Motion design

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Motion design est une locution anglophone signifiant exactement "dessin en mouvement", et désignant l'animation graphique ou l'"animation numérique". Cet anglicisme est parfois employée pour désigner est une forme d'art visuel consistant à créer des œuvres animées ; il implique d'utiliser le mouvement comme principal outil graphique et artistique[1].

La discipline couvre l'ensemble des arts visuels intégrant la notion de mouvement. Il peut s'exprimer sur tous les supports animés comme les œuvres de fiction (cinéma et film d'animation), les émissions de télévision et autres œuvres audiovisuelles, l'art numérique dans le cadre d'expositions, de performances ou de spectacles vivants, la publicité et le film institutionnel, les interfaces graphiques de pages web, logiciels et systèmes d'exploitation, la réalité virtuelle et la réalité augmentée ou encore le jeu vidéo. La pratique du motion design implique généralement plusieurs domaines de création comme l'écriture, la conception, la direction artistique, le tournage, la création et l'animation d'objets graphiques variés[2].

Les animateurs graphiques sont les techniciens qui utilisent cette technique, ou les artistes qui s'expriment par cette forme d'art. Ils sont le plus souvent indépendants, même si on assiste depuis plus de 80 ans, avec Walt Disney notamment, à la création de nombreux studios spécialisés dans ce domaine[3].

Par nature, le motion design offre de vaste possibilités créatives. Le résultat peut être figuratif ou abstrait, réaliste ou stylisé[4]. Il peut être constitué de contenus filmés (y compris en animation en volume et en animation de pâte à modeler), dessinés, peints, typographiques (typographie cinétique), d'éléments graphiques (formes, textures, couleurs, motifs) ou d'images de synthèse, le tout animé à la main ou à l'aide d'un ordinateur. Il peut-être pré-calculé puis diffusé sous forme de fichier vidéo ou bien généré en temps réel, auquel cas l'œuvre pourra alors être interactive (art interactif) et/ou partiellement aléatoire (art génératif). Le motion design peut proposer un contenu textuel, narratif, descriptif, symbolique, spirituel, philosophique, propagandiste, publicitaire, éducatif ou cinématographique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Prémices et naissance[modifier | modifier le code]

Comme il n'existe pas de définition universelle de l'animation graphique, le commencement officiel de cette forme d'art est sujet à contoverse. Il y a eu des présentations qui pourraient être classées comme du motion design aussi tôt qu'au XVIIIe siècle. Michael Betancourt (en) a écrit la première étude historique du motion design, établissant que ses fondations se trouvent dans la musique visuelle et les films abstraits des années 1920 de Walther Ruttmann, Hans Richter, Viking Eggeling et Oskar Fischinger[5].

Une des premières utilisation du terme « motion graphics » est attribuée à l'animateur américain John Whitney, qui a créé en 1960 une entreprise appelée Motion Graphics Inc.

Le graphiste américain Saul Bass est souvent considéré comme le pionnier de l'animation graphique, lorsqu'il a révolutionné l'identité visuelle au cinéma et les génériques de film avec une approche graphique et typographique fondée sur le mouvement et la stylisation, conférant ainsi une dimension narrative et artistique à un support autrefois purement informatif et légal. Son œuvre inclut des génériques de films comme L'Homme au bras d'or (1955), Sueurs froides (1958) ou Psychose (1960)[6].

Quelques années plus tard, un autre américain, Maurice Binder, (qui, lui aussi, a fait ses armes dans la publicité), devient une référence internationale dans la création de génériques de films. On le connaît surtout pour ses séquences d'ouverture des James Bond, créées en 1962 pour James Bond 007 contre Dr No.

Depuis les années 2000[modifier | modifier le code]

Avec internet, l'amélioration des bandes passantes, l'explosion du numérique et la création d'agences spécialisées, de nouveaux métiers et de nouveaux outils ont vu le jour. Au milieu des années 2000, les principales agences de publicité françaises (TBWA, Publicis, EuroRSCG[7]) ont reconnu l'intérêt des animateurs graphiques en les intégrant pour répondre à la demande grandissante de créations d'animations (Flash) et de vidéos (YouTube, publicités...) à fortes contraintes (poids, ambitions, durée, format). Le motion designer est censé prendre en compte ces contraintes techniques pour trouver une solution adaptée[8].

