Moranbong Band

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Moranbong Band
Pays d'origine Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord
Genre musical Musique populaire, rock, trot
Années actives Depuis 2012
Composition du groupe
Membres
  • Kim Yoo-kyeong (김유경)
  • Kim Seol-mi (김설미)
  • Ryu Jin-a (류진아)
  • Pak Mi-kyeong (박미경)
  • Jung Su-hyang (정수향)
  • Pak Seon-hyang (박선향)
  • Ra Yu-mi (라유미)
  • Ri Su-kyong (리수경)
  • Ri Myeong-hui (리명희)

Le Moranbong Band est un groupe féminin de musique populaire nord-coréen. Il est créé avec l'autorisation du leader Kim Jong-un[1] en 2012[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Le besoin de former un groupe de musique populaire en Corée du Nord se fait ressentir au sein des élites de Pyongyang[3], des femmes[4] et en particulier les jeunes[4]. L'existence du groupe suggère l'acceptabilité de la mode au sein du régime, comme les mini-jupes et les hauts talons pour les femmes[4], sans parler des cheveux courts qui se sont popularisés auprès des femmes des classes modestes à Pyongyang[5]. Le groupe devient rapidement un symbole culturel d'ouverture limitée de la culture occidentale auprès de la jeunesse nord-coréenne[4].

Concerts[modifier | modifier le code]

En 2014, le groupe compte 14 concerts. Depuis ses débuts en juillet 2012, l'apparence extrêmement occidentale du groupe s'est considérablement dégradée[3].

Le groupe débute en [3]. Leur première performance les voit adopter la culture occidentale, faisant apparaître des personnages de Disney comme Mickey[6] et Minnie Mouse et Blanche-Neige[7], Winnie l'ourson[6], et autres comme le thème de Rocky et My Way de Frank Sinatra[7]. D'autres chansons occidentales incluent Czardas, Zigeunerweisen, La Reine de Saba, Menuet, Penelope, Sérénade de l’étoile, et The Duel, décrite comme une « chanson populaire » ; Victory, introduite comme « chanson rap » ; et Dallas, « une sélection de musique country. » Douze courts-métrages de cartoon sont présentés sous le titre de The Collection of World Fairy Tale Songs[8]. L'épouse de Kim Jong-un, Ri Sol-ju, fait sa première apparition publique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Des images de missiles à l’origine de l’annulation des concerts de Moranbong à Pékin, Le Monde, 18 décembre 2015
  2. On a retrouvé Moranbong Band, les Spice Girls de Corée du Nord, François-Xavier Gomez, Libération, 11 septembre 2015
  3. a b et c (en) Pekka Korhonen, « Rock Gospels: Analyzing the Artistic Style of Moranbong Band », Sino-NK, (consulté le 18 avril 2015).
  4. a b c et d Adam Cathcart, Christopher Green et Steven Denney, « How Authoritarian Regimes Maintain Domain Consensus: North Korea’s Information Strategies in the Kim Jong-un Era », The Review of Korean Studies, vol. 17, no 2,‎ , p. 145–178 (lire en ligne, consulté le 15 avril 2015).
  5. Daniel Tudor et James Pearson, North Korea Confidential : Private Markets, Fashion Trends, Prison Camps, Dissenters and Defectors, Tuttle Publishing, , 72–73 p. (ISBN 978-1-4629-1512-5, lire en ligne).
  6. a et b The Korea Foundation, Korea Focus — September 2012, i-ePUB, Inc., (ISBN 978-89-86090-89-5, lire en ligne), p. 2.
  7. a et b The Korea Foundation, Korea Focus — October 2012, i-ePUB, Inc., (ISBN 978-89-86090-90-1, lire en ligne), p. 2.
  8. (en) Jimin Lee, « Moranbong Band: Joseon Style Electronic Music on a New Level », Sino-NK, (consulté le 18 avril 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]