mother!

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mother.
mother!
Titre québécois mère!
Réalisation Darren Aronofsky
Scénario Darren Aronofsky
Acteurs principaux
Sociétés de production Paramount Pictures
Protozoa Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre thriller
Durée 121 minutes
Sortie 2017

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

mother! (mère! au Québec) est un thriller américain écrit et réalisé par Darren Aronofsky, sorti en 2017 .

Il est présenté en sélection officielle à la Mostra de Venise 2017[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Une jeune femme (Jennifer Lawrence) et son mari (Javier Bardem) mènent une vie paisible dans une maison campagnarde et retirée. Leur existence est bouleversée par l'arrivée chez eux d'un mystérieux couple (Ed Harris et Michelle Pfeiffer).

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Dans une maison en flammes, une femme brûle. Un homme, Lui, dépose délicatement un diamant sur un support dans sa chambre. La maison calcinée retrouve son état normal, se réparant toute seule. Une femme, Mère, apparaît et se réveille dans son lit et appelle son mari, Lui, en l'appelant "bébé". Ils vivent seuls dans leur demeure isolée. Lui est un poète en manque d'inspiration, et son comportement troublant perturbe son épouse ainsi que la tranquillité qu'elle a su imposer chez eux. Elle est prise souvent de vertiges l'obligeant à prendre des médicaments pour calmer ses crises. Elle ressent également un phénomène étrange, un cœur qui bat à l'intérieur des murs de sa maison.

Un soir, alors qu'ils vivent tranquillement leur vie de couple, un homme frappe à la porte. Le mari lui propose de passer la nuit chez eux sans demander l'avis de sa femme, qui est étonnée de la gentillesse de son époux envers un inconnu. L'homme, fumeur, est gravement malade, sur le point de mourir, et se révèle être un admirateur de l’œuvre du poète. Alors qu'elle dort, Mère est réveillée par la quinte de toux de l'inconnu. Elle le découvre en train de vomir dans ses toilettes, soutenu par Lui, et aperçoit une entaille sur le bas de son dos avant que son mari ne la cache. Le lendemain, alors que l'homme habite chez eux, sa femme sonne à leur porte. Lui propose à cette femme de rester également. Mère est de plus en plus perturbée par ces personnages inconnus qui s'incrustent chez eux. Son mari lui demande de les accepter, en expliquant que leur maison est plus vivante en leur compagnie. Après avoir découvert une photo de son époux dans le sac de l'homme, elle lui fait part de son inquiétude. Lui tente de la rassurer en lui apprenant que l'inconnu voulait le rencontrer avant sa mort prochaine. Alors que Lui et l'homme partent faire une randonnée, la femme de l'homme s'immisce dans la vie privée de Mère en la questionnant sur sa vie sexuelle et sur son désir d'avoir des enfants. Comme son mari, l'inconnue est fascinée par le diamant du poète, mis en valeur sur son support. Ils le font tomber au sol et le diamant se brise. Ceci provoque la fureur de Lui, qui arrache la poignée de la porte de sa chambre et la barricade en y clouant des planches; Mère décide de renvoyer l'homme et sa femme. Alors que ceux-ci s'apprêtent à partir, leurs deux fils arrivent soudainement dans la maison à la recherche de leurs parents. Ils se disputent violemment pour savoir qui est sur le testament de leur père. Face à sa femme déboussolée, Lui protège les deux inconnus face à leurs enfants furieux. Brusquement, alors que la querelle s'envenime, le fils aîné frappe mortellement son frère avec la poignée arrachée, auparavant posée sur un meuble par Mère, puis s'enfuit. Lui, l'homme et la femme emmènent le fils mourant à l'extérieur pour l'emmener à l'hôpital. Abasourdie et choquée, Mère se retrouve seule chez elle. Alors qu'elle essaye de faire disparaître les traces de sang sur le parquet, elle voit que le sang fond le sol et la guide vers le sous-sol, où elle découvre une mystérieuse pièce cachée derrière un mur. Plus tard elle voit près de la porte d'entrée de la maison la photo de son mari coupée en quatre, et est surprise par le fils aîné qui prend aussitôt la fuite. Revenu à la maison, Lui informe Mère que le cadet a succombé à ses blessures et qu'il a déjà été enterré. Le couple s'endort. Mais Mère est réveillée par le retour des deux inconnus, ainsi qu'une douzaine de membres de leur famille, invités par Lui et venus organiser une veillée funèbre. La situation devient incontrôlable quand des inconnus arrivent chez elle toujours plus nombreux. De plus en plus énervée, mais également furieuse du comportement de son mari qui se montre protecteur envers ces inconnus et le couple en deuil, elle hurle et leur ordonne à tous de sortir de chez elle. En colère contre Lui pour avoir invité ces gens sans son accord et pour l'avoir ignorée, elle lui reproche son manque de désir pour elle; il se jette violemment sur elle et ils font l'amour.

