Mouvement FNDC

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mouvement FNDC
Description de cette image, également commentée ci-après
Manifestants le à Conakry.
Informations
Date Depuis le
(3 mois et 27 jours)
Localisation Drapeau de la Guinée Guinée
Diaspora :
Drapeau de la France France[1]
Drapeau de la Belgique Belgique[2]
Drapeau des États-Unis États-Unis[3]
Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire[4]
Caractéristiques
Organisateurs Front national pour la défense de la constitution
Revendications Opposition à la nouvelle constitution et au 3e mandat d'Alpha Condé
Types de manifestations Manifestations pacifique à caractère politique, grève générale et désobéissance civile
Bilan humain
Morts 15 dont 14 civils et un agent des forces de sécurité[6].
Blessés 76
Arrestations 200
Procès 5 condamnés, 3 relaxés[5]
Manifestation du 24 octobre sur l'autoroute Fidel Castro.

Le Mouvement FNDC (Front National pour la Défense de la Constitution) désigne une série de manifestations sporadiques qui ont lieu depuis le en Guinée pour protester dans un premier temps contre la modification ou l'adoption d'une nouvelle constitution qui pourrait conduire[7] le président Alpha Condé à un troisième mandat présidentiel, puis contre l'arrestation et la condamnation des leaders du FNDC.

D'une ampleur inédite depuis des décennies, ces manifestations, qui ont essentiellement lieu dans la capitale et à l'intérieur du pays notamment Labe, Mali, Lelouma, Dalaba, Nzérékoré, Mamou, Boké, Kindia, Guékedou, Macenta à l'appel de la coordination nationale du mouvement. Alors que la répression s'intensifie sur les manifestants le régime a nié[8] avoir interdit les manifestations en Guinée et a autorisé la manifestation du 24 octobre qui a mobilisé plus de 1 500 000[9] protestataires selon le FNDC et le gouvernement parle de 30 000 manifestants[9].

Contexte[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Revendications et slogans[modifier | modifier le code]

Les manifestants réclament en premier lieu la non-candidature d'Alpha Condé à un troisième mandat et la non-modification ou la nouvelle constitution en Guinée. De façon plus générale, ils appellent à plus de démocratie, des slogans « Touche pas ma constitution », « Alpha Condé dictateur », « Non au 3e mandat », « Non à la nouvelle constitution », « Nous voulons un ancien président vivant » et en langues nationales « Amoulanfé » en soussou, « Latotako » en peulh, « Ateben » en malinké. Le slogan « Fou fou fou ou la 3ème Dos »[10] lancé par l'artiste reggaeman Tiken Jah Fakolie sur son compte Facebook, devient viral sur les réseaux sociaux.

Arrestations et condamnations[modifier | modifier le code]

Acte 2 FNDC sur l'autoroute fidèle Castro.jpg

Après la déclaration annonçant les manifestations du 14 octobre 2019 par le coordinateur national Abdourahmane Sanoh et pairs, il est arrêté avec huit de ses membres, jugés et condamnés au tribunal de Mafanco et Dixinn[11] :

Les manifestants arrêtés en région, notamment à Boké, Kindia et Mamou, sont libérés pour délit non constitué. Les organisations de défense des droits de l'homme dénoncent les arrestations et la répression en Guinée. Les institutions internationales appellent au dialogue, notamment l'Union européenne et la CEDEAO[13].

Traitement médiatique[modifier | modifier le code]

Analyses[modifier | modifier le code]

Réactions[modifier | modifier le code]

Les plus grandes forces politiques du pays soutiennent le mouvement et siège au front national pour la défense de la constitution.

Les réactions internationales sont assez prudentes, et la plupart des pays et organisations internationales appellent au dialogue :

Bilan humain[modifier | modifier le code]

Marche funèbre à Conakry pour les tués pendant le mouvement, 4 novembre 2019.

14 au 16 octobre[modifier | modifier le code]

Du lundi 14 au mercredi 16 octobre le FNDC fait un bilan[14] :

  • 12 mort par balles dont 2 travailleurs, 5 élèves et étudiants[14]
  • 70 blessés par balles[14]
  • 200 arrestations (100 à Conakry, 42 à Mamou, 27 à Boké, 10 à Guéckédou, 13 à Macenta)[14].

