Mosab Hassan Youssef

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mosab Hassan Youssef
Naissance
Ramallah (Cisjordanie)
Origine Palestinien
Années de service 19972007

Mosab Hassan Youssef (arabe : مصعب حسن يوسف, né en , à Ramallah) est l'un des fils de Hassan Youssef, membre fondateur du Hamas en Cisjordanie.

Dans son livre Le Prince Vert, il raconte avoir été un informateur d'un service de sécurité israélien durant la Seconde Intifada, parce qu'il en réprouvait les méthodes.

Le Prince Vert[modifier | modifier le code]

Dans un livre publié en 2010[1], Mosab Hassan Youssef raconte[2],[3] avoir été arrêté par le Shin Bet israélien en 1996, alors qu'il était étudiant à l'université de Bir Zeit, à cause d'une arme qu'il avait achetée[4]. Il y explique qu'il a d'abord accepté de travailler avec ce service de renseignement pour obtenir sa libération[5], et qu'ensuite il l'a effectivement renseigné parce qu'il désapprouvait les méthodes terroristes de la Seconde Intifada[6],[2],[7],[8].

Dans ce livre il affirme avoir permis l'arrestation d'Ibrahim Hamid et de Marwan Barghouti, ainsi que de son père pour lui éviter d'être assassiné[9], et d'avoir contribué à éviter l'assassinat de Shimon Peres[2],[10].

Il raconte aussi que sa rencontre avec des Anglais l'a conduit au christianisme dès 1999, par la lecture de la Bible[11].

Il est resté lié au Shin Bet de 1997 à 2007, date à laquelle il part vivre aux États-Unis.

Adepte du yoga[modifier | modifier le code]

Converti au christianisme protestant évangélique, il vit en Californie depuis 2007.

Le , en réaction à la publication de son livre, son père annonce, en accord avec sa famille, avoir renié son fils à tout jamais[12].

Gideon Ezra, ancien ministre israélien de l'Environnement et ancien chef adjoint du Shin Beth, affirme que les déclarations de Mosab Hassan sur ses agissements sont probablement exagérées[2]. Son rôle d'agent double au profit du Shin Beth est toutefois confirmé en 2010[13].

Devenu un adepte du yoga ashtanga, il gagne sa vie en donnant des conférences entre deux séjours en Thaïlande où il cherche "la rédemption dans la pratique du yoga" [14].

Bibliographie en français[modifier | modifier le code]

  • Mosab Hassan Yousef (trad. de l'anglais), Le prince vert [« Son of Hamas: A Gripping Account of Terror, Betrayal, Political Intrigue, and Unthinkable Choices »], Paris, Éditions Denoël, coll. « Impacts », , 334 p. (ISBN 978-2-207-10918-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Prince Vert.
  2. a b c et d Delphine Matthieussent, « Au Hamas, le Prince vert était la taupe », Libération, 27 février 2010.
  3. « Mosab Hassan Youssef, taupe au sein du Hamas pour Israël », rfi.fr, 19 juin 2012..
  4. Le Prince Vert, « Débordant de haine, assoiffé de vengeance, je me suis mis en quête d’armes », p. ch. 9.
  5. Le Prince Vert, « j’ai réfléchi à la proposition de Loai. J’avais entendu parler de Palestiniens qui avaient accepté de travailler pour les Israéliens mais qui agissaient en vérité comme agents doubles. Ils tuaient leur contact, entreposaient des armes et ne manquaient pas une occasion de nuire plus encore aux Israéliens. », p. ch. 11.
  6. Le Prince Vert, « j’ai résolu de faire mon possible pour arrêter la folie », p. ch. 17.
  7. Fox News sur Youtube
  8. Al Hayat TV sur Youtube
  9. Le Prince Vert, p. ch. 24.
  10. « 'I saved Shimon Peres from plot' says son of Hamas founder », Telegraph, 27 février 2010 .
  11. Le Prince Vert, « On était fin 1999. J’avais vingt et un ans », p. ch. 15.
  12. « Un chef du Hamas renie son fils », Le Figaro, 1er mars 2010.
  13. « Mosab Hassan Youssef, fils d'un des fondateurs du Hamas et agent du Shin Bet », Le Monde, 24 février 2010.
  14. « Le Judas de Ramalah, magazine LUI mai 2014 »

Liens externes[modifier | modifier le code]