Mort de Nelson Mandela

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rassemblements et veillées devant la maison de Mandela à Johannesburg
Cérémonie au FNB Stadium
L'éloge d'Obama durant la cérémonie au FNB Stadium

La mort de Nelson Mandela est survenue le à son domicile de Houghton, à Johannesburg, en Afrique du Sud. Âgé de 95 ans, Nelson Mandela, le premier président noir de l'Afrique du Sud élu à la suite des premières élections parlementaires non raciales au suffrage universel est mort des suites d'une longue infection respiratoire. Sa mort provoque de nombreuses réactions à travers le monde de la part des gouvernements, des organisations internationales et de diverses personnalités.

Une période de 10 jours de deuil national est alors décrétée par le gouvernement et de nombreuses cérémonies commémoratives sont menées à travers le pays. La cérémonie officielle d'adieu a eu lieu au FNB Stadium de Soweto le 10 décembre 2013. Par la suite, son corps est exposé durant 3 jours dans l’amphithéâtre des bâtiments de l'Union à Pretoria (11 au 13 décembre 2013).
Des funérailles d'État ont eu lieu le à Qunu dans la province du Cap oriental, où son corps a été inhumé.

Annonce du décès[modifier | modifier le code]

La mort de Nelson Mandela est intervenue le aux alentours de 20h50 heure locale (GMT +2) à son domicile de Houghton, à Johannesburg. Il était âgé de 95 ans. Il avait regagné son domicile le 1er septembre 2013, après avoir passé près de trois mois à l'hôpital de Pretoria pour traiter une infection pulmonaire récurrente et était demeuré dans un état critique[1].

Sa mort a été annoncée par le président Jacob Zuma[2]. Une période de 10 jours de deuil national est alors décrétée[3].

À l'annonce de la mort de Nelson Mandela, plusieurs centaines de sud-africains se réunissent pour participer à une veillée devant son domicile à Johannesburg[1]. Durant les 2 jours qui suivent, des milliers de personnes lui rendent également hommage dans des lieux symboliques telle que son ancienne maison à Soweto, devant la présidence à Pretoria, devant sa maison de Qunu ou devant l'hôtel du ville du Cap où il avait effectué son premier discours après sa libération en février 1990[4].

Journée de prière et de réflexion[modifier | modifier le code]

Le gouvernement sud-africain a déclaré le comme une journée nationale de prière et de réflexion[5].

« Nous appelons la population à se rassembler dans les salles, églises, mosquées, temples, synagogues et dans leurs maisons pour les services de prière et de méditation, une réflexion sur la vie de Madiba et sa contribution à notre pays et le monde. » - Jacob Zuma,

Cérémonie d'hommage du 10 décembre[modifier | modifier le code]

Cérémonie au FNB Stadium
Recueillement du public devant la dépouille mortelle de Nelson Mandela aux Union Buildings à Pretoria
Commémoration sur la Grand Parade, devant l’hôtel de ville du Cap

Déroulement[modifier | modifier le code]

La cérémonie officielle d'hommage a eu lieu au FNB Stadium le mardi  ; elle débute à 11h00 heure locale (GMT +2). Des écrans ont été également installés dans les stades voisins de Orlando et de l'Ellis Park. Une centaine de chefs d’État et de gouvernement, et 10 anciens présidents y assistent mais la mobilisation populaire est moins importante que prévu avec environ 60 000 participants[6], chiffre assez éloigné des 200 000 personnes annoncées[3]. La raison peut en être que la cérémonie ait eu lieu un jour de semaine non férié, alors que le pays est en période de vacances scolaires et que le système de transport en commun est défaillant[3]. En outre, la dépouille du premier Président noir d’Afrique du Sud n'était pas présent dans le stade. La cérémonie est néanmoins marquée par la poignée de mains entre le président américain Barack Obama et le président cubain Raúl Castro[7].

Liste des personnalités présentes[modifier | modifier le code]

Liste des personnalités attendues aux funérailles de Nelson Mandela[8]. 53 chefs d'États sont attendus pour participer aux cérémonies[9].

Controverses[modifier | modifier le code]

Une polémique est apparue à la suite de la traduction en direct des discours en langue des signes[19]. L'agent en question, Thamsanqa Jantjie, a été qualifié d'imposteur[20] par Cara Loening, directrice de l’organisme Éducation et développement de la langue des signes au Cap, l'accusant de n'avoir « pas fait un seul signe », juste d'avoir « battu l'air avec ses bras. » L'intéressé s'est excusé de sa prestation en plaidant la schizophrénie[21]. Le gouvernement sud-africain a réagi en admettant que l'individu n'était pas un professionnel et qu'ils avaient été « floués » par l'entreprise chargée de fournir l'interprète[22].

Une autre polémique a été le selfie groupé de la Première Ministre danoise Helle Thorning Schmidt, du Premier Ministre britannique David Cameron et du Président américain Barack Obama, pendant la cérémonie funèbre. Leur photographie par Roberto Schmidt (responsable de la photo à l'Agence France-Presse) a été diffusée dans la presse internationale[23],[24].