4 novembre 2019[modifier | modifier le code]

En marge de l'enterrement des 11 morts du 14 au 16 octobre au cimetière de bambeto :

Liste des morts depuis le début du mouvement[modifier | modifier le code]

No  Nom et prénoms Professions Ages Villes
1 Mouctar Condé[18] N'Zérekoré
2 Mamadou Lamarana Bah Élève 16 Conakry
3 Thierno Sadou Bah Chauffeur 18 Conakry
4 Mamadou Karffa Diallo Élève 22 Conakry
5 Mamadou Aliou Diallo Maçon 24 Conakry
6 Amadou Oury Diallo Chauffeur 25 Conakry
7 Abdoulaye Timbo Sow Marchand 27 Conakry
8 Thierno Mamadou Kalidou Diallo Médecin stagiaire 27 Conakry
9 Ousmane Kéita Taxi-Motard 22 Conakry
10 Boubacar Diallo Élève 14 Conakry
11 Thierno Aliou Barry Lycéen 17 Mamou
12
13
14 Cherif Bah
15

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

La musique de Tiken fait l'objet de challenge sur les réseaux sociaux et intermédiaires entre les discours des opposants le 24 octobre sur l'esplanade du stade 28 septembre de Conakry.

Inspiration de d'autres mouvements[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Salimatou Balde, « Marie Maledeine Dioubaté : ‘’le pouvoir use de la force et de méthodes illégales pour empêcher la manifestation du 14 octobre’’ », Vision Guinée,‎ (lire en ligne, consulté le 26 octobre 2019).
  2. https://www.afriquevision.info/lutte-contre-la-nouvelle-constitution-guineenne-le-fndc-belgique-manifeste-le-22-juin-a-bruxelles/
  3. https://actualiteguineenne.com/2019/09/26/new-york-le-fndc-usa-manifeste-contre-le-troisieme-mandat/%3famp
  4. https://guinee114.com/2019/08/05/la-coordination-nationale-felicite-lantenne-du-fndc-abidjan-communique/
  5. « En Guinée, les principaux initiateurs des manifestations condamnés à des peines de prison », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 26 octobre 2019).
  6. « Les manifestations en Guinée ont fait au moins neuf morts », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 26 octobre 2019).
  7. « En Guinée, débat autour d'un 3e mandat pour Alpha Condé », sur TV5MONDE, (consulté le 26 octobre 2019)
  8. « Avertissement de redirection », sur www.google.com (consulté le 26 octobre 2019)
  9. a et b Guinee114, « 1.500.000 personnes mobilisées, un mort jeudi: bilan et perspectives du FNDC (Communiqué) », sur Guinée 114, (consulté le 31 octobre 2019)
  10. « "Forcément Alpha Condé devient fou", Tiken Jah Fakoly ( Vidéo) », (consulté le 26 octobre 2019)
  11. https://maguineeinfos.com/2019/10/22/tpi-dixinn-1-an-de-prison-pour-abdourahmane-sanoh-6-mois-pour-4-autres-et-une-relaxe-pour-3/
  12. a et b « TPI Dixinn : 1 an de prison pour Abdourahmane Sanoh, 6 mois pour 4 autres et une relaxe pour 3 », sur Ma Guinée Infos, (consulté le 26 octobre 2019)
  13. https://monitor.civicus.org/newsfeed/2019/10/25/protests-against-changes-constitution-9-killed-several-activists-sentenced-prison/
  14. a b c et d « Manifestatios du FNDC des 14 et 15 octobre 2019 », sur guineeactu.info.
  15. Guineematin, « 3 morts aux funérailles : le FNDC appelle à « une manifestation sans précédent le jeudi » », sur Guinée Matin - Les Nouvelles de la Guinée profonde, (consulté le 5 novembre 2019)
  16. « En Guinée, plusieurs victimes lors de heurts avec les forces de l'ordre », sur TV5MONDE Afrique, (consulté le 5 novembre 2019)
  17. « Guinée: nouvelle manifestation sanglante contre le président Condé », sur TV5MONDE, (consulté le 5 novembre 2019)
  18. Alpha Oumar Baldé, « N’zerekore : Après plus de 24h de manifs du FNDC, le triste bilan ! », sur Guinéenews©, (consulté le 3 janvier 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :