Mounir Hafez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hafez.
Mounir Hafez
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
Nationalité

Mounir Hafez, né le 26 septembre 1911 à Alexandrie et mort le 1er janvier 1998, est une référence majeure du soufisme en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine égyptienne et apparenté à la famille royale, Mounir Hafez s'installe définitivement en France à partir de 1952, lorsque la révolution nassérienne le contraint à l'exil. À partir de 1954, il est l'élève de Henry Corbin, à l'École pratique des Hautes Études – il soutiendra une thèse sur la mystique musulmane –, collabore à diverses revues, dont "La Tour Saint-Jacques", de Robert Amadou, participe à un groupe de recherches sur l'Histoire des Sciences Traditionnelles, avec Eugène Canseliet, René Alleau, etc., multiplie les conférences et enseigne à l'EPHE ainsi qu'à la Sorbonne (1959-1960) sur le thème de l'Islam face aux acquisitions nouvelles de la pensée. À compter des années 1970, Mounir Hafez se consacrera à son enseignement, en public, mais également dans des cercles plus restreints, jusqu'à sa mort en 1998.

Parcours[modifier | modifier le code]

Mounir Hafez appartient à une « famille d'esprits » dont certains noms sont bien connus. Il est contemporain de l'orientaliste Louis Massignon à qui il devra son intérêt pour Hallâj, de « l'iraniste » Henry Corbin, mais aussi de poètes comme Armel Guerne et Henri Michaux dont il sera le secrétaire et à propos de qui il aura ces mots : « À l'Occident exilé, il redonne passeport », – de peintres aussi (Nicolas de Staël) et de scientifiques : « Il faut lire la physique », dira-t-il à la fin de sa vie.

Qu'il ait donné des conférences aux fameux "Mardis de Dar es-Salam", avec les Dominicains du Caire, ou qu'il ait publié, dans sa jeunesse, des poèmes dans des revues surréalistes, qu'il ait fréquenté Louis Massignon et Henry Corbin, et aussi bien Georges Bataille, Emil Cioran que Maurice Blanchot, qu'on le retrouve collaborant à "Dieu vivant" (Moré, Massignon, Daniélou) comme à la revue littéraire d'Henri Parisot, "Les Quatre Vents", qu'il se soit intéressé à l'hermétisme et à l'alchimie ou qu'il ait étudié l'astrophysique, il n'a cessé, sa vie durant, de tisser des liens entre les mondes - géographiques et intellectuels.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]