Moral des ménages

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moral des ménages (homonymie).

Le Moral des ménages[1],[2],[3] ou enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages est un indicateur conjoncturel défini en France par l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), depuis janvier 1987[4].

Cette étude statistique est conduite à partir d'une série de questions posées aux ménages français, comme leur situation financière, leur niveau de vie, le chômage ou leur capacité à épargner ainsi que leur perspective. Elle permet d'évaluer l'opinion des ménages sur leur environnement économique et fournit des informations quant au comportement des consommateurs et leurs anticipations en matière de consommation et d'épargne. Les questions sont adressées chaque mois par téléphone, à un panel d'environ 2 000 ménages représentatifs[4].

Europe[modifier | modifier le code]

Les pays de l'Union européenne réalisent des enquêtes mensuelles similaires. La Commission européenne publie leurs résultats dans la revue Économie européenne, supplément B[5]. Un indicateur résumé d'opinions des ménages est également calculé par la Commission et intitulé Indicateur de confiance du consommateur[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bonnet X & Dubois E (1995) “Peut-on comprendre la hausse imprévue du taux d’épargne des ménages depuis 1990 ?”, Economie et Prévision, n°121.
  • Braun-Lemaire, I., & Gautier, A. (2001). Opinion des ménages et analyse conjoncturelle. INSEE, Note de conjoncture.
  • Reinhardt, É. (2002). Le moral des ménages. Stock.
  • Maresca, B., Picard, R., & Pilorin, T. (2011). Dépenses culture-médias des ménages en France au milieu des années 2000: une transformation structurelle. Culture études, (3), 1-12.