Mourad Bey (Tunisie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Mourad Bey.

Mourad Ier
مراد الأول
Titre
Bey de Tunis
Prédécesseur Romdhane Bey
Successeur Hammouda Pacha Bey
Biographie
Dynastie Mouradites
Nom de naissance Jacques Senti
Lieu de naissance Corse (République de Gênes)
Date de décès
Lieu de décès Tunisie
Père Youssef Dey (adoptif)
Conjoint Yasmine
Enfants Hammouda Pacha Bey Souverain
Beys de Tunisie

Mourad Bey, mort en 1631[1], est le premier bey héréditaire de Tunis, fondateur de la dynastie des Mouradites. Il a régné de 1613 à sa mort[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Corse, de son vrai nom Jacques Senti, il est capturé par des corsaires tunisiens à l'âge de neuf ans et vendu au premier bey de Tunis, l'ancien mamelouk Romdhane. Élevé par le bey, qui en fait son lieutenant (kahia) en 1613, il participe à des missions de pacification de l'arrière-pays et de collecte des impôts à la tête d'une colonne armée, la mhalla. Il s'allie à Youssef Dey et obtient la charge de son ancien maître après sa mort en 1613. Il s'enrichit par la course et obtient par la suite le titre de pacha de Tunis de la part du gouvernement ottoman, et le droit de transmettre sa charge de bey, avec l'accord de Youssef Dey, à son fils et héritier Hammouda[1]. C'est ainsi qu'est fondée la dynastie des beys mouradites dont les représentants vont jouer un rôle prépondérant dans le gouvernement de la Tunisie[1].

Mourad Bey jouit de l'égard du sultan ottoman mais aussi d'une grande autonomie administrative et d'une singulière indépendance politique, sans doute en raison de l'éloignement géographique et du jihad que les corsaires tunisiens sont censés mener contre la chrétienté. En réalité, le gouvernement de Tunis — le dey, le bey et le diwan — s'autorise à conclure des traités de paix et de commerce avec les souverains des grands États de l'Europe à l'insu du sultan. Celui-ci se contente de donner l'investiture triennale au pacha, qui est supposé représenter le gouvernement ottoman à Tunis, et de recevoir à cette occasion, de la part du diwan, les cadeaux traditionnels en espèce et en nature.

Les hommes au pouvoir à Tunis ne demandent eux-mêmes aux villes et aux tribus de l'intérieur que le minimum de dépendance nécessaire au maintien de l'ordre et de la sécurité. Le bey du camp ne lève pas à proprement parler un impôt mais une sorte de tribut annuel qui, une fois acquitté par les intéressés, permet à ceux-ci de vivre selon leurs us et coutumes. La Tunisie acquiert sous les premiers beys mouradites une réelle prospérité avec les activités de négoce et de course et la levée régulière des impôts.

Dans le domaine de l'art, la Grande Mosquée de Kairouan connaît, sous le règne de Mourad Bey qui voulait laisser son empreinte dans le vénérable édifice, quelques travaux de restauration qui concernent principalement certaines parties des plafonds en bois peint de la salle de prière ; ces travaux sont datés de 1028 de l'hégire (correspondant à 1618)[3],[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Ibn Abi Dhiaf, Présent des hommes de notre temps. Chroniques des rois de Tunis et du pacte fondamental, vol. II, éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1990, p. 41
  2. Ibn Abi Dhiaf, op. cit, p. 40
  3. Fawzī Mahfūz, Architecture et urbanisme en Ifriqiya médiévale : proposition pour une nouvelle approche, éd. Centre de publication universitaire, Tunis, 2003, p. 140
  4. Georges Marçais, Coupole et plafonds de la Grande Mosquée de Kairouan, éd. Tournier, Paris, 1925, p. 59

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arthur Pellegrin, Histoire illustrée de Tunis et de sa banlieue. éd. Saliba, Tunis, 1955