Le lendemain, Mère découvre qu'elle est enceinte alors que Lui a retrouvé l'inspiration et se remet à écrire. Peu de temps après, il a terminé son oeuvre et la soumet à Mère qui la trouve parfaite. Quelque secondes plus tard son éditrice téléphone, et Lui révèle que son manuscrit est publié. Le couple a retrouvé le bonheur. La tache de sang a également disparu. Heureuse, elle lui prépare un dîner pour fêter l'heureux événement. Brusquement, des fans de son mari envahissent la maison pour rencontrer le poète. Mère est incapable de gérer la situation. Des inconnus pénètrent chez elle pour utiliser ses toilettes, prennent des photos de l'intérieur de la maison et de la tache de sang qui est réapparue, volent des objets de Lui pour avoir un souvenir de leur idole. Perdue et effrayée, elle remarque que son époux se réjouit de la situation et de l'amour de ses fans qui s'emparent littéralement de la maison, qu'ils pillent et cassent. Assistant à la destruction de son bonheur, Mère décide de quitter les lieux. Elle remarque que son paradis est ravagé par les maux humains, qui contaminent chaque pièce de sa résidence : guerre, fanatisme, misère. Même l'éditrice de son mari abat des otages cagoulés et demande l’exécution de Mère. Sur le point d'être tuée, elle est sauvée par une explosion qui détruit une partie de la maison. Des militaires protègent Mère alors que Lui est entouré par ses fans dévoués qui s'engagent dans des rituels religieux. Alors que la situation devient de plus en plus incontrôlable, Mère s'apprête à accoucher. Lui s'intéresse brusquement à elle et l'emmène dans sa chambre privée où elle donne naissance à un garçon. À l'extérieur, le chaos s'apaise. Mère demande à son mari d'expulser la masse de visiteurs fanatiques de chez eux, ce qu'il refuse en prétextant qu'ils sont là pour voir leur bébé. Mère refuse et déclare qu'elle ne leur montrera jamais son enfant. Seul avec sa femme qui tient dans ses bras leur bébé, Lui attend qu'elle s'endorme pour le prendre. Il le présente alors à la foule qui, sous les yeux de Mère, l’agrippe, lui brise la nuque, et dévore la chair de l'enfant mort. Seule contre tous, y compris son mari insensible au meurtre de son fils, elle traite les fanatiques de meurtriers et en poignarde quelques-uns avec un morceau de verre. La foule commence à la lyncher, avant qu'elle ne soit secourue par Lui. Épuisée et poursuivie par son mari et la foule, elle emporte avec elle le briquet de l'homme et court vers le sous-sol et la citerne de mazout dans la pièce cachée derrière le mur qu'elle a découverte auparavant. Malgré les supplications de son mari, elle perce le réservoir, met le feu à la maison, et extermine ainsi la foule des fanatiques.

Indemne, Lui prend dans ses bras Mère grièvement brûlée. Elle lui déclare qu'elle l'a toujours aimé et lui reproche son égoïsme. Il lui demande si son amour est toujours là et elle acquiesce. Il lui arrache le cœur, et Mère meurt. Lui ouvre le coeur et y trouve un nouveau diamant, qu'il place sur son support. La maison se répare toute seule au milieu d'une nature qui a retrouvé sa splendeur. Dans le lit conjugal, une nouvelle Mère apparaît et demande où est son mari en l'appelant "bébé".

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Influences[modifier | modifier le code]

La presse cite beaucoup Rosemary's Baby et Repulsion, tous deux de Roman Polanski comme inspirations majeures du film[3], même si Aronofsky s'en défend et préfère plutôt citer L'Ange exterminateur[4].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Le film est accueilli froidement par les festivaliers de la Mostra de Venise 2017[5],[6].

En France, l'accueil critique est mitigé, voire négatif : le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 2,8/5, et des critiques spectateurs à 2,6/5[7].

Aux États Unis, l'accueil du film est mitigé, y compris par le public qui réagit négativement selon CinemaScore. Mais Aronofsky s'attendait à ce déficit de popularité[8].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays Box-office Date d’arrêt du

box-office

Nombre de

semaines

Etats-Unis 16 320 846 $ en cours 2 (en cours)
France 268 775 entrées[9] en cours 2 (en cours)
Monde 34 820 846 $ en cours 2 (en cours)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Venice Film Festival 2017 line-up includes Mother!, Suburbicon, and The Shape of Water », sur The Independent, (consulté le 15 août 2017).
  2. (en) « Mother! », sur British Board of Film Classification (consulté le 8 septembre 2017)
  3. « Mother ! : le réalisateur de Black Swan déçoit avec son film anxiogène », sur Le Figaro,
  4. « Entretien avec Darren Aronofsky », sur Film de Culte,
  5. « Mother ! : Darren Aronofsky divise à la Mostra de Venise », sur Première,
  6. « Star & Stripes », sur La Stampa,
  7. « Mother! », sur Allociné (consulté le 13 septembre 2017).
  8. « mother!: Darren Aronofsky Reacts to "F" CinemaScore, Says "Some People Are Not Going to Want to Listen" », sur IndieWire,
  9. « Mother! », sur JP box-office.com (consulté le 1er octobre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]