Moulay Mustapha Belarbi Alaoui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alaoui.
Moulay Mustapha Belarbi Alaoui
Naissance
Fès, Maroc
Décès
Rabat, Maroc
Nationalité Flag of Morocco.svg Marocain
Profession
Homme politique marocain. Ancien ministre de la Justice.

Moulay Mustapha Belarbi Alaoui (né le à Fès, Maroc et mort le à Rabat, Maroc, inhumé au cimetière de Ksar Jdid de Errachidia après la prière d'Addohr[1]), est un homme politique marocain.

Chronologie de sa vie[modifier | modifier le code]

Moulay Mustapha Belarbi Alaoui a fait des études à l'Institut des hautes études de Rabat dont il est titulaire du diplôme des études juridiques et capacitaires en droit.

Il entame sa carrière professionnelle en 1955 en tant que chef du cabinet du ministre de l'Intérieur[1]. L'année d'après, il est nommé gouverneur à l'administration centrale chargé des affaires politiques et du personnel d'autorité.

En août 1971, il est nommé gouverneur de la préfecture de Casablanca, poste qu'il occupa jusqu'au , date à laquelle il est nommé ambassadeur du Maroc à Rome[1]. Moulay Mustapha Belarbi Alaoui est nommé en 1981 ministre de la justice, poste qu'il occupera jusqu'en 1993.

Désigné en membre du Conseil consultatif des droits de l'homme, Moulay Mustapha Belarbi Alaoui est décoré des insignes de Commandeur de l'Ordre du Trône, d'Officier de la Légion d'honneur et de la médaille de la Marche Verte[1].

Ministère[modifier | modifier le code]

En novembre 1981, il avait été nommé ministre de la Justice dans le gouvernement présidé par feu Maati Bouabid. Deux ans plus tard, il occupa le même poste dans le gouvernement conduit par Mohammed Karim Lamrani. En avril 1985, il est de nouveau nommé à la tête du ministère de la Justice, sous le gouvernement présidé par Lamrani, puis par Azzeddine Laraki.

Dans le nouveau gouvernement présidé par Mohammed Karim Lamrani, il est reconduit, en août 1992, à la tête de ce département, poste qu'il conserva jusqu'en .

Sources[modifier | modifier le code]