Moshé Mizrahi (réalisateur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moshé Mizrahi.
Moshé Mizrahi
Description de cette image, également commentée ci-après
Moshé Mizrahi en 2011.
Naissance
Alexandrie (Royaume d'Égypte)
Nationalité Drapeau d’Israël israélienne
Décès (à 86 ans)
Tel Aviv (Israël)
Profession Réalisateur
Scénariste
Films notables La vie devant soi

Moshé Mizrahi (en hébreu משה מזרחי), né le à Alexandrie (royaume d'Égypte) et mort le à Tel Aviv (Israël), est un réalisateur et scénariste israélien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Moshé Mizrahi nait le à Alexandrie en Égypte. En 1946, il part s'installer avec sa mère et son jeune frère en Palestine mandataire. Le jeune frère est tué lors de la guerre d'indépendance suite à la création d'Israël.

Dans les années 50, il se forme en autodidacte au cinéma. En France, il travaille pour la télévision, pour la production et rédige des critiques de films.

Il a réalisé 14 films en Israël et en France. Son film le plus notable est La Vie devant soi (1978), adaptation du roman éponyme à succès de Romain Gary[1]. Le film valut à son réalisateur l'Oscars du meilleur film en langue étrangère et à son actrice principale, Simone Signoret le César de la meilleure actrice.

Avant ce succès, 2 autres films de Moshé Mizrahi avaient déjà été sans succès nominés aux Oscars du meilleur film en langue étrangère: Rosa je t’aime[2] et La Maison de la rue Chelouche[3].

Son premier film, Les Stances à Sophie, a été pratiquement inédit jusqu'à sa réédition en 2008 et son album de musique de jazz du même nom a été présenté dans The Fader.

Son film La Maison de la rue Chelouche réalisé en 1973, est un récit autobiographique puisqu'il y narre l'histoire d'une famille juive quittant l’Égypte pour s'installer à Tel Aviv.

En septembre 1994, il a été honoré par le Festival international du film de Haïfa pour sa contribution au cinéma israélien.

Moshé Mizrahi vivait à Tel Aviv, où il dirigeait un atelier de réalisation de films à l’école de cinéma de l’Université de Tel Aviv. En 1972, il fait tourner l'actrice Michal Bat-Adam pour son film Rosa je t’aime. Elle devient par la suite sa seconde épouse, et joue les rôles principaux dans plusieurs films de son mari. Elle est également réalisatrice et enseigne des cours de théâtre à l'Université de Tel Aviv.

Moshé Mizrahi meurt le 3 août 2018 à l'âge de 86 ans[4] à Tel Aviv.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Roman signé sous le pseudonyme d’Émile Ajar et qui fut primé du prix Goncourt en 1975.
  2. (en) « The 45th Academy Awards | 1973 », Oscars.org | Academy of Motion Picture Arts and Sciences, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne).
  3. (en) « The 46th Academy Awards | 1974 », Oscars.org | Academy of Motion Picture Arts and Sciences, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne).
  4. (en) « Moshe Mizrahi, Israeli Director of 3 Foreign-Language Oscar Nominees, Dies at 86 », The Hollywood Reporter, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :