Moussy (Val-d'Oise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Moussy
Moussy (Val-d'Oise)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Intercommunalité CC Vexin Centre
Maire
Mandat
Philippe Houdaille
2020-2026
Code postal 95640
Code commune 95438
Démographie
Gentilé Moussyacois
Population
municipale
121 hab. (2019 en diminution de 13,57 % par rapport à 2013)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 08′ 20″ nord, 1° 54′ 39″ est
Altitude 97 m
Min. 56 m
Max. 112 m
Superficie 4,75 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pontoise
Législatives 1re circonscription du Val-d'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Moussy
Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise
Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Moussy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moussy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moussy
Liens
Site web https://www.moussy.fr/

Moussy est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Moussyacois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Ambiance du village : l'impasse Gabriel-Carbon.

Moussy est un village-rue rural du Vexin français, au nord-ouest du département du Val-d'Oise, situé sur le plateau agricole du Vexin, à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest de Paris, et desservi par la RD 159, axe qui en constitue la rue principale et qui relie la commune à Commeny au sud-ouest et à Brignancourt à l’est , et assure une connexion aux anciennes routes nationales RN 14 et RN 15 (actuelles RD 14 et 915).

Il est inclus dans le parc naturel régional du Vexin français.

Les gares les plus proches sont celles de Chars (3,5 km), Us et Santeuil ( réseau Saint-Lazare), Cergy-le-Haut (RER A) et celle de Boissy l’Aillerie (Transilien Paris Saint-Lazare). Elles sont desservies depuis Marines par le bus 95 - 08.

La Communauté de communes Vexin Centre met en place un service de transport à la demande, qui permet de se déplacer dans un rayon de 20 km autour de Vigny et le Parc naturel régional Le PNR et ll'intercommunalité ont mis en place un système de co-voiturage[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe de Chars, Brignancourt, Santeuil, Le Perchay, Commeny et Le Bellay-en-Vexin.


Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est drainée par deux rus, affluents de la Viosne : La Gouline et la Couleuvre (ou ru de Moussy)[2],[3].

La Viosne est elle-même un Affluent de l'Oise et donc un sous-affluent de la Seine.

Autrefois la commune comptait deux moulins à eau alimentés par la Gouline, à l'étang de Gouline, et par la Couleuvre à l'étang du Moulin neuf [4].

L'étang de la fontaine du Bellay, creusé au début des années 2000, est alimenté en eau par la « couleuvre », s’écoulant de la fontaine dite de Moussy, d’une superficie de 3 500 m2. Il présente un intérêt écologique très important de par son hydro-morphologie (son fonctionnement hydraulique et sa forme) ainsi que par la végétation qui s’y trouve. Son accès est réglementé[5].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Moussy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[6],[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[9],[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village change de nombreuses fois de nom au gré des changements de seigneur : Moussy le Perreux de 1205 à 1524, Moussy le Bergerot ou Moussy Barjot, puis Moussy Duquesnoy par lettres patentes du à la demande de Pierre-Louis Casimir Duquesnoy de Vaulouis, receveur général des finances de la généralité de Montauban et alors seigneur du lieu[11].

L'origine du nom provient du latin montem, mont[réf. nécessaire] ou du nom latin Muscius, avec le suffixe acum.

« Le Perreux » de 1205 à 1524, du latin petrosus (pierreux).

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne plaque Michelin d'entrée du village, du temps de la Seine-et-Oise.

Le site est occupé depuis la préhistoire comme l'atteste la découverte de cercueils de pierre, de burins, de haches taillées ou polies, ou encore de grattoirs et divers autres outils en silex[réf. nécessaire].

L’aménagement de deux digues, appelées « chaussées », a permis de créer sous l'Ancien Régime au fond du vallon deux étangs, visibles sur le plan d’intendance, qui fournissaient l'énergiedu moulin de Gouline et du moulin Neuf. Le premier, tombant en ruines en 1866 est remplacé par une usine. Le second, sur l’ancienne chaussée franchie encore par la route menant à Brignancourt, a entièrement disparu, de même que les plans d’eau qui se sont asséchés[12].

Au XVIIIe siècle, M. Duquesnoy, seigneur de Moussy, assèche les marais en y plantant des milliers d’arbres[12].

A la fin du XIXe siècle, des cressonnières sont aménagées du côté du lavoir communal[12].

La mairie-école est inaugurée en 1878 sous le mandat de Jean-Baptise Sansier, permettant ainsi l'enseignement des enfants dans leur commune, alors qu'auparavant ils étaient scolarisés à Commeny[13].

La commune est gravement endommagée par les bombardements durant la Seconde Guerre mondiale[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[14], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département du Val-d'Oise et à son arrondissement de Pontoise après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie de 1801 à 1967 du canton de Marines de Seine-et-Oise puis du Val-d'Oise[15]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune est membre depuis 2014 d'un nouveau canton de Pontoise

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription du Val-d'Oise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, initialement membre de la communauté de communes du Plateau du Vexin, est membre, depuis le , de la communauté de communes Vexin centre.

