Mounia Meddour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mounia Meddour
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Père

Mounia Meddour, née en 1978 à Moscou[1], est une réalisatrice algérienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est née en 1978[2]. Son père est le réalisateur algérien Azzedine Meddour[3] sa mère d'origine russe. Elle effectue des études supérieures en école de journalisme, puis se forme au cinéma et à l'audiovisuel en France où elle obtient un diplôme au Centre européen de formation à la production de films (CEFPF), en réalisation de fiction en 2002 puis en réalisation documentaire en 2004, et à l’université d’été de la Fémis en 2004[4].

Suite à ces formations, elle réalise plusieurs documentaires, tels que Particules élémentaires en 2007[4],[5], ou encore La Cuisine en héritage en 2009[4],[6], puis en 2011 Cinéma algérien, un nouveau souffle, un documentaire sur la nouvelle génération de réalisateurs algériens qui émerge, malgré l’absence de financement. Cette même année 2011, elle réalise son premier court-métrage de fiction, Edwige[7]. Ce court-métrage reçoit une mention spéciale aux Journées cinématographiques d’Alger[8].

Enfin, en 2019, son premier long-métrage de fiction, Papicha, tourné au printemps 2018, est réalisé et est retenu dans la sélection du festival de Cannes. Dans Papicha, la jeune femme personnage principal, Nedjma, est passionnée de mode, et tente d’organiser un défilé dans sa résidence universitaire en 1990. C’est une façon d’évoquer une décennie de violences et de terrorismes, les années 1990, en Algérie. Il est présenté au festival de Cannes dans la section « Un certain regard »[8],[9],[10] et reçoit trois prix au festival du Film francophone d’Angoulême.

Filmographie (extrait)[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Particules élémentaires, scénariste-réalisatrice, 50 min[5].
  • 2009 : La Cuisine en héritage, scénariste-réalisatrice, 52 min[6],[11].
  • Cinéma algérien, un nouveau souffle, scénariste-réalisatrice, 52 min [12],[13]
  • Edwige, scénariste-réalisatrice, 15 min[14].

Long-métrage[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Exposition de photographies de Mounia MEDDOUR- Vernissage mercredi 26 avril à 18h30 », sur www.cca-paris.com (consulté le 24 juillet 2019)
  2. Pascale Caillé, « Cinéma algérien », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Le Dictionnaire universel des créatrices, Éditions des femmes, (lire en ligne)
  3. « Mounia Meddour sur les traces de son père », Liberté,‎ (lire en ligne)
  4. a b et c « Meddour, Mounia », sur africine.org
  5. a et b « Particules élémentaires », sur film-documentaire.fr
  6. a et b « La Cuisine en héritage », sur film-documentaire.fr
  7. « “Cinéma algérien, un nouveau souffle”, de Mounia Meddour. Une génération champignon », Liberté,‎ (lire en ligne)
  8. a et b Salim Aggar, « Le film « Papicha » de Mounia Meddour représentera l’Algérie au Festival de Cannes », Dernières infos d’Algérie (DIA),‎ (lire en ligne)
  9. Zahra Chenaoui, « Le cinéma algérien rêve d’indépendance financière », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  10. Alexis Duval, « Festival de Cannes 2019 : les temps forts du septième art africain. Six premiers films, dont trois réalisés par des femmes… la 72e édition offre une belle vitrine au cinéma du continent », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  11. « La Cuisine en héritage », sur Télérama
  12. « Cinéma algérien, un nouveau souffle », sur film-documentaire.fr
  13. « Le Cinéma algérien, un nouveau souffle », sur Télérama
  14. « Edwige. Mounia Meddour », sur africine.org

Liens externes[modifier | modifier le code]