La cérémonie est aussi marquée par des huées adressées par une partie du public au président Jacob Zuma. Les images de la télévision sud-africaine (SABC) ont notamment montré la présence au sein de l'assistance de nombreux partisans des "Economic Freedom Fighters", le parti anti-Zuma de Julius Malema. L'allocution du président sud-africain se termine notamment dans un stade presque vide[25].

Quelques jours plus tard, l'archevêque Desmond Tutu, critiquant la prédominance du Congrès national africain (ANC) lors des cérémonies officielles, déplore l'absence de l’Église réformée hollandaise aux cérémonies rendant hommage à Nelson Mandela mais aussi le fait qu'aucun Afrikaner n'ait été invité à prendre la parole et que la langue afrikaans ait été si peu entendue[26]

Exposition du corps[modifier | modifier le code]

Durant 3 jours, du 11 décembre au , le corps de Nelson Mandela est transporté de l’hôpital militaire aux Union Buildings à Pretoria où il est exposé au public dans l’amphithéâtre, entouré d'une garde d'honneur[27]. Une foule importante, estimée à 100 000 personnes, vint saluer la dépouille du héros national[3].

Funérailles d'État[modifier | modifier le code]

Après dix jours de deuil national, les funérailles d'État ont lieu le à Qunu dans la province de Cap oriental en présence de 4 500 invités dont le président Zuma, Desmond Tutu, le prince Charles, les anciens premiers ministres français Lionel Jospin et Alain Juppé mais aussi son ancien compagnon de lutte, Ahmed Kathrada, invité à prendre la parole tout comme la présidente du Malawi, Joyce Banda. Dalibhunga, le nom donné à Mandela lors de son initiation rituelle à 16 ans, a été inhumé en milieu de journée dans l'intimité familiale (450 personnes) et à l'écart des médias[28], [29].

Réactions[modifier | modifier le code]

Communiqués nationaux[modifier | modifier le code]

Organisations supranationales[modifier | modifier le code]

Gouvernements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire : La Côte d'Ivoire a aussi contribué et a célébré à sa façon en passant des vidéos de lui durant une semaine. Des discours ont été prononcés pour montrer la compassion avec le pays frère l'Afrique du Sud.

Il est allé en COTE D'IVOIRE

Asie[modifier | modifier le code]

  • Drapeau du Bangladesh Bangladesh : le gouvernement a décrété trois jours de deuil national pour l'icône de la lutte anti-appartheid et le symbole mondial de la réconciliation et de la cohabitation fraternelle. Le président Abdul Hamid affirme quant à lui que Mandela restera éternellement dans les mémoires pour sa longue lutte pour la liberté du peuple.
  • Drapeau de la Birmanie Birmanie : Aung San Suu Kyi exprime sa « [...] peine profonde après la mort d'un homme qui s'est battu pour les droits de l'Homme et l'égalité dans ce monde. Il nous a fait comprendre à tous que personne ne devrait être pénalisé pour la couleur de sa peau, pour les circonstances dans lesquelles il est né[30]. »
  • Drapeau du Brunei Brunei : le sultan Hassanal Bolkiah a envoyé un message de condoléance au président Jacob Zuma, dans lequel il affirme que « Mandela manquera beaucoup non seulement au peuple sud africain, mais aussi au monde qui le savait être le phare de l'espoir et du courage, et une force morale dans les relations internationales. »
  • Drapeau de la République populaire de Chine Chine : le président a fait savoir que « le peuple chinois gardera en mémoire son remarquable apport aux relations sino-sud-africaines et à la cause du genre humain[31]. »
  • Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord : le pays salue le « combat contre le racisme et en faveur de la démocratie » par l'intermédiaire de Kim Yong Nam[32].
  • Drapeau de l'Iran Iran : le président Hassan Rohani écrit que « Nelson Mandela avait une forte conviction, en la liberté et l’égalité des hommes, non seulement dans son pays l’Afrique du Sud, mais à travers le monde ; dans cette conviction, il ne s’est jamais autorisé la moindre hésitation[33]. »
  • Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam : Truong Tan Sang a déclaré que « le Parti, l'Etat et le peuple vietnamiens ont exprimé leur regret infini à Nelson Mandela, un dirigeant éminent du mouvement de la lutte contre l'apartheid[34]. »

Europe[modifier | modifier le code]

Amériques[modifier | modifier le code]

Océanie[modifier | modifier le code]

Autres commémorations[modifier | modifier le code]

Afrique du Sud[modifier | modifier le code]

Le Cap a été l'hôte d'une commémoration interconfessionnelle sur la Grand Parade, le dimanche 8 décembre 2013. Une veillée funèbre publique a eu lieu au même endroit la veille des funérailles de Mandela. Le Cap a accueilli également un concert hommage au Cape Town Stadium le mercredi 13 décembre 2013[35].

