Aller au contenu

Mouvement Impact France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mouvement Impact France
Logo du Mouvement Impact France.
Histoire
Fondation
Cadre
Forme juridique
Association déclaréeVoir et modifier les données sur Wikidata
Domaine d'activité
Autres organisations fonctionnant par adhésion volontaire (France)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège
Pays
Organisation
Président

Pascal Demurger (2023)

Julia Faure (2023)
Site web
Identifiants
RNA
SIREN
TVA européenne

Le Mouvement Impact France est une association de représentation des acteurs de l'économie sociale et solidaire et des entreprises engagées en France.

Elle est fondée en 2020, de la fusion du Mouvement des entrepreneurs sociaux et du réseau Tech for Good France.

Objectifs[modifier | modifier le code]

Le Mouvement Impact France se dit représenter des entreprises qui appuient leur modèle sur 4 piliers : partage du pouvoir, partage de la valeur, impact social et impact écologique[1]. Chacun de ces piliers est assorti d'indicateurs et de critères permettant de les évaluer[2].

Ces piliers permettent au Mouvement de définir l'économie à impact dans un contexte plus large où la responsabilité sociétale des entreprises, le statut d'entreprise à mission, ou même l'impact, est de plus en plus utilisé[3]. Pour le Mouvement Impact France, une entreprise à impact est une entreprise qui, en plus d'avoir une contribution sociale et écologique positive, décorrélé la possession de capital, du droit de vote (partage du pouvoir) et instauré des mécanismes de partage du pouvoir (limitation des écarts de rémunération, limitation de la part du bénéfice versé en dividendes)[4], comme le propose l'agrément « Entreprise solidaire d'utilité sociale »[5].

Le Mouvement Impact France souhaite représenter les acteurs économiques engagés dans cette dynamique, qu'ils soient eux-mêmes à impact ou en transition[6]. Le Mouvement souhaite, à terme, devenir un syndicat patronal, non pas sur le modèle de l'Union des employeurs de l'économie sociale (UDES), qui est un syndicat de branche pour l'économie sociale et solidaire[7], mais au même titre que le Mouvement des entreprises de France (Medef), la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) ou le Mouvement des entreprises de taille intermédiaire (METI)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Mouvement des entrepreneurs sociaux (Mouves)[modifier | modifier le code]

Le Mouves est créé en , pour représenter les entreprises sociales et des entrepreneurs sociaux[9],[10].

Le Mouves est consulté lors de la rédaction de la loi relative à l'économie sociale et solidaire de 2014, qui permet notamment de reconnaître des entreprises commerciales dans le champ de l'économie sociale et solidaire via l'Agrément « entreprise solidaire d'utilité sociale »[11]. Le Mouves se revendique ensuite comme le réseau de cette nouvelle famille des entrepreneurs sociaux[12]. Le Mouves est à l'origine de la définition française à l'entrepreneuriat social[13],[14].

Tech for Good France[modifier | modifier le code]

L'association est fondée en , sous le nom de France Eco Social Tech, par Frédéric Bardeau, fondateur de Simplon.co. Elle prend ensuite le nom de Tech for Good France[15],[16],[17]. C'est alors un réseau d'entrepreneurs de la technologies de l'information et de la communication issu d'une scission avec France digitale[18]. Le réseau est surtout connu pour avoir mis à l'agenda la notion de « tech for good »[19] et l'innovation technologique au service de l'intérêt général.

Mouvement Impact France[modifier | modifier le code]

Le 9 octobre 2020, le Mouves et le réseau Tech for Good France fusionnent dans le Mouvement Impact France[20]. Co-présidé par Eva Sadoun et Jean Moreau, il revendique 1 000 adhérents en et 7 500 entreprises via des réseaux membres[21]. Son ambition est de proposer une alternative au Mouvement des entreprises de France (MEDEF)[22] comme organisation patronale représentative pour défendre les intérêts des entreprises qui intègrent les enjeux de transition écologique et sociale[23].

Le Mouves, puis le Mouvement Impact France, organise depuis 2019 les Universités d'été de l'économie de demain[24],[25]. Elles sont conçues comme étant le contre-point engagé de la Rencontre des entrepreneurs de France du Medef[26],[27]. Cet événement se présente comme un événement phare de la rentrée économique[28] et a fait intervenir Yannick Jadot, Roland Lescure, Emmanuel Faber[29] ou Barbara Pompili[30]. Les universités d'été de l'économie de demain sont organisées avec d'autres réseaux d'entreprises comme le Centre des jeunes dirigeants d'entreprise, le Réseau Entreprendre, les Entrepreneurs et dirigeants chrétiens, Makesense ou encore Ashoka[31],[32].

