Mort de Zyed Benna et Bouna Traoré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Poste électrique de Clichy-sous-Bois.

Les deux adolescents Zyed Benna et Bouna Traoré meurent le à Clichy-sous-Bois, électrocutés dans l’enceinte d'un poste électrique dans lequel ils étaient entrés pour se soustraire à un contrôle de police, ce qui a conduit à de violents affrontements entre plusieurs centaines d'individus de Clichy-sous-Bois et les forces de police françaises. Ce drame est un élément déclencheur des émeutes de 2005 dans les banlieues françaises.

Circonstances[modifier | modifier le code]

Le jeudi , à Clichy-sous-Bois, en fin d'après-midi, une dizaine de jeunes Clichois reviennent à pied du stade Marcel-Vincent de Livry-Gargan, où ils ont passé l’après-midi à jouer au football, étant en vacances. En chemin, ils passent à proximité d’un chantier de logements en construction. De sa fenêtre, l’employé du funérarium voisin les voit s'en approcher et s’inquiète en pensant que l’un d’eux fait le guet, puis il appelle la police[1]. Le rapport de police de l'Inspection générale des services, rendu le [2], avance qu'aucun cambriolage n'a eu lieu à ce moment mais que c'est l'approche de la police qui l'aurait empêché :

« [la] tentative de vol était bien constituée dans la mesure où ses auteurs n'avaient renoncé à leur action concertée et organisée, non pas de leur propre fait, mais à la suite de l'intervention rapide et efficace des policiers de la BAC 833[3]. »

À 17 h 25, le commissariat ordonne à la BAC 833 de se rendre sur place[1]. D'après les enregistrements des conversations radio de 17 h 32, un des membres des forces de l'ordre présents sur place, Sébastien Gaillemin, dit dans trois appels à ses collègues qu'il a vu les jeunes se diriger dans la direction de l'installation électrique : « Deux individus sont localisés. Ils sont en train d'enjamber pour aller sur le site EDF. Il faudrait cerner le coin. » Puis : « Il faudrait ramener du monde », et enfin :

« S'ils rentrent sur le site EDF, je ne donne pas cher de leur peau[3] »

La police nationale essaye d’interpeller six personnes dans le parc Vincent-Auriol et deux autres dans le cimetière des Prés[4] qui jouxte le poste de transformation EDF où se sont réfugiés trois fuyards : Bouna Traoré (15 ans), Zyed Benna (17 ans), et Muhittin Altun (17 ans)[5]. Cherchant à se cacher dans un transformateur électrique, Bouna Traoré et Zyed Benna meurent par électrocution dans l'enceinte d'un poste source à 18 h 12. Le troisième, Muhittin Altun, est gravement brûlé, mais parvient à regagner son quartier et à alerter d'autres personnes[6],[7].

Dans son témoignage, Altun affirme que les trois adolescents fuient en voyant une voiture de police dont un policier descend avec un pistolet flashball à la main : ils ne veulent pas être en retard chez eux pour le repas de coupure du Ramadan, à 18 heures. Ils n'ont en effet pas de papiers sur eux, les papiers étant conservés par leurs parents qui ont eu « tellement de mal à les avoir », et un passage au commissariat les mettrait forcément en retard. Un des jeunes sur place, David, affirme qu'il n'y a aucune raison de courir, mais ses camarades ne l'écoutent pas, sachant que leurs parents les accuseront de s'être mal comportés s'ils sont arrêtés, même dans ce contexte[6]. Ils restent cachés dans le transformateur pendant une demi-heure, entendant les sirènes et des voix de policiers[8].

Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, exclut la faute policière et déclare que les trois victimes n'étaient pas poursuivies par la police[9],[10]. Le lendemain matin de la mort des deux adolescents, alors qu'il est en déplacement à Nancy, il affirme que « lors d'une tentative de cambriolage, lorsque la police est arrivée, un certain nombre de jeunes sont partis en courant[11]. » Cette version est corroborée par le Premier ministre Dominique de Villepin : « Il s'agit, selon les indications qui m'ont été données, de cambrioleurs qui étaient à l’œuvre[11],[12]. »

Procès des policiers[modifier | modifier le code]

Banderole dans un rassemblement contre l'impunité policière, le jour où les policiers poursuivis dans l'affaire Zyed et Bouna sont acquittés[13].

Le , deux policiers ont été mis en examen pour « non-assistance à personne en danger » après la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré.

