Mouvement FNDC

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mouvement FNDC
Description de cette image, également commentée ci-après
Manifestants le à Conakry.
Informations
Date Depuis le
(2 ans et 16 jours)
Localisation Drapeau de la Guinée Guinée
Diaspora :
Drapeau de la France France[1]
Drapeau de la Belgique Belgique[2]
Drapeau des États-Unis États-Unis[3]
Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire[4]
Caractéristiques
Organisateurs Front national pour la défense de la constitution
Revendications Opposition à la nouvelle constitution et au 3e mandat d'Alpha Condé
Types de manifestations Résistance activités et permanent, Manifestations pacifique à caractère politique, grève générale et désobéissance civile
Bilan humain
Morts 79+ dont 78 civils et un agent des forces de sécurité[5].
Manifestation du sur l'autoroute Fidel Castro.
Manifestant

Le Mouvement FNDC (Front National pour la Défense de la Constitution) est un regroupement civique qui a initié une série de manifestations depuis le en Guinée pour protester contre la modification ou l'adoption d'une nouvelle constitution qui conduirait[6] le président Alpha Condé à un troisième mandat présidentiel. Le mouvement et d'autres organisations soucieux du respect des droits de l'homme en Guinée contre l'arrestation, la détention et la condamnation parfois arbitraires des leaders du FNDC.

D'une ampleur inédite depuis des décennies, ces manifestations, qui ont lieu dans la capitale et à l'intérieur du pays notamment Labé, Mali, Lelouma, Dalaba, Nzérékoré, Mamou, Boké, Kindia, Guéckédou, Macenta à l'appel de la coordination nationale du mouvement. Alors que la répression s'intensifie sur les manifestants le régime a nié[7] avoir interdit les manifestations en Guinée et a autorisé la manifestation du qui a mobilisé plus de 1 500 000[8] protestataires selon le FNDC et le gouvernement parle de 30 000 manifestants[8].

La pandémie de coronavirus conduit à la suspension des marches, tandis que le régime d'Alpha Condé promulgué la nouvelle constitution du référendum du 22 mars 2020[9].

Quant au FNDC, il rejette la nouvelle constitution et les législatives, appelle à de nouvelles élections[10].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Revendications et slogans[modifier | modifier le code]

Les manifestants réclament en premier lieu la non-candidature d'Alpha Condé à un troisième mandat et la non-modification ou la nouvelle constitution en Guinée. De façon plus générale, ils appellent à plus de démocratie, des slogans « Touche pas ma constitution », « Alpha Condé dictateur », « Non au 3e mandat », « Non à la nouvelle constitution », « Nous voulons un ancien président vivant » et en langues nationales « Amoulanfé » en soso, « Latotako » en peul, « Ateben » en malinké. Le slogan « Fou fou fou ou la 3ème Dos »[11] lancé par l'artiste reggaeman Tiken Jah Fakoly sur son compte Facebook, devient viral sur les réseaux sociaux.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Prémices[modifier | modifier le code]

Dans une déclaration du 22 septembre, le chef de l’État Alpha Condé a demandé à ses partisans de se préparer pour le référendum et à des élections en marge l’Assemblée générale de l’ONU à New York[12],[13],[14].

Le Front opposé au changement constitutionnel dans une déclaration le 7 octobre 2019 lue devant la presse par le coordinateur national Abdourahmane Sanoh, je cite le président Alpha Condé a exprimé publiquement le 23 septembre 2019 sa décision de faire un coup d’État constitutionnel aux conséquences néfastes pour la Guinée et pour la sous-région.

Par conséquent le FNDC lance un appel à la mobilisation de tous les guinéens pour faire barrage à ce macabre projet des ennemis de notre pays et qu’il rendra Alpha Condé responsable de toute violence contre les citoyens et leurs biens durant ces manifestations dont l’unique but est de défendre pacifiquement la constitution de mai 2010[15].