L'activité de lobbying et de plaidoyer du Mouvement s'inscrit dans une volonté de transformer les règles du jeu économique. Impact France propose l'instauration d'un index d'impact social et écologique[33], permettant de mesurer l'impact des entreprises sur le modèle de l'index d'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes[34]. Olivia Grégoire, secrétaire d'État chargée de l'économie sociale, solidaire et responsable, lance une plateforme Impact qui permet aux entreprises de publier leurs données sur leurs critères environnementaux, sociaux et de gouvernance[35]. Le Mouvement Impact France regrette alors que la plateforme Impact dévoilée par Olivia Grégoire ne soit ni obligatoire, ni au service de politiques publiques spécifiques[36].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Loi Climat & Résilience[modifier | modifier le code]

En 2021, au moment des discussions autour de la Loi portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets, le Mouvement Impact France s'est prononcé en faveur de l'application des propositions formulées par la Convention citoyenne pour le climat[37], en insistant particulièrement sur l'éco-conditionnalité des aides publiques[38]. Eva Sadoun, co-présidente du Mouvement, est reçue par le Pape François[39], avec Samuel Grzybowski, administrateur et secrétaire national du Mouvement, Cyril Dion et l'eurodéputé Pierre Larrouturou pour soutenir la taxe européenne sur les transactions financière en vue du financement de la transition écologique[40].

De façon générale, le Mouvement Impact France se réclame défendre une régulation écologique et sociale des entreprises[23],[41],[42],[43].

Élections régionales de 2021[modifier | modifier le code]

Impact France organise des débats entre les candidates et candidats au moment des élections régionales françaises de 2021[44],[45],[46].

Élections présidentielles de 2022[modifier | modifier le code]

À l'occasion des élections présidentielles françaises de 2022, le Mouvement Impact France publie un Manifeste de l'économie de demain[47] pour faire des propositions pour « changer les règles du jeu de l'économie ». Ce manifeste est publié le 3 février au Muséum national d'histoire naturelle en présence de Matthieu Auzanneau de The Shift Project et Valérie Masson-Delmotte, vice-présidente du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat[48].

Le mouvement patronal a notamment émis 5 propositions pour « sortir les entreprises de la prime au vice »[49] et rendre les actions à impact positif sur l'environnement et la société des entreprises.

En parallèle, le Mouvement Impact France a commandité un sondage Harris Interactive sur l'attitude des Français à l'égard des engagements des entreprises[50] et leurs attentes envers l'État pour aller plus loin sur les ambitions de transformation écologique et sociale des entreprises[51].

Projet de loi de finances 2023[modifier | modifier le code]

Pour le projet de loi de finances 2023, le Mouvement Impact France a appelé au verdissement du budget[52]. Le Mouvement a été à l'initiative d'une tribune parue dans le Journal du dimanche pour appeler à « l'instauration d'une TVA verte »[53]. Co-signée par 60 entreprises comme Le Slip français, BlaBlaCar, Back Market, Camif, Biocoop, Faguo, Lita.co ou Phenix, la proposition a été relayée par d'autres médias[54],[55],[56],[57]. Cette "TVA verte" consiste à appliquer un taux de TVA réduit pour les produits et services identifiés par l'État comme étant conçus de façon responsable. Les signataires précisent :

En contrepartie de cette aide fiscale, nous nous engageons à ce que cette baisse de TVA n’engendre pas de hausse de marge pour nos entreprises, mais des répercussions sociales concrètes telles qu’une baisse des prix pour les consommateurs ou une meilleure redistribution de la valeur pour nos salariés et partenaires[53].

Direction[modifier | modifier le code]

Présidence[modifier | modifier le code]

