Mousse au chocolat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}.

Mousse au chocolat
Image illustrative de l'article Mousse au chocolat
Mousse au chocolat.

Lieu d’origine France
Date 1755
Place dans le service Dessert
Température de service Froid

La mousse au chocolat est un dessert dont la composition traditionnelle comporte au minimum du chocolat et du blanc d'œuf, monté en neige. Elle peut parfois être agrémentée de jaune d’œuf, de sucre ou de crème montée, d'épices ou de zestes d'agrumes. Une recette "vegan" peut remplacer le blanc d'œuf, par du blanc de jus de pois chiche [réf. nécessaire] (aquafaba). Certaines recettes sont à base de tofu soyeux[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

La mousse au chocolat a été décrite en 1755 par Menon sous le nom « Mousse de chocolat »[1], un terme qui s'appliquait aussi à l'écume sur la boisson de chocolat. En 1820, Viard donne une recette dans Cuisinier royal[2],[3].

Recette[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreuses recettes de mousse au chocolat dont la composition peut varier. Elle contient toujours au minimum du chocolat et classiquement des blancs d'œuf montés en neige ou parfois de la crème fouettée, avec ou sans gélatine. Y sont parfois incorporés des jaunes d'œufs, du lait ou de la crème, voire des épices (cannelle, vanille, thé, gingembre, etc.). Les recettes végétaliennes peuvent utiliser à la place de l'œuf du jus de pois-chiche[réf. nécessaire].

Iconographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Soupers de la Cour, Tome IV, p. 302
  2. A. Viard, Le cuisinier royal ou l'art de faire la cuisine, la pâtisserie et tout ce qui concerne l'office, pour toutes les fortunes, 10e éd., J.-N. Barba, Paris, 1820, 536 p., p. 508.
  3. plus tard: Claude-Marie Gattel, Dictionnaire universel de la langue française, 9e éd., T. II, J.B. Clarey, Paris, 1857, p. 209. En ligne