En effet, cette dernière a été constituée le par la fusion de la communauté de communes des Trois Vallées du Vexin (12 communes), de la communauté de communes Val de Viosne (14 communes) et de la communauté de communes du Plateau du Vexin (8 communes), conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise approuvé le [16].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[17]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1886 après 1878 Jean-Baptiste Sansier[18]    
mai 1925   Albert Binet    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Noël Caillée    
mars 2008[19] En cours
(au 15 juillet 2021)
Philippe Houdaille   Réélu pour le mandat 2014-2020[20],[21]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Depuis la fermeture de l'école communale en 1982, les enfants sont scolarisés au sein d'un regroupement pédagogique intercommunal géré par le SIAR : les enfants de maternelle vont à l'école de Gouzangrez et ceux de primaire à celle de Commeny[13].

Les enfants sont ensuite accueillis au collège de Roland-Vasseur puis, le plus souvent, aus lycées de Pontoise ou d’Osny ainsi qu'au lycée professionnel de Chars.

Autres équipements[modifier | modifier le code]

En 2017, la commune se dote de nouveaux équipements : de nouveaux ateliers municipaux, qui utilisaient auparavant le préau de l'ancienne école, fermée en 1982, une « maison du village » de 84 m2 pour les événements ponctuels, les activités du foyer rural et des associations de la commune, qui partagera certains de ses locaux avec la mairie jouxtante, réaménagée à cette occasion[22].

Une bibliothèque est aménagée dans la mairie.

La place de la vieille mare a été aménagée en 2011 et comprend des équipements sportifs (football, basket-ball et volley-ball)[23].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[25].

En 2019, la commune comptait 121 habitants[Note 3], en diminution de 13,57 % par rapport à 2013 (Val-d'Oise : +4,6 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9787959610610511710196
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
88969411610498919682
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8110984756763725650
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
61588098102113146147151
2015 2019 - - - - - - -
131121-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Moussy compte deux monuments historiques sur son territoire :

  • Manoir, dit prieuré, rue de l'Église / rue du Moulin-Neuf (classé monument historique en 1927[27]) :
    Suivant la tradition orale locale, le dossier de protection emploie le terme de prieuré, qui n'est pas fondé sur des éléments concrets. Le manoir seigneurial a été édifié pour la famille d'Aumont entre la fin du XVe siècle et le début du XVIe siècle.
    À l'angle des deux ailes, il possède une porterie flanquée de deux tourelles rondes de trois étages, coiffées de toits en poivrière. Le rez-de-chaussée comporte une porte piétonne et une porte charretière, et le mur au-dessus est recouvert par un chaperon. Le mur de l'étage en léger recul présente une grande fenêtre à meneaux.
    Alors que le manoir était la propriété de l'écrivain Henri Béraud, le manoir est réquisitionné par l'état-major allemand en 1943. Très endommagé par un bombardement en 1944, il a été très restauré depuis[28].


Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Église Saint-André, rue de l'Église[29],[30] (inscrite monument historique en 1926[31]) :
    C'est l'une des églises romanes les plus archaïques du Vexin français, et l'une des rares qui ne furent pas construites à vaisseau unique, et dont le transept d'origine s'est conservé.
    Ses deux croisillons sont munis de petites absidioles. Le voûtement fait appel aux trois principales techniques qui ont cours à l'époque romane : la voûte d'arêtes pour la croisée du transept ; la voûte en berceau pour les croisillons et les absidioles ; et la voûte en cul-de-four pour l'abside.
    La nef unique, simplement plafonnée, et le clocher-porche de la Renaissance du troisième quart du XVIe siècle sont détruits par les bombardements alliés en 1944, qui visent les V1 allemands dissimulés dans les carrières souterraines de Nucourt. Ne restent que le portail Renaissance et le mur méridional de la base du clocher.
    L'église reste ensuite à l'abandon pendant une quinzaine d'années. La restauration des parties orientales, restées debout, et la construction d'une nouvelle nef commencent vers la fin des années 1950, et l'église est consacrée pour une nouvelle fois le par Mgr Alexandre Renard, évêque de Versailles, et conserve une grande partie de son intérêt. Les vestiges de la tour Renaissance ont été laissés en l'état en tant que témoins du passé[32].
La cloche de l'église date de 1729 et a été remise en service le jeudi 23 janvier 2020[33]..

