Mosab Hassan Youssef

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mosab Hassan Youssef
Mosab Hassan Youssef
Mosab Hassan Youssef en mars 2019
au Budapest Summit on Migration

Naissance (44 ans)
Ramallah (Cisjordanie)
Origine Palestinien

Mosab Hassan Youssef (arabe : مصعب حسن يوسف, né le à Ramallah) est le fils aîné du prédicateur palestinien Hassan Youssef, membre fondateur du Hamas.

Mosab Hassan est célèbre pour avoir été, entre 1997 et 2007, l'un des plus importants informateurs du Service de sécurité intérieure israélien, particulièrement durant la Seconde Intifada. Il raconte cet engagement dans un livre autobiographique intitulé Le Prince Vert. Converti au christianisme et immigré aux Etats-Unis, il y est l'un des plus notables critiques de l'islam, des régimes arabes et des organisations politiques palestiniennes.

Le Prince Vert[modifier | modifier le code]

Dans un livre publié en 2010[1], Mosab Hassan Youssef raconte[2],[3] avoir été arrêté par le Shin Bet israélien en 1996, alors qu'il était étudiant à l'université de Bir Zeit, à cause d'une arme qu'il avait achetée[4]. Il y explique qu'il a d'abord accepté de travailler avec ce service de renseignement pour obtenir sa libération[5], et qu'ensuite il l'a effectivement renseigné parce qu'il désapprouvait les méthodes terroristes de la Seconde Intifada[6],[2],[7],[8].

Dans ce livre il affirme avoir permis l'arrestation d'Ibrahim Hamid et de Marwan Barghouti, ainsi que de son père pour lui éviter d'être assassiné[9], et d'avoir contribué à éviter l'assassinat de Shimon Peres[2],[10].

Il raconte aussi que sa rencontre avec des Anglais l'a conduit au christianisme dès 1999, par la lecture de la Bible[11].

La parution de son livre ne donne lieu à aucun démenti en Israël, sinon à cette appréciation par un ancien ancien chef adjoint du Shin Beth et ancien ministre de l'Environnement, Gideon Ezra, que les déclarations de Mosab Hassan sur ses agissements sont probablement exagérées[2]. Son rôle d'agent double au profit du Shin Beth est toutefois confirmé[12], et en 2012 il donne une conférence de presse à la Knesset où il est accueilli en héros[13]. Par contre, en réaction à la publication de son livre, son père annonce avoir renié son fils à tout jamais[14].

De son autobiographie est tiré un film documentaire en 2014, où lui-même et son agent de liaison du Shin Bet témoignent, intitulé The Green Prince (en)[15],[16]. Puis est adaptée au théâtre[17].

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Converti secrètement au christianisme protestant évangélique, Mosab Hassan met un terme à sa relation avec le Shin Bet en 2007, et quitte la Palestine pour les États-Unis. Il y révèle sa conversion au christianisme, d'autant plus scandaleuse pour sa famille qu'elle est publiée dans un journal israélien, Haaretz[13], puis publie son autographie Le Prince vert. Il ne peut cependant obtenir le droit de rester aux Etats-Unis que grâce au témoignage de son ancien agent de liaison au Shin Bet, Gonen Ben Yitzhak (en), qui se découvre à cette occasion[18].

Devenu un adepte du yoga, il se rend en Thaïlande pour, selon le magazine Lui, y chercher « la rédemption dans la pratique du yoga »[13].

Il gagne sa vie en donnant des conférences. Il intervient pour des institutions chrétiennes[19],[20] et aussi juives[21]. Il est intervenu plusieurs fois au Conseil des droits de l'homme des Nations unies pour le compte de l'ONG UN Watch, y faisant sensation en critiquant l'hypocrisie des régimes arabes et en dénonçant le Hamas et les dirigeants palestiniens[22].

En , son frère cadet Suhib Hassan Yousef suit ses pas en dénonçant, dans une interview sur une chaîne de télévision israélienne, la corruption du Hamas dont les cadres à l'étranger sont payés plus de 4000 dollars par mois et vivent dans le luxe[23],[24].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mosab Hassan Yousef (avec la collaboration de Ron Brackin), Son of Hamas - A Gripping Account of Terror, Betrayal, Political Intrigue, and Unthinkable Choices, Carol Stream (Illinois), Tyndale House, (ISBN 978-1-4143-3307-6, lire en ligne).
  • Hadrien Gosset-Bernheim, « Le Judas de Ramallah », LUI,‎ (lire en ligne, consulté le )
  • David Horovitz, « 5 jours surréalistes en Floride passés avec le "Prince vert", le sauveur de vies », The Times of Israël,‎ (lire en ligne).
  • « C’était en 2017. Débat du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU. Soudain, une voix s’élève », Tribune Juive,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son of Hamas (Le Prince Vert).
  2. a b c et d Delphine Matthieussent, « Au Hamas, le Prince vert était la taupe », Libération, 27 février 2010.
  3. « Mosab Hassan Youssef, taupe au sein du Hamas pour Israël », rfi.fr, 19 juin 2012..
  4. Le Prince Vert, « Débordant de haine, assoiffé de vengeance, je me suis mis en quête d’armes », p. ch. 9.
  5. Le Prince Vert, « j’ai réfléchi à la proposition de Loai. J’avais entendu parler de Palestiniens qui avaient accepté de travailler pour les Israéliens mais qui agissaient en vérité comme agents doubles. Ils tuaient leur contact, entreposaient des armes et ne manquaient pas une occasion de nuire plus encore aux Israéliens. », p. ch. 11.
  6. Le Prince Vert, « j’ai résolu de faire mon possible pour arrêter la folie », p. ch. 17.
  7. Fox News sur Youtube
  8. Al Hayat TV sur Youtube
  9. Le Prince Vert, p. ch. 24.
  10. « 'I saved Shimon Peres from plot' says son of Hamas founder », Telegraph, 27 février 2010 .
  11. Le Prince Vert, « On était fin 1999. J’avais vingt et un ans », p. ch. 15.
  12. « Mosab Hassan Youssef, fils d'un des fondateurs du Hamas et agent du Shin Bet », Le Monde, 24 février 2010.
  13. a b et c Le Judas de Ramallah.
  14. « Un chef du Hamas renie son fils », Le Figaro, 1er mars 2010.
  15. Le Prince Vert, un documentaire de Nadav Schirman, Kef Israël, 8 juin 2014.
    Voir le documentaire sur Dailymotion.
  16. Andrés Allemand, Interview de Mosab Hassan Yousef, UN Watch, 8 mai 2015.
  17. Le Prince Vert se raconte au théâtre, i24, 2018.
  18. Tribune Juive, 27 décembre 2021.
  19. The Chistian Post (en), 23 mars 2010, Transcription d'une téléconférence.
    Aussi sur Dailymotion.
  20. Oslo Symposium (en) 2017 (lire en ligne).
  21. Horovitz, 5 jours surréalistes.
  22. Tribune Juive, 27 décembre 2021, (traduction en français de son intervention).
  23. Corruption et vie de pacha : la dolce vita du Hamas révélée, journal Marianne, n° 1167 du 26 Juillet 2019, p. 22-24 (extraits en ligne).
  24. Les fils maudits d'un chef du Hamas, Médiapart, 7 juillet 2019.

Liens externes[modifier | modifier le code]