Mortier Mle 27/31

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mortier de 81 mm Mle 27/31
Image illustrative de l'article Mortier Mle 27/31
Mortier de 81 mm Mle 27/31 - Musée de la Marine Roumaine.
Présentation
Pays Drapeau de la France France
Type Mortier
Munitions Obus
Fabricant Établissements Brandt
Poids et dimensions
Masse (non chargé)
  • poids complet en batterie: 58 kg
  • poids du bipied: 18 kg 500 (porté par le pointeur)
  • poids du tube: 18 kg 500 (porté par le chargeur)
  • poids de la plaque de base: 20 kg 500 (portée par le chef de pièce)
Longueur du canon 1,26 m
Caractéristiques techniques
Portée maximale jusqu'à 3 200 m
Cadence de tir 18 coups/min


Le mortier Stokes-Brandt de 81 mm Mle 27/31 fut réglementaire dans l'armée de terre française durant la Seconde Guerre mondiale.

Historique[modifier | modifier le code]

Il rentra en service en France à partir du début des années 1930 et fut copié par de nombreux pays dont l'URSS (82 mm M1943), l'Italie (Mortaio da 81 mm Mod. 35), le Japon et les États-Unis. Les munitions utilisées par les différentes armées étaient souvent compatibles.

Une version pour fortifications fut créée, le mortier de 81 mm modèle 1932.

Technique[modifier | modifier le code]

Conçu et fabriqué par les Établissements Brandt, c'est une arme simple et efficace. Il est chargé par la bouche, la munition étant mise à feu en tombant sur un percuteur fixe. Il nécessite une équipe de 3 hommes. Il est démontable en 3 fardeaux et muni d'un bipied.

L'appareil de pointage du mortier construit aux États-Unis diffère du mortier français par l'appareil de pointage qui est semblable à celui du mortier de 60 mm.

Munitions[modifier | modifier le code]

Les différents obus sont amorcés avec deux types de fusées :

Les fusées instantanées qui provoquent l'explosion dès que le projectile touche le sol. La nappe d'éclats est par conséquent très rasante et fauche une surface très importante. Cet amorçage convient pour attaquer des épaulements peu enterrés et non couverts ou bien contre de l'infanterie à découvert.

Les fusées à retard provoquent l'explosion quand le projectile est déjà enfoncé dans le sol. Ce type d'amorçage convient pour détruire des emplacements enterrés. Mais tout obus qui n'atteint pas l'objectif projette des éclats qui pour la plupart restent au fond de l'excavation. La gerbe dangereuse est donc très limitée.

Obus explosifs légers[modifier | modifier le code]

Ils possèdent une charge relativement faible en explosif, leur donnant un effet analogue à celui d'un obus de 75 mm (mais avec une pénétration moindre). Ces projectiles sont employés normalement.

Projectiles français :

  • FA 1924-1927; poids complet: 3 kg 250; portée maximum: 2000 m.
  • FA 1932; caractéristiques similaire à l'obus précédent, mais avec 6 ailettes au lieu de 8.

Projectile américain :

  • HE M43; poids complet: 3 kg 130, portée maximum: 3200 m.

Obus explosifs à grande capacité[modifier | modifier le code]

Leur forte charge explosive provoques des effets similaires à celui d'un obus de 155 mm. Mais leur poids important diminue fortement leur portée.

Projectile français:

  • M1935, poids complet: 6 kg 900; portée maximum: 1000 m.

Projectiles américain:

  • HE M45; poids complet: 6 kg 08; portée maximum: 1275 m;
  • HE M45B1; poids complet: 6 kg 820; portée maximum: 1275 m; projectile amorcé avec retard;
  • FS M57 (fumigène), poids complet: 5 kg 400;
  • WP M57 (phosphore), poids complet: 5 kg 150;
  • HS M57 (obus à gaz), poids complet: 4 kg 700.

Organigramme[modifier | modifier le code]

Dans l'armée de terre française des années 1930/1940, on trouve un groupe de 2 mortiers au sein de la section d'engin, dans la compagnie d'armes lourdes de chaque bataillon d'infanterie.

Le mortier de 81 mm équipe la Heavy weapons company de chaque bataillon d'infanterie de l'armée de terre des États-Unis durant la Seconde Guerre mondiale. Une section de mortiers (mortar platoon) comprend 3 groupes de deux mortiers. Une équipe de pièce comprend:

  • un sergent chef de pièce;
  • un caporal pointeur;
  • un chargeur;
  • un artificier;
  • 4 pourvoyeurs.

Source[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale, Larousse, 1982
  • S. FERRARD, "Les mortiers Brandt de 60 et 81 mm dans l'Armée française en 1940"

Liens externes[modifier | modifier le code]