Il est présidé successivement par Jean-Marc Borello[58], André Dupon[59], Christophe Itier[58], Jonathan Jérémiasz[60], co-présidé par Eva Sadoun et Jean Moreau (2020 - 2023) et, depuis l'Assemblée générale du 24 mai 2023, par Pascal Demurger et Julia Faure[61],[62].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guillaume JOLY, « Le Mouves devient le mouvement Impact France, 1er réseau de lobbying de l'économie de demain • Les Horizons » Accès libre, sur Les Horizons, (consulté le )
  2. « Impact Score – Impact and Tech for Good, from Mouvement Impact France » Accès libre, sur impactntechscore.impactscore.fr/ (consulté le )
  3. Julie Le Bolzer, « L'économie à impact positif s'installe durablement » Accès libre, sur Les Échos, (consulté le )
  4. « Manifeste impact France » Accès libre, sur impactfrance.eco (consulté le )
  5. « Economie sociale et solidaire : qu’est-ce que l’agrément « Entreprise solidaire d’utilité sociale » ? » Accès libre, sur economie.gouv.fr, (consulté le )
  6. Irène Frat, « Impact France, des entrepreneurs qui se veulent à l'avant-garde d'un « nouveau contrat social et environnemental » » Accès libre, sur La Tribune, (consulté le )
  7. « Union des employeurs de l'économie sociale » Accès libre, sur udes.fr (consulté le )
  8. « Le Mouves devient Mouvement Impact France et veut se poser en alternative au Medef » Accès libre, sur Novethic (consulté le )
  9. Yves Vilaginés, « L’écosystème de l’entrepreneuriat social s’enrichit » Accès libre, sur Les Échos, (consulté le )
  10. « Mouvement des entrepreneurs sociaux | Associations | journal-officiel.gouv.fr » Accès libre, sur journal-officiel.gouv.fr, (consulté le )
  11. Yves Vilagines, « L'agrément Esus, une reconnaissance pour les entreprises d’intérêt général » Accès libre, sur Les Echos Executives, (consulté le )
  12. « Le lexique de l'entrepreneuriat à impact » Accès libre, sur Maddyness, (consulté le )
  13. Clément Gérome, « L’entrepreneuriat social en France : un renouvellement des discours et des pratiques au sein du secteur associatif ? », Erudit,‎ (lire en ligne [PDF])
  14. « Qu’est-ce qu’une entreprise sociale ? », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne Accès libre, consulté le )
  15. « France Éco Sociale Tech | Associations | journal-officiel.gouv.fr » Accès libre, sur Journal officiel, (consulté le )
  16. Arthur Gautier et Éléonore Delanoë, « Réconcilier l’Économie sociale et solidaire avec la tech, l’autre enjeu de la transition numérique » Accès libre, sur The Conversation, (consulté le )
  17. « Tech For Good France : le réseau des entrepreneurs qui allient technologie et impact positif » Accès libre, sur Mediatico, (consulté le )
  18. « France Eco-Sociale Tech, le mouvement d’entrepreneurs de la tech et de l’innovation à impact » Accès libre, sur novimpact.org, (consulté le )
  19. « La Tech for good, ces start-up qui veulent changer la société » Accès libre, sur midilibre.fr, (consulté le )
  20. Béatrice Héraud, « Le Mouves devient Mouvement Impact France et veut se poser en alternative au Medef » Accès libre, sur Novethic, (consulté le )
  21. Marion Simon-Rainaud, « Qu'est-ce que le mouvement Impact France (ex-Mouves), le « Medef green et social » pour entrepreneurs engagés ? » Accès libre, sur Les Echos Start, (consulté le )
  22. « Impact #21 : Le Mouves, l'alternative au Medef ? » Accès libre, sur Mediatico, (consulté le )
  23. a et b Gaëlle Ménage, « Réseau Impact France : comment faire rayonner une France responsable ? » Accès libre, sur Forbes France, (consulté le )
  24. « Université d'été de l'économie de demain : "Il ne faut pas combattre l'ancien modèle, mais le démoder progressivement" » Accès libre, sur LCI, (consulté le )
  25. Mélanie Roosen, « Comment les entreprises peuvent-elles s'engager ? - Bilan UEED 2019 » Accès libre, sur ladn.eu, (consulté le )
  26. Antoine Boudet, « Rentrée : l'agenda chargé des chefs d'entreprise » Accès libre, sur Les Echos Executives, (consulté le )
  27. Stéphane Guérard, « Eva Sadoun, coprésidente du mouvement Impact France : « Une seule vision de l’entreprise domine » » Accès limité, sur L'Humanité, (consulté le )
  28. Guillaume Bregeras, « Les acteurs de la Tech for Good veulent peser dans le débat présidentiel » Accès limité, sur Les Échos, (consulté le )
  29. Anne-Sophie Bellaiche, « Emmanuel Faber, l’ex-patron de Danone, torpille une vision piégée de la compétitivité », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne Accès limité, consulté le )
  30. « Entrepreneurs et dirigeants réunis aux Universités d'Été de l'économie de demain » Accès libre, sur ladepeche.fr, (consulté le )