Après sa déclaration le 12 octobre 2019 à deux jours de la manifestation, Abdourahmane Sanoh, coordinateur  national du FNDC, Ibrahim Diallo le chargé des opérations, Sékou Koundouno responsable des stratégies, l’artiste Bill de Sam, le jeune blogueur Abdoulaye Oumou Sow et l’activiste Bailo Diallo sont accusés de troubles à l’ordre public et d’incitation à la désobéissance civile[16],[17].

Manifestations du 14 au 17 octobre[modifier | modifier le code]

Conakry[modifier | modifier le code]

L'appel a manifester du FNDC a été largement suivi à Conakry, elle a regroupé les principales organisations de la société civile et de l’opposition sur des artères publiques qui ont été dispersées par des forces de défense et de sécurité guinéennes.

Des morts, des blessés et un très grand nombre d’arrestations, dont le chanteur Elie Kamano et 27 autres personnes pour attroupement illégal[18].

Poursuivant la manifestation les 15, 16 et 17 octobre avec la même ardeur on dénombre 10 morts dans le rang des opposants au changement constitutionnel[19].

Journée du 23 octobre[modifier | modifier le code]

Conakry[modifier | modifier le code]

Les femmes du FNDC marchent encadrées par un cordon de femmes policières et de gendarmes du rond-point Hamdallaye jusqu’au stade du 28-Septembre pour exiger la justice pour leurs enfants morts lors des manifestations sociopolitiques en Guinée.

« On a marché auparavant pour dénoncer ces tueries. On pensait qu’on avait été entendues. Mais il a fallu que les manifestations reprennent pour qu’on tue comme d’habitude. On ne peut pas  rester passives face à ces actes »

selon Hadja Maimouna Bah, la porte-parole des femmes du FNDC[20],[21].

« C’est des jeunes qui ont moins de 30 ans, vous avez des élèves, des lycéens, des collégiens. Il faut que l’impunité s’arrête en Guinée, parce que sinon on ne pourra pas s’en sortir. Ça radicalise les gens. Le fait de tuer des innocents radicalise des gens, qui se rangent d’un côté, qui se sentent exclus, et ce n’est pas normal »

pour la journaliste d'Espace TV et militante du droit des femmes Moussa Yéro Bah.

Journée du 7 novembre[modifier | modifier le code]

Conakry[modifier | modifier le code]

Le cortège des manifestants parti de la Tannerie au rond-point de l’aéroport, au carrefour de Kondébounyi jusqu'à l'esplanade du stade 28 septembre sans incident majeur[22].

La journée est immortalisée avec une salutation entre deux leaders en conflits[23] depuis des années, le président de l'UFDG Cellou Dalein Diallo et le président de l'UDD Bah Oury[24].

A l’intérieur[modifier | modifier le code]

Journée du 14 novembre[modifier | modifier le code]

Conakry[modifier | modifier le code]

Bus calciné

Le cortège des manifestants partis de la Tannerie au rond-point de l’aéroport est stoppé au carrefour de Kondébounyi en tentant de forcer le passage sur un itinéraire non autorisé.

Les manifestants s'opposent aux forces de l'ordre par des jets de pierres, celle-ci répondent par des tirs de gaz lacrymogène pour disperser la foule.

Dans leur fuite, les manifestants se sont attaqués à cinq bus, dont l’un a été entièrement calciné[25].

A l’intérieur[modifier | modifier le code]

Des manifestations ont eu lieu à Dalaba, Boké, Fria, Mamou, Koundara, Lélouma, Gaoual et Kindia[26].

Arrestations et condamnations[modifier | modifier le code]

Manifestation sur l'autoroute Fidel Castro.

Après l'intervention de Foniké Menguè responsable de la mobilisation du mouvement dans les GG d'espace FM, annonçant des nouvelles stratégie du FNDC le , il est arrêté dans la journée par les forces de défense et de sécurité à son domicile, sis à Commandanyah minière (Conakry)[27] et passera 4 mois en prison avant d'être libéré en août 2019.

