Moringue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le moringue (ou moring) est un sport de combat pratiqué dans l'Océan Indien, originaire de Madagascar sous le nom de moraingy. C'est une forme de combat debout à main nue, incluant les coups de pieds, de genoux et parfois les coups de tête. les techniques de corps à corps sont exclues. De nos jours, on en trouve encore une pratique authentique à Madagascar et à Mayotte (dans l'archipel des Comores).

La version réunionnaise moderne a peu de choses en commun avec le moraingy originel. Elle fut créée en 1996 à l'île de La Réunion et utilise pour sa part :

- la codification de la lutte africaine (très largement inspirée d'un ouvrage de Frédéric Rubio édité en 1990 par la CONFEJES, l'organisme responsable des Jeux de la Francophonie)

- et une gamme technique analogue à la capoeira brésilienne (avec musique et danse, mais sans frappes réelles).

Selon certains historiens et certains politiciens (mais cela est largement contesté dans les milieux universitaires réunionnais), le moringue trouve son origine au XVIIIe siècle dans les grandes exploitations de canne à sucre. Le code noir ne permettant pas aux esclaves de se battre, ceux-ci, originaires d'Afrique et de Madagascar, mirent au point le moringue, style de combat combinant musiques, notamment les percussions, et techniques martiales, afin de ne point faire naître chez les blancs la suspicion d'une capacité de révolte en ne donnant à voir qu'une danse tribale.

Il est beaucoup plus probable, selon les connaissances d'aujourd'hui, que le moraingy malgache vienne du Tomoi malais. Il aurait selon toute vraisemblance, été introduit à Madagascar, tout au long du peuplement de la grande île, par les migrations austronésiennes (Malaisie, Indonésie, ..).

Élèves de Bts, adeptes du Moringue lors d'une démonstration le 3 avril 2010, sur l'aire de repos de la plage de Saint-Pierre de La Réunion. Les gestuelles se rapportent aux danses tribales.
Le rouler est l'instrument primordial à la pratique. C'est autour de celui-ci que va se dérouler la danse/combat. C'est en fonction du rythme du rouler que le combat sera lent ou rapide.


Tenue vestimentaire[modifier | modifier le code]

La tenue vestimentaire des pratiquants de Moringue se compose d'ordinaire d'une chemise blanche et d'un pantalon de même ton. La signification reste inconnue.

Toutefois il n'est pas rare de voir des adversaires s'affronter torse nu et le bas du pantalon remonté jusqu'au mollet.

Par ailleurs lors de toute la pratique les adeptes ne sont pas chaussés.

Les adeptes se laissent emporter par le son du rouler.


Hétérogénéité des pratiquants[modifier | modifier le code]

Si à l'origine, la pratique semble ne concerner que les hommes, il n'est pas rare de nos jours, notamment à La Réunion d'y trouver aussi des femmes, tout aussi bien en tant que membre musicien que combattant.

Étymologie du Moringue[modifier | modifier le code]

Le mot dérive du malgache moraingy, une lutte-boxe. Le Moringue est donc pratiqué au rythme de percussions jouées pendant les matches ou les entraînements.

Il est essentiellement pratiqué :

Dans le département de La Réunion, sa redécouverte et son développement actuel a notamment été porté par Jean-René Dreinaza, trois fois champion de France et trois fois champion d'Europe de boxe française.

Mais la sauvegarde des gestes et des musiques a été transmise aux associations de moringue par des anciens de la culture créole, notamment Narsama Maxime et Simapirave Bachelier[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ma Région et moi, Edition N° 12 année 2009, dossier : identité, culture et mémoire, p. 29


Sports semblables[modifier | modifier le code]

À la Guadeloupe, le sové vayan, le maloyè et le bénodin. À la Martinique, le danmyé et le ladja.

Le Tomoi : boxe pied-poing traditionnelle, originaire de Malaisie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Jean Benoît, Le moringue : un « sport » traditionnel à l'île de La Réunion, Musée de Villèle, Saint-Gilles-les-Hauts, La Réunion, 1994, 32 p. (ISBN 9782908837070)
  • Jean-René Dreinaza, Sport, culture, culte, réussite professionnelle: Le parcours atypique d'un Réunionnais, Océan Éditions, 2013.
  • Sudel Fuma et Jean-René Dreinaza, Le moring, art guerrier. Ses origines franco-malgaches, sa pratique à la Réunion, Océan Éditions, 1992.
  • Aurélie Lallement, Le « moringue » à travers son aspect identitaire, Université de La Réunion, 1999, 143 p. (mémoire de maîtrise d'Ethnologie)