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

On peut également signaler :

  • Ancien abreuvoir, rue de l'Abreuvoir : Situé un peu en dehors du village, cet abreuvoir se présente comme un bassin rectangulaire dont le fond descend en pente douce. Il est rendu étanche par une couche d'argile. Alimenté par les eaux pluviales, l'abreuvoir ou « gué »servait également de pédiluve et égayoir pour les chevaux[34].
  • Trois anciennes fontaines : La fontaine de Moussy, qui alimente l’étang de la fontaine du Bellay, la fontaine du Bellay, qui alimente l’ancien lavoir de la commune du Bellay-en-Vexin et la fontaine au doyen, qui alimente le lavoir de Moussy et les anciennes cressonnières[2].
  • Le lavoir de Belay (situé à Moussy mais utilisé par les habitants du Bellay-en-Vexin, village dépourvu d'eau courante, et par ceux de Bercagny, hameau voisin, dépendant de Chars). Son terrain a été cédé en 1901 à la commune du Bellay, qui y réalisa alors sa couvertue, avec la participation financière de Chars. Le lavoir a été utilisé par les habitants jusqu'à l'adduction en eau potable de leurs maisons.
  • Croix pattée dite Croix des Jonquets, chemin rural n° 9, par la rue de l'Abreuvoir : C'est une petite croix monolithique pourvue d'un décor sculpté en bas-relief. Elle daterait du dernier quart du XIIe siècle, et mesure 147 cm de hauteur pour 73 cm de largeur. Le dos est orné de courbes entrelacées, et les côtés sont cannelés. L'emplacement actuel ne serait plus celui d'origine. La croix a été classée au titre objet par arrêté du [35].
  • La commune dispose de 18 km de chemins et de sentiers qui traversent plaines, marais et bois jusqu’au cœur du village, dont certains sont aménagés en chemins de randonnée[4].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Moussy au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Moussy Blason
D’azur au sautoir d’argent chargé en cœur d’un griffon de gueules, cantonné en chef et en pointe de deux merlettes d’or et aux flanc de deux fleurs de lys du même[37].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Moussy », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. S.A.R.L. d'Architecture et d'Urbanisme Anne GENIN et Marc SIMON, « PLU de Moussy - rapport de présentation » [PDF], Mairie de Moussy, (consulté le ), p. 35.
  2. a et b « Les chemins de randonnée de Moussy », Territiire communal, sur https://moussy.fr/ (consulté le ).
  3. « Couleuvre (Val-d'Oise, France ; cours d'eau) », Archives départementales du Val-d'Oise (consulté le ).
  4. a et b « A la découverte de notre territoire » [PDF], sur https://moussy.fr/, (consulté le ).
  5. « Réglementation de l’aire de l’étang du lieudit “la fontaine du bellay” », Territoire communal, sur https://moussy.fr (consulté le ).
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. a et b « Étymologie à travers l’histoire », Un peu d'histoire, sur https://moussy.fr (consulté le ).
  12. a b et c « L’eau à Moussy », Territoire communal, sur https://moussy.fr/ (consulté le ).
  13. a et b « La mairie-école », Patrimoine, sur https://moussy.fr (consulté le ).
  14. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  15. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. « Schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise » [PDF], Préfecture du Val-d'Oise, (consulté le ), p. 14-15.
  17. « Les maires de Moussy », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  18. « 1886 : Un message de bienvenue », Un peu d'histoire, sur https://moussy.fr (consulté le ).
  19. Site officiel de la préfecture du Val d‘Oise-liste des maires, 3 août 2009 [PDF]
  20. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, (consulté le ).
  21. « Installation du nouveau conseil municipal », Le conseil municipal, sur https://moussy.fr, (consulté le ).
  22. Ma.P., « Moussy : une nouvelle mairie et une salle des fêtes pour le village », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ) « La mise en œuvre de ce grand chantier nécessite 300 000 € d'investissements, financés dans le cadre d'un contrat rural. L'ensemble du projet est subventionné à 75 % par la région et le département ».
  23. « La place de la vieille mare », Patrimoine, sur https://moussy.fr (consulté le ).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  27. « Prieuré », notice no PA00080137, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. Roland Vasseur, Le manoir et l'église de Moussy, Pontoise, Société historique et archéologique de Pontoise, du Val-d'Oise et du Vexin, s.d. (vers 1978), 12 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 1-7.
  29. « L’église Saint André (XIIe – XVIe siècle) », Patrimoine, sur https://moussy.fr (consulté le ).
  30. « 1886 : Un courrier pour l’indépendance de Moussy », Un peu d'histoire, sur https://moussy.fr/notre-village/ (consulté le ).
  31. « Église Saint-André », notice no PA00080136, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. Vasseur s.d. (vers 1978), op. cit., p. 8-12.
  33. « La cloche sonne à nouveau », Patrimoine, sur https://moussy.fr (consulté le ).
  34. Séverine Charon, Hénin, Maria Pia Hutin-Houillon, Philippe Oyer et Bruno Sternberger, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 671-672 (ISBN 2-84234-056-6).
  35. « Croix », notice no PM95000468, base Palissy, ministère français de la Culture.
  36. a b c et d « Le château », Patrimoine, sur https://moussy.fr (consulté le ).
  37. http://www.moussy.fr/content/content20967.html