Mouloud Kacem Naît Belkacem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kacem et Belkacem.
Mouloud Kacem Naît Belkacem
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Ministre
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
Nationalité
Activités

Mouloud Kacem Naît Belkacem (né le à Ighil Ali, Béjaïa, Algérie, et mort le ) dit Mouloud Kassim[1]est un politicien, philosophe, historien, écrivain algérien, défenseur de la langue arabe, de l'Islam et du nationalisme algérien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire du village Belayel (belaaguel), (Ighil Ali, Algérie), il apprend le Coran et la langue arabe dès son jeune âge, il fait des études à Tunis et au Caire où il obtient une licence en philosophie. Il fréquente alors la Sorbonne pour enrichir ses connaissances. Membre des Académies de langue arabe de Jordanie, d’Égypte et de Syrie, rejoint la révolution algérienne en 1954, il est promu ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, chargé du Haut conseil de la langue arabe après l'indépendance de l'Algérie. Il a contribué à la promotion et l’enrichissement de l’identité algérienne, de la préservation et la sauvegarde de la langue arabe dans sa dimension culturelle. Polyglotte, il a appris 5 langues.

Fonctions[modifier | modifier le code]

  • 1970-1970, Ministre des Habous.
  • 1970-1977, Ministre de l'Enseignement Originel et des Affaires Religieuses.
  • 1977-1979, Ministre auprès du Président de la République chargé des affaires religieuses.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon Naît Belkacem, l'Etat algérien existait depuis le XVe siècle, ce n'était pas un simple Etat, mais une superpuissance redoutée et respectée des nations européennes[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Révolution Algérienne et décolonisation, Constantine, El Baath, 1984[1].
  • Personnalité internationale de l'Algérie et son autorité dans le monde avant 1830, Constantine, El Baath, 1985[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le dictionnaire des livres de la guerre d'Algérie Par Benjamin Stora, 260
  2. Grandeur et décadence de l'État algérien Par Ahmed Rouadjia, p. 101
  3. Grandeur et décadence de l'État algérien Par Ahmed Rouadjia, p. 100

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]