  31. France Télévisions, « TRIBUNE. "Quels secteurs souhaitons-nous soutenir ?" : des entrepreneurs demandent un fonds d'urgence pour une "économie durable et humaine" » Accès libre, sur France Info, (consulté le )
  32. « Entreprises, il est temps de passer de la parole aux actes ! » Accès libre, sur La Tribune, (consulté le )
  33. « Comment marche l’Impact Score, ce nouvel outil qui note les efforts verts des entreprises ? », sur LCI (consulté le )
  34. Béatrice Héraud, « À l’occasion du plan de relance, les entrepreneurs sociaux poussent le déploiement d'un Impact score » Accès libre, sur Novethic, (consulté le )
  35. Ingrid Labuzan, « Olivia Grégoire lance Impact, une plateforme pour aider les entreprises responsables à le faire savoir ou à le devenir » Accès limité, sur La Tribune, (consulté le )
  36. Caroline Neyron, « "Impact.gouv est un outil flou qui n’aide pas les entreprises à agir" » Accès libre, sur Maddyness, (consulté le )
  37. Radio France, « Pour Eva Sadoun, coprésidente du mouvement Impact France, la loi Climat "est un peu du greenwashing" » Accès libre, sur France Info, (consulté le )
  38. France Inter, « Eva Sadoun veut incarner une autre économie, plus solidaire et écologique » Accès libre, sur YouTube, (consulté le )
  39. « Taxe européenne sur les transactions financières : le pape s’implique » Accès libre, sur Le Point, (consulté le )
  40. « Le pape à de jeunes Français engagés : « Faites la révolution » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne Accès limité, consulté le )
  41. « Influx #44 – Octobre 2021 – La liberté d'entreprendre à l'épreuve du "monde d'après" » Accès libre, sur Medef Lille Metropole, (consulté le )
  42. Anne-Sophie Bellaiche, « Les cinq propositions des entreprises à impact pour répondre à l’urgence sociale et écologique », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne Accès limité, consulté le )
  43. « Transition: un appel pour pousser les entreprises à agir davantage » Accès libre, sur Le Figaro, (consulté le )
  44. Sophie Deschamps, « Régionales : Le grand oral de cinq candidat.e.s sur l’Économie Sociale et Solidaire. » Accès libre, sur Magcentre, (consulté le )
  45. JCT, « RÉGIONALES : Impact France organise un Grand oral de l'économie avec quatre candidats » Accès libre, sur infos-dijon.com, (consulté le )
  46. « Le Grand Oral éco des têtes de liste des régionales - Mouvement Impact France | RTES » Accès libre, sur rtes.fr (consulté le )
  47. « Manifeste de l'économie de demain », sur www.manifeste-economie-de-demain.fr (consulté le )
  48. « Présidentielle : les entreprises à impact interpellent les candidats à l'Elysée pour préparer "l'économie de demain" », sur La Tribune, (consulté le ).
  49. « Eva Sadoun, coprésidente du mouvement Impact France, veut "sortir les entreprises de la prime au vice" », sur France Info, (consulté le )
  50. « Les Français se méfient des engagements sociaux et écologiques des entreprises » Accès libre, sur Le Figaro, (consulté le )
  51. Sorlin CHANEL, « Trois quarts des Français se méfient des engagements des marques » Accès libre, sur Stratégies, (consulté le )
  52. « PLF 2023 : Le Mouvement Impact France appelle au verdissement du budget », sur Influencia, (consulté le )
  53. a et b Le JDD, « TRIBUNE. 60 dirigeants d'entreprises plaident pour l'instauration d'une « TVA verte » », sur lejdd.fr (consulté le )
  54. « "TVA verte" : quel est ce projet qui vise à améliorer le pouvoir d'achat et accélérer la transition écologique ? », sur ladepeche.fr (consulté le )
  55. « Une « TVA verte » à taux réduit réclamée par une soixantaine de dirigeants d’entreprise », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  56. « Trois questions sur la TVA verte réclamée par plusieurs entreprises », sur LExpansion.com, (consulté le )
  57. « Des dirigeants d’entreprises proposent l’instauration d’une « TVA verte » », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  58. a et b « Christophe Itier élu Président du Mouves » Accès libre, sur La Sauvegarde, (consulté le )
  59. Dominique Pialot, « André Dupon, Vitamine T, le reclycleur sans complexe » Accès libre, sur La Tribune, (consulté le )
  60. Yves Vilagines, « Jonathan Jérémiasz : « Pour une définition plus exigeante de l'économie sociale et solidaire » » Accès libre, sur Les Echos Executives, (consulté le )
  61. « Pascal Demurger et Julia Faure prennent la tête du mouvement Impact... », sur aefinfo.fr, (consulté le )
  62. « Première partie du 24 mai 2023 », sur tf1.fr, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]