Moses Finley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Finley.
Moses Finley
Defaut 2.svg
Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
CambridgeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
A travaillé pour
Palmarès
Distinction

Sir Moses Immanuel Finley, né en 1912 à New York et mort en 1986, est un historien d'origine américaine naturalisé britannique en 1962, spécialiste de l'Antiquité grecque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation

Il est issu d'une famille juive de New York ; son nom originel est « Moses Isaac Finkelstein »[1]. Plus tard il portera le nom de Moses Immanuel Finley[2].

Sur le plan scolaire, il peut être considéré comme un enfant prodige : à l'âge de 15 ans, il est reçu Bachelor of Arts (l'équivalent de la licence) magna cum laude à l'Université de Syracuse, puis obtient un Master of Arts de droit public à l'université Columbia à l'âge de 17 ans (1929). Il devient collaborateur-chercheur de l’Encyclopædia of the Social Sciences puis, en 1933, assistant de recherches en droit romain à l'université Columbia. Il se tourne ensuite vers l'histoire ancienne et obtient son doctorat au sein du département d'histoire.

Carrière aux États-Unis

En 1934, à la suite de l'arrivée au pouvoir de Hitler en Allemagne, l'Institut de recherche sociale de Francfort s'installe à New York et s'associe avec l'université Columbia. Finley se lie alors avec le groupe dirigé par Max Horkheimer : il participe à des séminaires et écrit dans la revue Zeitschrift für Sozialforschung.

En 1948, il devient professeur à l'université Rutgers (université de l'État du New Jersey).

En 1952, sur dénonciation de Karl Wittfogel[1], il est inquiété par la commission McCarthy pour ses relations avec le groupe de Karl Polanyi, personnalité notoirement de gauche, professeur à Columbia. Ayant refusé, au nom du cinquième amendement, de répondre sur à son appartenance au Parti communiste, il est limogé à la fin de l'année.

Carrière en Grande-Bretagne

Ne pouvant retrouver de travail aux États-Unis, il part pour la Grande-Bretagne, où il obtient un poste à l'université de Cambridge, à Darwin College.

Son œuvre très importante pour l'histoire de la Grèce antique, notamment son livre Le Monde d'Ulysse (1954), ne commence à être traduite en français que durant les années 1960, grâce à l'intérêt que lui portent les hellénistes Pierre Vidal-Naquet et Jean-Pierre Vernant.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

En anglais[modifier | modifier le code]

  • Studies in Land and Credit in Ancient Athens, 500–200 B.C.: The Horos Inscriptions (1951).
  • Economy and Society in Ancient Greece (1953).
  • The World of Odysseus (1954).
  • The Ancient Greeks: An Introduction to Their Life and Thought (1963).
  • A History of Sicily: Ancient Sicily To The Arab Conquest (1968).
  • Aspects of Antiquity: Discoveries and Controversies (1968).
  • Early Greece: The Bronze and Archaic Ages (1970).
  • The Ancient Economy (1973).
  • Democracy Ancient and Modern (1973).
  • Studies in Ancient Society, editor (1974).
  • The Use and Abuse of History (1975).
  • Schliemann's Troy: One Hundred Years After (1975).
  • Studies in Roman property, editor (1976).
  • The Olympic Games: The First Thousand Years, with H.W. Pleket (1976).
  • Ancient Slavery and Modern Ideology (1980).
  • The Legacy of Greece: A New Appraisal (1981).
  • Authority and Legitimacy in The Classical City-State (1982).
  • Politics in the Ancient World (1983).
  • Ancient History: Evidence and Models (1985).

Traductions en français[modifier | modifier le code]

  • Les Anciens Grecs (The Ancient Greeks, 1953)
  • Mythe, mémoire, histoire, La Découverte, 2001 (The Use and Abuse of History, 1975).
  • Le Monde d'Ulysse, Seuil, 2002 (The World of Odysseus, 1954).
  • Esclavage antique et idéologie moderne, trad. Fourgous (D.), Éditions de Minuit, Paris, 1981 (Ancient Slavery and Modern Ideology, 1979)
  • L'Économie antique (The Ancient Economy)
  • Démocratie antique et démocratie moderne, Payot, 2003 (Democracy Ancient and Modern, 1973).
  • L'Invention de la politique, Flammarion, « Nouvelle bibliothèque scientifique », 1985 (Politics in the Ancient World, 1983)
  • On a perdu la guerre de Troie : propos et polémiques sur l'Antiquité, Les Belles Lettres, 1997 (Aspects of Antiquity. Discoveries and Controversies, 1968)
  • 1000 ans de Jeux olympiques : 776 avant J.-C./261 après J.-C., Perrin, 2004 (The Olympic Games : The First Thousand Years, 1976, en collaboration avec H-W Pleket),
  • Les premiers temps de la Grèce, Flammarion, 2011.
  • Économie et société en Grèce ancienne", trad. Carlier (J.), La Découverte, Paris, 1984 (1re éd. Londres, 1980)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Vidal-Naquet, « Économie et société dans la Grèce ancienne : l'œuvre de Moses I. Finley », dans Archives européennes de sociologie, no 6, 1965.
  • Pierre Naquet, Mémoires, t. 2 : Le trouble et la lumière 1955-1998, Paris, Seuil Découverte,‎ , 381 p. (ISBN 978-2-020-19883-7 et 9782020198844).
  • B.D. Shaw et R.P. Saller, introduction à Économie et Société en Grèce ancienne, Seuil, coll. « Points Histoire », Paris, 1984.
  • (it) M. De Santis, « Moses I. Finley. Note per una biographia intellectuale », Quaderni di Storia, no 10, 1979.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pierre Naquet 1995, p. 172.
  2. Youval Rotman, Les esclaves et l'esclavage : de la Méditerranée antique à la Méditerranée médiévale, VIe-XIe siècles, Paris, Belles lettres, coll. « Hitoire » (no 66),‎ , 403 p. (ISBN 978-2-251-38069-8), p. 374.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Auteurs qui ont influencé Finley :

Lien externe[modifier | modifier le code]