Moshé Castel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Moshé Castel
Moshe Castel.jpg

Moshé Castel

Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation

Moshé Castel (en hébreu : משה קסטל, Jérusalem, 1909Tel Aviv, 1991) est un peintre israélien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né en 1909 à Jérusalem, alors en Palestine ottomane, au sein d'une famille séfarade. Sa famille descend de Juifs espagnols de Castille qui ont immigré en Terre Sainte après l'expulsion des Juifs d'Espagne en 1492. Son père est né à Hébron, et est rabbin. Il a ouvert des écoles religieuses pour les garçons séfarades dans Jérusalem. Moshe a grandi dans le quartier Bukharim, et y fréquente une école de son père[1].

À l'âge de 13 ans, il commence à étudie à l'Académie d'art Béséléel de Jérusalem. Puis un de ses professeurs l'encourage à prolonger ses études artistiques à Paris. Il arrive à Paris en 1927 et est accepté à l'Académie Julian puis à l'École du Louvre. Il reste dans cette ville durant 13 ans. En 1941, revenu en Israël, il reçoit le prix Dizengoff. En 1947, Castel participe à la fondation du groupe Ofakim Hadashim (Nouvel horizon) avec Yosef Zaritsky, Marcel Janco et d'autres. En 1949, il épouse Bilhah (née Bauman), une actrice. En 1959, il achète un studio à Montparnasse où il travaille plusieurs mois chaque année[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

En 1947, Castel participe à la fondation du groupe Ofakim Hadashim (Nouvel horizon) avec Yosef Zaritsky, Marcel Janco et d'autres. Ils combinent l'art abstrait européen et des motifs orientaux. Moshé Castel abandonne quelques décennies plus tard l'art abstrait pour un art figuratif[2]

Ses œuvres décorent plusieurs bâtiments israéliens, comme la siège du congrès Binyanei Ha'Ooama (1958), la Knesset (1966) ou la Résidence des Présidents d'Israël (1970).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Moshe Castel », sur soussanart.com
  2. Jean-Marie Dunoyer, « Le nouveau musée de Tel-Aviv, temple de la lumière », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]