Le 9 septembre, il est de nouveaux arrêté en marge de la manifestation du FNDC[28].

Le 14 octobre 2019, après la déclaration d'Abdourahmane Sanoh coordinateur national du mouvement annonçant les manifestations , il est arrêté avec huit de ses membres, jugés et condamnés au tribunal de Mafanco et Dixinn[29] :

  • Abdourahmane Sanoh est condamné à 1 an de prison ;
  • Sekou Koundouno, Ibrahima Diallo, Bailo Destin En Main, Elie Kamano, Bill de Sam , Badara Koné sont condamnés à 6 mois d'emprisonnement[30] ;
  • Trois sont libérés pour délit non constitué.

Les manifestants arrêtés en région, notamment à Boké, Kindia et Mamou, sont libérés pour délit non constitué. Les organisations de défense des droits de l'homme dénoncent les arrestations et la répression en Guinée. Les institutions internationales appellent au dialogue, notamment l'Union européenne et la CEDEAO[31].

Abdourahmane Sanoh et les 7 condamne du 22 octobre 2019 bénéficier d'une liberté provisoire le 28 novembre 2019 à la cour d'appel de Conakry[28],[32].

Le 25 décembre, le charge des opérations Oumar Sylla Foniké Mangue en prison entame une grève de la faim[32].

Traitement médiatique[modifier | modifier le code]

Justice[modifier | modifier le code]

Plainte contre la Guinée et la CEDEAO[modifier | modifier le code]

Le 12 mars, en présence des leaders du FNDC, son coordinateur Abdourahamane Sanoh ; le chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo ; le président du PADES, Ousmane Kaba et le président du Bloc Libéral Faya Millimono le procès est ouvert en demandant à la cour de « constater, les violations, par la CEDEAO, des règles communautaires spécialement instituées pour garantir le respect des droits de l’homme, l’État de droit et la préservation de l’ordre constitutionnel ».

Le 19 mars, la juridiction sous-régionale a déclaré que la mesure provisoire demandée par les requérants était désormais sans objet, dans la mesure où les élections n’ont pas eu lieu le 1er mars. En effet, ces élections ont été reportées au 22 mars. En ce qui concerne la requête contre les 14 états membres de la CEDEAO, la Cour s’est déclarée incompétente pour défaut de qualité. Une audience aura cependant lieu le 30 avril prochain à Abuja sur la suite de la procédure[33]

Les leaders du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) ont adressé un mémorandum à l’endroit de la communauté internationale et aux organisations de défense des droit humains pour demander la mise en place d’une commission d’enquête internationale pour faire toute la lumière sur les crimes et exactions commis lors des manifestations contre le changement de Constitution[34].

Réactions[modifier | modifier le code]

Les plus grandes forces politiques du pays soutiennent le mouvement et siège au front national pour la défense de la constitution.

Les réactions internationales sont assez prudentes, et la plupart des pays et organisations internationales appellent au dialogue :

Les Drapeau des Nations unies Nations unies, la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), la Délégation de l’Drapeau de l’Union européenne Union européenne, des Drapeau des États-Unis États-Unis, de Drapeau de la France France, de Drapeau de la Belgique Belgique, d’Drapeau de l'Italie Italie, d’Drapeau de l'Allemagne Allemagne et du Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : dans un communiqué conjoint appellent a la retenue et au dialogue[30].

Le Parti socialiste français , ex allié du RPG, s'est désolidarisé du président Alpha Condé suite aux démarches d'une délégation du FNDC conduite par Amadou Camara , Dramane Diawara , Sidikiba Keita et l'artiste Djani Alpha[35]. Olivier Faure, premier secrétaire du parti socialiste, a clairement marqué cette rupture dans un communiqué adressé aux guinéens de France [36]


Bilan humain[modifier | modifier le code]

Marche funèbre à Conakry pour les tués pendant le mouvement, 4 novembre 2019.

14 au 16 octobre[modifier | modifier le code]

Du lundi 14 au mercredi le FNDC fait un bilan[37] :

  • 12 mort par balles dont 2 travailleurs, 5 élèves et étudiants[37]
  • 70 blessés par balles[37]
  • 200 arrestations (100 à Conakry, 42 à Mamou, 27 à Boké, 10 à Guéckédou, 13 à Macenta)[37].

4 novembre 2019[modifier | modifier le code]

En marge de l'enterrement des 11 morts du 14 au au cimetière de bambeto :

Liste des morts depuis le début du mouvement[modifier | modifier le code]

Police à la manifestation du FNDC


No  Nom et prénoms Professions Ville d'origine Âges Villes de décès Date
01 Mouctar Condé[41] N'Zérekoré 13 juin 2019
02 Mamadou Lamarana Bah Élève 16 Conakry Entre le 14 et le 16 octobre
03 Thierno Sadou Bah Chauffeur 18 Conakry
04 Mamadou Karffa Diallo Élève 22 Conakry
05 Mamadou Aliou Diallo Maçon 24 Conakry
06 Amadou Oury Diallo Chauffeur 25 Conakry
07 Abdoulaye Timbo Sow Marchand 27 Conakry
08 Thierno Mamadou Kalidou Diallo Médecin stagiaire 27 Conakry
09 Ousmane Kéita Taxi-Motard 22 Conakry
10 Boubacar Diallo Élève 14 Conakry
11 Thierno Aliou Barry Lycéen 17 Mamou
12 Thierno Mamadou Diallo 15 ans
13 Abdoul Wahid Diallo 17ans
14 Amadou Sow 22 ans
15 Alpha Souleymane Diallo Lycéen Téliré (Mali) 16 Conakry 14 novembre 2019[42]
16 Abdourahamane Diallo conducteur de taxi-moto Mitty (Dalaba) 19 Conakry
17 Amadou Oury Bary Maréla (Faranah) 32 Conakry
18 Chérif Bah 15 ans
19 Mohamed Sylla 17 ans
20 Abdourahim Diallo 17 ans
21 Alimou Bah 21 ans
22 Mamadou Mouctar Diallo 19 ans
23 Mamadou Saidou Diallo 24 ans 6 décembre
24 Mamadou Sow 21 ans 13 au 14 janvier 2020
25 Alhassane Diallo 15 ans
26 Souleymane Diallo 18 ans
27 Alpha Ousmane Barry 20 ans 23 janvier 2020
28 Mamadou Kossa Diallo 15 ans
29 Aldiouma Diallo
30 Mamadou Moussa Barry 19 ans 28 au 29 janvier 2020
31 Mamadou Issa Bah 22 ans
32 Mamadou Saidou Bah 20 ans
33 Idrissa Barry 15 ans 13 février 2020
34 Souleymane Barry 17 ans 20 février 2020
35 El Hadj Ibrahima Diallo 17 ans 5 mars 2020
36 Diallo Nassouroulaye 18 ans 22 mars 2020
37 Boubacar Barry 35 ans
38 Thierno Oumar Diallo
39 Hafiziou Diallo 28 ans
40 Mamadou Oury 23 ans
41 Mamadou Bailo Diallo 12 ans
42 Ousmane Barry 23 ans
43 Issa Yero Diallo 29 ans
44 Thierno Mamadou Barry 20 ans
45 Mamadou Aliou Sow 28 ans Blessé le 22 mars et décédé le 24
46 Mamadou Saliou BAH Blessé le 22 mars et décédé le 27[43]
Ambulance de la Croix-Rouge

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

La musique de Tiken fait l'objet de challenge sur les réseaux sociaux et intermédiaires entre les discours des opposants le sur l'esplanade du stade de Conakry.

