Moussa Sinko Coulibaly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coulibaly.

Moussa Sinko Coulibaly
Illustration.
Moussa Sinko en décembre 2017
Fonctions
Ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de l'Aménagement du Territoire du Mali
Gouvernement Gouvernement Diango Cissoko I
Gouvernement Diango Cissoko II
Gouvernement Ly
Biographie
Date de naissance (47 ans)
Lieu de naissance Bamako (Mali)
Nationalité Malienne
Profession Général de brigade

Moussa Sinko Coulibaly, né à Bamako le , est un général et homme politique malien. Officier instructeur, il est nommé ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de l'Aménagement du Territoire après le coup d'État du 21 mars 2012. Il se rapproche ensuite du président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) qui le maintient à son poste jusqu'en 2014. Il se lance dans une carrière politique indépendante à partir de décembre 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son parcours militaire l'aura conduit successivement :

De retour au pays il sera nommé instructeur permanent à l’École militaire inter-armes (EMIA) de Koulikoro, d’octobre 1996 à septembre 1998, puis commandant de compagnie de la 261e compagnie et de support de 2000 à 2001[1].

D'autres formations suivront ce parcours classique :

  • à Accra au Ghana en 2006 pour un cours de planification opérationnelle KAIPTC en 2006[1],
  • à Yaoundé de 2009 à 2010, pour une formation au Collège interarmes de défense de Yaoundé[1],

Polyglotte, le colonel Moussa Sinko Coulibaly parle couramment bambara, français, anglais et possède des connaissances en allemand et russe[1].

Jusqu'à sa nomination au poste de Directeur de cabinet du Président du Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’État (CNRDRE)[réf. souhaitée], le colonel Moussa Sinko Coulibaly était directeur de l’instruction de l’École de maintien de la paix (EMP) depuis 2010. Il est ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de l’Aménagement du territoire dans le Gouvernement Cheick Modibo Diarra 2 formé le [1]. Il organise à ce titre l'élection présidentielle malienne de 2013[2] et joue un rôle important lors de la signature des accords de Ouagadougou[1]. Il est nommé général de brigade le par le président Dioncounda Traoré[3]. Initialement proche du nouveau président IBK[2], il n'est pas reconduit dans le Gouvernement Mara le [4] et retourne à la direction de l'EMP.[1]

Le 3 décembre 2017, il démissionne de l'armée et se lance en politique[2].

En 2018, il accuse le gouvernement d'avoir trop misé sur les milices au lieu de réformer l'armée[5]. Il dénonce également la corruption au sein de la hiérarchie militaire[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i « Biographie du général de brigade Moussa Sinko Coulibaly », sur bamada.net,
  2. a b et c Au Mali, un général démissionne de l'armée pour se lancer en politique, RFI, 4 décembre 2017.
  3. « Mali: le capitaine Sanogo promu général », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  4. « Le Premier ministre malien Moussa Mara a formé un nouveau gouvernement », sur France 24,
  5. a et b Morgane Le Cam, Au Mali, les liaisons dangereuses entre l’Etat et les milices, Le Monde, 24 juillet 2018.

Sources[modifier | modifier le code]