Moog Taurus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Taurus
Taurus III

Le Moog Taurus est un synthétiseur analogique à pédales conçu et fabriqué par Moog Music, conçu à l'origine pour faire partie de la série de synthétiseurs Constellation. Le premier Taurus I a été fabriqué de 1975 à 1981; Taurus II, une refonte moins réussie, a suivi de 1981 à 1983. Au lieu d’un clavier classique, le Taurus utilise un pédalier de style orgue semblable au clavier de pédale d’un orgue à épinette. Cette méthode de contrôle a été choisie car le Taurus était destiné à être joué avec le pied tandis que les mains de son utilisateur jouaient sur un ou plusieurs claviers ou une basse. Alors que le Taurus original comportait son propre moteur de synthèse, le Taurus II était essentiellement le même que le Moog Rogue. En 2010, Moog a publié le Moog Taurus III qui, malgré l’ajout de certaines fonctionnalités, imite de près le circuit analogique du Taurus I.

Le Taurus est principalement associé au rock progressif et a été utilisé par des groupes comme Genesis, Yes, Rush et Dream Theater, entre autres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Taurus devait à l'origine faire partie d'un plus grand ensemble de synthétiseurs Moog Music appelé la Constellation. En plus du Taurus monophonique, la Constellation aurait inclus deux claviers: le monophonique Lyra et le polyphonique Apollo. L'intention était que l'Apollo et la Lyra soient joués à deux mains, tandis que les notes de basse pourraient être jouées à pied sur le Taurus. Les commandes de mise en forme du son sont protégées par une fenêtre en plastique amovible afin d'éviter tout réglage accidentel pendant la lecture. La configuration Constellation a été utilisée de manière prédominante sur l'album Brain Salad Surgery du groupe Emerson, Lake & Palmer de 1973. Le groupe a également utilisé la Constellation lors de leur tournée ultérieure, mais sans la pédale Taurus. Cependant, le Constellation n'a jamais été officiellement produit. Au lieu de cela, le synthétiseur Apollo, conçu par David Luce directeur de l’ingénierie de Moog, a été remodelé et considérablement transformé en Polymoog, produit de 1975 à 1980; La pédale Taurus I, également conçue par Luce, a été commercialisée séparément de 1975 à 1981. Le synthétiseur Lyra, conçu par Robert Moog, n'a jamais été commercialisé. William Alexander, un ingénieur pour ELP, a décrit la Lyra comme "un Minimoog sur stéroïdes".

Taurus II[modifier | modifier le code]

Le Taurus I original, qui a été produit de 1981 à 1983, a succédé au Taurus I original. Le Taurus II utilise le même moteur de synthèse qu'un synthétiseur principal contemporain, le Moog Rogue. Le Taurus II était contrôlé par des pédales de 18 pieds, des molettes de modulation et de pitch bend et une interface CV. Le synthétiseur a également augmenté la quantité de timbres et d’effets disponibles. Cependant, le Taurus II n'avait pas de mémoire de patch ou de pédales à part les pédales. Au lieu de cela, le panneau de commande a été relevé afin que le joueur puisse le manipuler manuellement pendant l'exécution.

La valeur du Taureau II n'a pas augmenté de manière aussi significative que celle du Taureau I; en 2000, Mark Vail a noté que le Taurus II valait environ deux fois moins que son prédécesseur. En général, le Taurus II est considéré comme étant inférieur au modèle d'origine en raison de son moteur de synthèse différent.

Taureau III[modifier | modifier le code]

En 2010, Moog a publié une version remaniée du Taurus appelée Taurus III dans une série limitée de 1 000 unités. Selon le chef créatif de Moog, Cyril Lance, une réédition du Taurus était très demandée depuis sa première convention avec Moog, le NAMM Show 2006, peu après la mort de Robert Moog. En 2007, Mike Adams PDG de Moog, avait proposé que si les clients pouvaient générer 250 ventes à la commande, le Taurus serait mis en production. Les travaux de conception du Taurus III, dirigé par Lance, ont commencé cette année-là après la commande de 250 unités. La production a cessé en juin 2012.

Le Taurus III néglige nombre des modifications apportées au Taurus II, imitant plutôt de plus près le modèle original. Par exemple, une seule forme d'onde est disponible pour les deux oscillateurs de l'unité. Certaines fonctionnalités sont ajoutées, telles que la prise en charge USB et MIDI, une plus grande capacité de mémoire et la sensibilité à la vélocité. Le Taurus III ajoute également un arpégiateur et un LFO.

Modèle de synthèse[modifier | modifier le code]

Le Taurus est monophonique, avec sa voix unique générée par deux oscillateurs fonctionnant dans un amplificateur à tension variable à trois étages. Pour le Taureau I et le Taureau III, une seule forme d'onde était disponible: une onde en dents de scie déformée. Le Taurus II a introduit une deuxième forme d'onde, l'onde de pouls. Tous les modèles du Taurus utilisent un filtre passe-bas résonant de 24db / octave avec suivi de clé. Bien que les premiers modèles n'incluaient pas de LFO, le Taurus III possède un LFO qui peut être acheminé soit vers la hauteur de l'oscillateur, soit vers la fréquence de filtrage.

Utilisateurs notables[modifier | modifier le code]

Le Taurus est bien connu pour son utilisation par des groupes de rock progressif, tels que Pink Floyd, Led Zeppelin, Rush, Yes et Genesis. D'autres groupes, tels que U2 et The Police, ont également utilisé ce synthétiseur. John Hackett est reconnu pour jouer des pédales d'un Taurus avec une main, tandis que l'autre main servait à modifier la plage d'octaves. Le bassiste de Starcastle, Gary Strater, est reconnu pour avoir utilisé deux sets sur scène.

Selon Moog Music, les artistes qui ont acheté le Taurus III incluent Rush, Yes, The Black Keys, Todd Tamanend Clark, Animal Collective, Jean Michel Jarre, Steely Dan, Weezer, Dream Theater, Umphrey's Mcgee et Dave Matthews Band.

Notes et références[modifier | modifier le code]