Controverse[modifier | modifier le code]

N'ayant pas de définition universellement acceptée, l'éventail de disciplines couvertes par le motion design est parfois controversé. Certains résument le motion design seulement au graphisme animé (motion graphics), alors que d'autres sont en faveur d'un sens plus large qui englobe toutes les techniques animées, comme la prise de vue, le dessin animé, l'animation 3D, les effets spéciaux, le montage et la post-production[9].

Domaines d'application[modifier | modifier le code]

Les applications du motion design sont multiples et de plus en plus de milieux sont concernés au fil des évolutions technologiques[10],[11] :

Techniques[modifier | modifier le code]

Le motion design couvre un grand nombre de techniques et processus utilisés pour créer des œuvres animées[12] :

Illusion du mouvement[modifier | modifier le code]

Le mouvement perçu dans le motion design est une illusion résultant uniquement de la perception humaine, qui interprète une succession d'images comme un flux. Le mouvement est alors une construction mentale du spectateur, comme l'explique Michael Betancourt, théoricien du cinéma et animateur : « À la différence du mouvement du monde réel qui est physiquement éminent, le mouvement que nous voyons dans les films et dans les autres techniques d'animation résulte entièrement de la perception humaine. Ce mouvement n'existe pas en dehors de notre perception. »

Apprentissage et formation[modifier | modifier le code]

L'animation graphique est une discipline relativement jeune (à peine plus d'un siècle, avec George Méliès), et la plupart des techniciens ou artistes de l'animation graphique furent des autodidactes. Depuis peu, beaucoup se forment en partageant leurs connaissances sur internet. La démocratisation du métier tient beaucoup à ce partage de savoir, grâce aux vidéos pédagogiques d'animateurs graphiques influents comme Andrew Kramer (Videocopilot) ou Mattias Peresini (Mattrunks). À partir de 2010, plusieurs écoles ont intégré à leur cursus une formation à l'animation graphique, sous le vocable anglophone "motion design", jugé plus flatteur. Il existe des studios de motion design[13]

Dépendance technologique[modifier | modifier le code]

L'animation graphique telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui est en grande partie tributaire de logiciels comme After Effects ou Cinéma 4D. Par nature, cette technique exige une grande puissance de calcul pour créer les milliers d'images qui formeront l'animation numérique finale. Malgré les gains de puissance exponentiels (loi de Moore), les ordinateurs actuels ne suffisent toujours pas pour travailler en temps réel, ce qui peut contraindre les techniciens du motion design à l'inaction lors des étapes de calcul. Il est à noter que ces gains de puissance ne réduisent pas toujours les temps de calcul, car les exigences s'accroissent en même temps que les avancées technologiques, comme l'arrivée de la HD ou du 4K qui ont chacune multiplié par quatre le nombre de pixels à calculer pour chaque image. Il existe donc une corrélation entre les avancées matérielles ou logicielles et l'évolution de l'animation numérique elle-même.

Logiciels 2D[modifier | modifier le code]

Logiciels 3D[modifier | modifier le code]

Logiciels traitement temps réel[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kornikan / motion blog : Nouvelle définition du Motion design en France[1]
  2. « Le Motion Design s'offre un centre de promotion », Étapes,‎ (lire en ligne)
  3. « «LE MOTION DESIGN, C’EST L’ART DE DONNER VIE AU GRAPHISME PAR L’ANIMATION» », Stratégie,‎ (lire en ligne)
  4. Peter Gabor, « Un métier plus sûr que l’Animation: le Design Motion », Le monde : Design et Typo,‎ (lire en ligne)
  5. Justin Cone, The History of Motion Graphics, Motionographer.com, 12 février 2013
  6. http://www.artofthetitle.com
  7. Kornikan / Motion blog : La création des pôles motion en agences de pub
  8. Blackmeal : Le motion design
  9. Adobe TV : Table ronde : Le motion design [2]
  10. Centre d'expo "Motion Plus Design" : "Qu'est ce que le Motion Design ?"[3]
  11. « Le motion design en fête », Libération,‎ (lire en ligne)
  12. ELAEE Fiche métier : Le motion design [4]
  13. « Les studios de Motion dans le monde », Mattrunks,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]