Morey (Meurthe-et-Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Morey
Morey (Meurthe-et-Moselle)
Église Saint-Pierre de Morey.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Commune Belleau
Statut Ancienne commune
Code postal 54610
Code commune 54384
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 37″ nord, 6° 09′ 53″ est
Historique
Date de fusion 1971
Commune(s) d’intégration Belleau
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte administrative de Meurthe-et-Moselle
City locator 15.svg
Morey

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 15.svg
Morey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Morey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Morey

Morey est une ancienne commune française de Meurthe-et-Moselle rattachée à Belleau en 1971.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune, à 19 kilomètres au nord de Nancy, est située sur le flanc du Val Sainte-Marie, à 300 mètres d'altitude environ, sur la rive gauche de la rivière La Natagne affluent de la Moselle. D'une surface de 330 hectares, la commune s'étage sur le flanc d'un coteau de 220 mètres à 390 mètres : le plateau calcaire est occupé par la forêt (Bois du Buzion, Bois de la Rumont, Bois du Chapître), le village est implanté sur la ligne des sources à mi-pente, puis succèdent vergers et prairies suivies des terres labourables sur les pentes argileuses qui descendent sur la rivière. Le village avait encore une activité viticole importante au début du XIXe siècle avec 16 hectares de vignes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom vient probablement d'un patronyme germanique, Maur, et du suffixe -iacum, c'est-à-dire domaine[1]. Les plus anciennes formes sont Mauriacense (796), Moreiaco (1070), puis Moreio (1159), Moirey (1276), Mourey au Val Sainte Marie (1425), Mourey (1426) et Morey (1551)[2].

Au cours de la Révolution française, la commune porte le nom de Trois-Montagnes[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite de Morey est faite sous le nom de Mauriacense dans une charte de l'abbaye de Gorze de 796-797[4]. Morey était un bien de cette abbaye.

Dans les premières années du Xe siècle, les bénédictins implantés sur la colline de Gellamont à Scarpone quittent ce lieu pour Morey sur l'emplacement du château actuel[5].

Au XIIe siècle, Morey fait partie de la châtellerie de Dieulouard, dépendant de l'évêché de Verdun avant de dépendre du comte de Bar[6].

Au XIVe siècle, Morey est une des seigneuries vassales du Comte de Bar dévolue à la garde de la forteresse de Mousson[7]. Rattachée au bailliage de Verdun dans le duché du Barrois, Morey garde son statut de seigneurie de haute, moyenne et basse justice jusqu'à la révolution. Son dernier seigneur, Nicolas Antoine Joly, émigre pour échapper aux révolutionnaires. Le village de Morey adhéra résolument à la cause révolutionnaire en prenant le nom de Trois-Montagnes le 25 septembre 1793, faisant allusion au groupe politique de la Montagne de la Convention nationale ainsi qu’à la topographie des lieux. Cette appellation ne tiendra qu’une année. De ce passé, Morey garde un ensemble cohérent associant une maison forte, une basse cour et une petite église.

Première Guerre mondiale :

Dès la mobilisation, un secteur défensif est organisé sur la ligne Serrières-Mont Toulon-Mont Saint-Jean pour garder les abords de la Seille au contact des allemands. Une deuxième ligne de résistance s’organise sur l’axe Bratte-Morey.

Morey abrite en septembre 1914 le poste de commandement du 232e Régiment d’Infanterie.  Des batteries sont installées sur la cote du Chapitre et la cote du Moulin à Vent de Morey.[8]

Durant toute la guerre, le château de Morey abritera les ambulances[9] des régiments engagés sur les avants-postes de Nomeny, Létricourt, Chenicourt, Ajoncourt.

Administration[modifier | modifier le code]

Morey, dont le code Insee est 54384, fusionne avec la commune de Belleau le 10 février 1971[10].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1792 Joseph Nicolas André    
1792 1794 François Grandjean    
1794 1800 Jean Jacquemot    
1800 1807 Gaspard Joseph Gabriel Nusbaum    
1807 1813 Gaspard Poirel    
1813 1815 Joseph Thomas    
1815 1825 Joseph Eloy    
1826 1840 François Vasse    
1840 1846 Christophe Stref    
1846 1854 Jean Claude Poirel    
1854 1865 Joseph Arnould    
1865 1871 Antoine Eloy    
1871 1878 Nicolas Stref    
1878 1882 Joseph Nicolas Poirel    
1882 1888 Claude Eloy    
1888 1897 Nicolas Stref    
1908 1912 Eugène Brice    
1912 1919 Auguste Claude    
1930   Charles Aime    
1942   Marcel Stref    
1955 1958 Marcel Cropsal    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
160186204267275272238240245
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
223231191202185183184202187
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
18317212711211110697100111
1968 - - - - - - - -
127--------
(Sources : base Cassini de l'EHESS[3] (population sans doubles comptes))

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Paul est classée à l'inventaire des monuments historiques depuis le 18 juin 1930[11]. Sa tour date du XIIe siècle, la nef du XIIIe siècle, la chapelle seigneuriale du XVIIe siècle.

Le château de Morey à Belleau est classé depuis le 13 août 1930[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Rostaing, Albert Dauzat, Dictionnaire et étymologique des noms de lieux en France.
  2. Henri Lepage, Dictionnaire topographique de la Meurthe, 1862.
  3. a et b « Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui », sur site de l'École des hautes études en sciences sociales (consulté le 20 mai 2013)
  4. Louis Davillé, Le pagus Scarponensis, Berger-Levrault, 1906.
  5. Abbé Melnotte, Notice historique sur Scarpone et Dieulouard, Impr. de R. Vagner (Nancy), 1895.
  6. Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de Bar-le-Duc, série 5, tome 3.
  7. Jean-Luc Fray, Villes et bourgs de lorraine : réseaux urbains et centralité au Moyen Âge, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2006.
  8. « 232e régiment d'infanterie : J.M.O. », sur http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr, (consulté le 5 août 2018)
  9. « http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/2017/03/ambulances.1914-1918-lettre-m.html », sur http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com,
  10. Fiche de la commune sur le Code officiel géographique.
  11. « Église », notice no PA00106095, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Château », notice no PA00106095, base Mérimée, ministère français de la Culture