Le , à la suite de diverses péripéties judiciaires se tient le procès des deux policiers pour « non-assistance à personne en danger » et « mise en danger délibérée de la vie d'autrui »[14] et fait l'objet d'un important suivi médiatique. Ils encourent jusqu'à 5 ans de prison et 75 000  d'amende. La décision rendue le aboutit à leur relaxe définitive[15]. Alors que les avocats des familles, Emmanuel Tordjman et Jean-Pierre Mignard, avaient appelé les juges à donner à leur décision une portée symbolique, le tribunal s'en tient à une stricte application du droit et conclut que même si l'un des policiers avait dit sur les ondes de la police que « s'ils entrent ici, je ne donne pas cher de leur peau », aucun d'eux n'avait eu « une conscience claire d'un péril grave et imminent »[16],[17]. Ce jugement est confirmé par un arrêt de la cour d'appel de Rennes rendu le [18].

Selon le sociologue Didier Lapeyronnie, « le verdict sera interprété comme un profond déni de justice non seulement par les proches, mais plus généralement par la population des quartiers populaires » alors que les relations entre les populations et la police ou les institutions resteront distantes et difficiles[19].

Soutien associatif[modifier | modifier le code]

À la suite des événements, Samir Mihi crée l'association ADM — Au-delà des Mots — qui a pour objectif de soutenir sur le plan moral et matériel les familles de Bouna Traoré, Zyed Benna et Muhittin Altun[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Anne Donadini, « L’affaire Zyed et Bouna en 7 questions », lesinrocks.com, (consulté le ).
  2. Agence France-Presse, « Affaire Zyed et Bouna: La chronologie des faits », 20minutes.fr, (consulté le ).
  3. a et b Gérard Davet, « La “légèreté” des policiers dénoncée dans le drame de Clichy-sous-Bois », lemonde.fr, (consulté le ).
  4. Zyed et Bouna : dix ans d’attente
  5. Le Goaziou et Mucchielli 2007, p. 15.
  6. a et b « Le dernier jour de Bouna Traoré et Zyed Benna », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  7. Karl Laske, « Zyed et Bouna : la poursuite inavouable », Libération,‎ (lire en ligne).
  8. Le Goaziou et Mucchielli 2007, p. 17.
  9. Vincenzo Cicchelli, Olivier Galland, Jacques de Maillard et Séverine Misset, « Retour sur les violences urbaines de l’automne 2005 », Horizons stratégiques, (consulté le ).
  10. « Interview de M. Nicolas Sarkozy », Le Parisien, (consulté le ).
  11. a et b Didier HASSOUX, « Les dérapages de Villepin et Sarkozy », sur Libération (consulté le )
  12. « Le récit médiatique de la mort des deux adolescents de Clichy-sous-Bois, par l’AFP », sur Acrimed, .
  13. « Mort de Zyed et Bouna : des rassemblements en France après la relaxe des policiers », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. Pascale Robert-Diard, « Mort de Zyed et Bouna : deux policiers devant la justice après dix ans de bataille judiciaire », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  15. « Zyed et Bouna : ‘’Dix ans d'impunité policière !’’ », Libération,‎ (lire en ligne).
  16. « Zyed et Bouna : le jugement qui relaxe les deux policiers », Pascale Robert-Diard, lemonde.fr, 18 mai 2015.
  17. Relaxe des policiers dans l’affaire de Clichy-sous-Bois :

    « Faute de caractériser chez les prévenus l’existence claire d’un péril imminent et grave, les prévenus doivent être relaxés du délit de non-assistance à personne en danger. »

    — TGI Rennes, 18 mai 2015, n° 15/1225, Dalloz actualité, 21 mai 2015

  18. « Mort de Zyed et Bouna : relaxe des policiers confirmée en appel », sur leparisien.fr, (consulté le )
  19. Didier Lapeyronnie, « Mort de Zyed et Bouna : ‘’La relaxe des policiers est un verdict politique’’ » (version du 22 mai 2015 sur l'Internet Archive), Le Monde.fr,
  20. Spéciale 10 ans après les émeutes en banlieue (1/5) - Samir Mihi, France culture, 2 novembre 2015.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gwenaël Bourdon, avec Adel Benna, Siyakha Traoré, Zyed et Bouna, Paris, Don Quichotte, , 208 p. (ISBN 978-2-35949-518-8).