Moritz Benedikt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Moritz Benedikt
Benedikt Moritz.jpg
Portrait du Dr Moritz Benedikt (1835-1920)
Biographie
Naissance
Décès
(à 84 ans)
Vienne, Autriche
Sépulture
Ancien cimetière juif de Vienne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Moriz BenediktVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfant
Clotilde Benedikt (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

Moritz Benedikt (orthographié parfois Moriz Benedikt), né le à Eisenstadt, mort le à Vienne, est un neurologue autrichien qui enseigna à l'université de Vienne.

Résumé biographique[modifier | modifier le code]

Il commença sa carrière comme chirurgien dans l'armée autrichienne et participa à ce titre à la deuxième guerre austro-sarde de 1859 et à la guerre austro-prussienne de 1866. Il se spécialisa ensuite en électrothérapie et en neuropathologie.

Benedikt attira l'attention par ses recherches controversées en anthropologie criminelle. Il effectua de nombreuses études céphalométriques sur lesquelles il s'appuya pour postuler l'existence de différences spécifiques entre le cerveau « normal » et le cerveau « criminel ». Ces recherches sont décrites dans un livre publié en 1879 et intitulé « Études anatomiques sur les cerveaux de criminels : pour les anthropologues, les médecins, les juristes et les psychologues » (Anatomische Studien an Verbrecher-gehirnen: Für Anthropologen, Mediziner, Juristen und Psychologen). Benedikt croyait à l'existence dans l'environnement de causes cachées et méconnues des maladies et il explorait ce qu'il appelait des « lieux pathogènes » à l'aide d'une baguette de sourcier, ce qui fait de lui l'un des pionniers de la radiesthésie. Benedikt passe aussi pour avoir créé le terme darsonvalisation pour désigner les applications thérapeutiques ou expérimentales des hautes fréquences, en l'honneur du biophysicien français Arsène d'Arsonval (1851-1940).

Moritz Benedikt a publié en 1906 un ouvrage autobiographique[1] dans lequel il relate notamment son expérience professionnelle et les souvenirs de ses nombreux voyages.

Éponymie[modifier | modifier le code]

Moritz Benedikt a laissé son nom au syndrome de Benedikt : ce syndrome neurologique alterne du tronc cérébral comporte une paralysie du nerf oculomoteur (III) ispilatéral et un tremblement avec hémiparésie controlatéraux à une lésion du noyau rouge et du faisceau corticospinal située dans le tegmentum mésencéphalique.

Liste de ses principaux travaux scientifiques[modifier | modifier le code]

  • (de) Die psychologischen Funktionen des Gehirnes in gesundem und kranker Zustand, Wiener Klinik : Vorträge ; Jg. 1, H. 7, Vienne, 1875
  • (de) Zur Lehre von der Localisation der Gehirnfunctionen, Wiener Klinik : Vorträge ; Jg. 9, H. 5-6, Vienne, 1875
  • (de) Ueber Katalepsie und Mesmerismus, Wiener Klinik : Vorträge ; Jg. 6, H. 3/4, Vienne, 1880
  • (de) Ueber Elektricität in der Medicin, Wiener Klinik : Vorträge ; Jg. 10, H. 2, Vienne, 1884
  • (de) Grundformeln des neuropathologischen Denkens, Wiener Klinik : Vorträge ; Jg. 11, H. 4, Vienne, 1885
  • (de) Hypnotismus und Suggestion, Breitenstein, Leipzig, 1894
  • (de) Seelenkunde des Menschen als reine Erfahrungswissenschaft, Reisland, Leipzig, 1895
  • (de) Krystallisation und Morphogenesis, Perles, Vienne, 1904
  • (de) Biomechanik und Biogenesis, Fischer, Iéna, 1912
  • (de) Die latenten (Reichenbach'schen) Emanationen der Chemikalien, Konegen, Vienne, 1915
  • (de) Leitfaden der Rutenlehre (Wünschelrute), Urban & Schwarzenberg, Vienne, 1916
  • (de) Ruten- und Pendellehre, Hartleben, Vienne, 1917

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Aus meinem Leben: Erinnerungen und Erörterungen, Konegen, Wien, 1906 texte en ligne

Sources[modifier | modifier le code]