Émirats arabes unis[modifier | modifier le code]

Une commémoration en l'honneur de Mandela a eu lieu le 11 décembre 2013 à Abou Dabi, au ECC Building à 18h30 heure locale. Un imam et un prêtre ont été invités à offrir une prière pour Mandela[36].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Une cérémonie honorant Nelson Mandela a eu lieu le 11 décembre 2013 à la cathédrale nationale de Washington à Washington[37].

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

La reine Élisabeth II honorera Nelson Mandela à l'abbaye de Westminster en 2014[38]. Le 9 décembre 2013, l'église St Martin-in-the-Fields a organisé une cérémonie d'hommage à la mémoire de Nelson Mandela, conduite par son vicaire, le révérend Dr Sam Wells[39].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Afrique du Sud: veillée improvisée devant la maison de Mandela, AFP, 6 décembre 2013
  2. « Nelson Mandela est mort, annonce le président sud-africain Jacob Zuma »,
  3. a b c et d L’Afrique du Sud rêvait d’un plus bel hommage, Le Parisien, 15 décembre 2013
  4. Mort de Nelson Mandela: premier jour de deuil national en Afrique du Sud, L'Express, 8 décembre 2013
  5. (en) « Arrangements for the laying to rest of former President Nelson Mandela », site officiel du gouvernement sud-africain, 6 décembre 2013 (lire en ligne)
  6. L’hommage au «géant de l’Histoire», La Liberté, 11 décembre 2013
  7. Poignée de main historique des présidents américain et cubain, AFP/Libération du 10 décembre 2013
  8. « Confirmation of foreign Heads of State and Government attending the memorial services or funeral », South Africa Government Online, (consulté le 9 décembre 2013)
  9. (en) « 53 heads of state confirmed for Mandela mémorial », News 24, 8 décembre 2013 (lire en ligne)
  10. a b c d e f g et h Obama, George W. Bush and Hillary Clinton Share Flight to South Africa. The New York Times. December 10, 2013.
  11. Kronprinsen og Solberg på Mandela-minneseremoni TV2. Retrieved 9 December 2013
  12. « Hommage à Mandela: une centaine de personnalités à la cérémonie de Soweto », The Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  13. « Président, Sonia leave for Mandela memorial service », The Times of India,‎ (lire en ligne)
  14. « Iran's Zarif to travel to South Africa for Mandela funeral », Press TV, (consulté le 9 décembre 2013)
  15. « Obsèques Mandela : Israël représenté par le président de la Knesset », sur http://www.i24news.tv/, (consulté le 18 juillet 2016)
  16. Binay leaves for Mandela funeral
  17. Éric Hacquemand, Hommage à Mandela : un moment "inoubliable" pour Robert Hue sur Le Parisien, 10 décembre 2013
  18. a et b Hommage à Mandela: les questions posées par le voyage Hollande-Sarkozy sur L'Express, 9 décembre 2013
  19. « Un faux interprète est parvenu à s'immiscer aux cérémonies en hommage à Mandela »,
  20. « Mandela : l'interprète en langue des signes était un imposteur »,
  21. « L’interprète imposteur de la cérémonie Mandela plaide la schizophrénie »,
  22. « Hommage à Mandela : polémique sur le recrutement de l'interprète imposteur »,
  23. Le «selfie» d'Obama lors de la cérémonie d'hommage à Mandela, LeFigaro.fr, le 10 décembre 2013
  24. Roberto Schmidt commente l'origine et la viralité de sa photographie sur le site de l'AFP
  25. Les trois couacs de la cérémonie d'hommage à Mandela, L'Express, 11 décembre 2013
  26. Tutu déplore l'absence des Afrikaners, BBC, 17 décembre 2013
  27. (en) « Mandela moves to the Union Buildings », Mail and Guardian, 11 décembre 2013
  28. [1], Le Monde,
  29. Dimanche ordinaire à Pretoria, durant les funérailles de Mandela, Le Monde, 15 décembre 2013
  30. « Le monde pleure la mort de Nelson Mandela », sur metronews.fr, (consulté le 12 décembre 2013)
  31. « Nelson Mandela : le monde lui rend hommage », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 12 décembre 2013)
  32. « La Corée du Nord salue le combat de Mandela pour la "démocratie" », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 12 décembre 2013)
  33. « Décès de Nelson Mandela : le Président iranien présente ses condoléances », sur rench.irib.ir, (consulté le 12 décembre 2013)
  34. « Le président Truong Tan Sang rend hommage à Nelson Mandela », sur vietnamplus.vn, (consulté le 12 décembre 2013)
  35. (en) « Events in Cape Town to honour Nelson Mandela »,
  36. (en) « UAE to hold Nelson Mandela memorial service in Abu Dhabi », /
  37. (en) « Washington National Cathedral to Host National Memorial Service for Nelson Mandela »,
  38. (en) « Queen to miss Nelson Mandela funeral over security and long-haul flight concerns »,
  39. (en) « Archbishop at special service for Nelson Mandela »,

Sur les autres projets Wikimedia :