Inspiration de d'autres mouvements[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Salimatou Balde, « Marie Maledeine Dioubaté : ‘’le pouvoir use de la force et de méthodes illégales pour empêcher la manifestation du 14 octobre’’ », Vision Guinée,‎ (lire en ligne, consulté le 26 octobre 2019).
  2. « Lutte contre la nouvelle  constitution guinéenne  : le FNDC Belgique manifeste le 22 juin à Bruxelles », sur Afrique Vision, (consulté le 30 juin 2020).
  3. https://actualiteguineenne.com/2019/09/26/new-york-le-fndc-usa-manifeste-contre-le-troisieme-mandat/%3famp
  4. https://guinee114.com/2019/08/05/la-coordination-nationale-felicite-lantenne-du-fndc-abidjan-communique/
  5. « Guinée : Un an après, quel bilan pour le FNDC ? », sur Africa Guinee, (consulté le 30 juin 2020).
  6. « En Guinée, débat autour d'un 3e mandat pour Alpha Condé », sur TV5MONDE, (consulté le 26 octobre 2019)
  7. « Avertissement de redirection », sur www.google.com (consulté le 26 octobre 2019)
  8. a et b Guinee114, « 1.500.000 personnes mobilisées, un mort jeudi: bilan et perspectives du FNDC (Communiqué) », sur Guinée 114, (consulté le 31 octobre 2019)
  9. « Alpha Condé promulgue la nouvelle Constitution guinéenne et crée un fonds de 2.500 milliards pour le Covid-19 », sur VOA (consulté le 12 avril 2020)
  10. guineelive.com, « Le FNDC rejette la nouvelle constitution et les législatives, appelle à de nouvelles élections », sur Guineelive, (consulté le 12 avril 2020)
  11. « "Forcément Alpha Condé devient fou", Tiken Jah Fakoly ( Vidéo) », (consulté le 26 octobre 2019)
  12. « En Guinée, Alpha Condé prépare un troisième mandat », sur Franceinfo, (consulté le 23 mars 2020)
  13. « En Guinée, la tentation du 3ème mandat pour Alpha Condé ? », sur TV5MONDE (consulté le 23 mars 2020)
  14. « New-York: forte mobilisation contre le référendum annoncé par Alpha Condé… », sur Africaguinee.com - Site officiel d'informations sur la Guinée et l'Afrique, (consulté le 23 mars 2020)
  15. cirey.balde, « Le FNDC appelle à des manifestations de rue à compter du lundi 14 octobre prochain », sur Vision Guinee, (consulté le 23 mars 2020)
  16. « Conakry: Où sont détenus Sanoh, Sékou Koundouno et Cie? », sur Africaguinee.com - Site officiel d'informations sur la Guinée et l'Afrique, (consulté le 23 mars 2020)
  17. admin, « Tribunal de Première instance de Dixinn : Abdourahmane Sanoh et Cie devant le parquet… », sur Global Guinée Info (consulté le 23 mars 2020)
  18. « Elie Kamano et Cie devant la Juge de Mafanco (Conakry) », sur Actuguinee.org, (consulté le 23 mars 2020)
  19. « Deuxième jour des manifestations dans un Conakry toujours paralysé », sur VOA (consulté le 23 mars 2020)
  20. « Guinée: Pourquoi les femmes du FNDC manifestent ce mercredi à Conakry? », sur Africaguinee.com - Site officiel d'informations sur la Guinée et l'Afrique, (consulté le 23 mars 2020)
  21. « Tueries à Conakry: "arrêtez de tuer nos enfants", scandent des femmes », sur Africaguinee.com - Site officiel d'informations sur la Guinée et l'Afrique, (consulté le 23 mars 2020)
  22. « Marche du jeudi 7 novembre 2019 : le FNDC mobilise à nouveau… », sur Africaguinee.com - Site officiel d'informations sur la Guinée et l'Afrique, (consulté le 23 mars 2020)
