More danico

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

More danico signifie « à la manière danoise » en latin.

Le mariage « more danico », ou la « danesche manere » en normand, désigne le mode de polygamie pratiqué par les Vikings (Nor[t]manni ou Dani) implantés en Normandie après le traité de Saint-Clair-sur-Epte (911). Leur conversion au christianisme, inégale selon les régions, ne les empêche pas de continuer à avoir plusieurs femmes comme auparavant en Scandinavie et en Islande.

Lorsque Rollon captura Poppa, la fille du comte Bérenger, après la prise de Bayeux, il l’épousa « more danico », sans cérémonie religieuse, et son fils, Guillaume Longue-Épée, suivit son exemple lorsqu’il épousa la Bretonne Sprota comme l'indique le poème ci-dessous[1]:

« Icele ama mult e tint chère ;
Mais à la Danesche manere
La vont aveir, non autrement,
Ce dit l'estorie qui ne ment. »

— le trouvère Benoît, Chroniques des ducs de Normandie

À la différence des chrétiens et de l’Église qui considèrent les frilla, les secondes épouses, comme des concubines, et leurs enfants comme des bâtards, les Normands les perçoivent comme parfaitement légitimes. C’est en raison, par exemple, du more danico du duc de Normandie Robert le Magnifique, que son jeune fils Guillaume « le Bâtard » est désigné en 1035 comme successeur de son père.

Il semble que le duc Guillaume ait été, après cinq générations de ducs depuis Rollon, le premier à rompre avec cette tradition scandinave, car on ne lui connaît ni frilla, ni enfant bâtard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. tome I, p. 390, vers 8871-8875,Benoît de Sainte-Maure,, Chronique des ducs de Normandie, Francisque Michel, , 1234 p. (lire en ligne)