de Gauche, Mouvement de Gauche, site officiel
  13. « Une coprésidente thudinienne pour le Mouvement de gauche »
  14. « élections 2006 », sur IBZ - ministère de l'intérieur (consulté le 17 octobre 2014)
  15. Site du ministère de l'Intérieur, résultats aux élections communales de 2006, commune : Charleroi: candidats
  16. a et b «  Bernard Wesphael, depuis sa cellule, quitte le Mouvement de gauche », Le Soir/Belga, 25/06/2014

Liens externes[modifier | modifier le code]