  23. « Guinée : le procès de l’affaire Mohamed Koula Diallo tourne à la foire d’empoigne – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 23 mars 2020)
  24. Sonny CAMARA, « Manifestation du FNDC du 7 Novembre : Des images symboliques pour une Guinée unie et prospère. », sur Guinée Nondi, (consulté le 23 mars 2020)
  25. Guineesignal, « MANIFESTATION DU FNDC DU 14 NOVEMBRE 2019 : la situation à 14 heures | Guinéesignal » (consulté le 23 mars 2020)
  26. Guinee114, « Manifestation FNDC du 14 novembre: le maire de Kindia l’interdit sur son territoire-(Copie) | Guinée 114 » (consulté le 23 mars 2020)
  27. ledjely, « URGENT: le FNDC annonce l'arrestation de Foniké Manguè », sur Ledjely.com, (consulté le 25 décembre 2020)
  28. a et b Guinee7.com, « Foniké manguè arrêté de nouveau/ « Les avocats du FNDC sont sur le coup pour sa libération», rassure Koundouno », sur Guinee7.com, (consulté le 25 décembre 2020)
  29. « TPI Dixinn : 1 an de prison pour Abdourahmane Sanoh, 6 mois pour 4 autres et une relaxe pour 3 », sur Ma Guinée Infos, (consulté le 30 juin 2020).
  30. a et b « TPI Dixinn : 1 an de prison pour Abdourahmane Sanoh, 6 mois pour 4 autres et une relaxe pour 3 », sur Ma Guinée Infos, (consulté le 26 octobre 2019)
  31. https://monitor.civicus.org/newsfeed/2019/10/25/protests-against-changes-constitution-9-killed-several-activists-sentenced-prison/
  32. a et b Deutsche Welle (www.dw.com), « Liberté provisoire pour les responsables de la contestation en Guinée | DW | 29.11.2019 », sur DW.COM (consulté le 25 décembre 2020)
  33. « Référendum en Guinée: La Cour de la Cédeao tranche entre Alpha et ses opposants », sur Africaguinee.com - Site officiel d'informations sur la Guinée et l'Afrique, (consulté le 12 avril 2020)
  34. « Guinée: les leaders du FNDC saisissent la Communauté Internationale... », sur Africaguinee.com - Site officiel d'informations sur la Guinée et l'Afrique, (consulté le 12 avril 2020)
  35. La Rédaction de Guinée Réalité, « Paris-Défense de la constitution: le FNDC appelle à la solidarité internationale autour du peuple de Guinée (Copie mémo) », sur Guinee Realité, (consulté le 30 décembre 2020)
  36. cirey.balde, « Le Parti socialiste (PS) français tourne le dos au RPG Arc-en-ciel », sur Vision Guinee, (consulté le 30 décembre 2020)
  37. a b c et d « Manifestatios du FNDC des 14 et 15 octobre 2019 », sur guineeactu.info.
  38. Guineematin, « 3 morts aux funérailles : le FNDC appelle à « une manifestation sans précédent le jeudi » », sur Guinée Matin - Les Nouvelles de la Guinée profonde, (consulté le 5 novembre 2019)
  39. « En Guinée, plusieurs victimes lors de heurts avec les forces de l'ordre », sur TV5MONDE Afrique, (consulté le 5 novembre 2019)
  40. « Guinée: nouvelle manifestation sanglante contre le président Condé », sur TV5MONDE, (consulté le 5 novembre 2019)
  41. Alpha Oumar Baldé, « N’zerekore : Après plus de 24h de manifs du FNDC, le triste bilan ! », sur Guinéenews©, (consulté le 3 janvier 2020)
  42. Friaguinée, « Manifestation du 14 novembre 2019: le FNDC déplore trois morts », sur Friaguinee, (consulté le 23 mars 2020)
  43. Sekou Sanoh, « Guinée : le FNDC publie une liste des victimes de la répression policière du 14 octobre 2019 au 30 mars », sur Guinéenews©, (consulté le 9 avril 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :