Monument aux morts de Gentioux-Pigerolles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monument aux morts de Gentioux-Pigerolles
Monument aux morts Gentioux.JPG
Présentation
Type
Construction
Destination actuelle
Propriétaire
commune
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Région
Commune
Adresse
Gentioux et R.D. 8 R.D. 992Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de la Creuse
voir sur la carte de la Creuse
Red pog.svg

Le monument aux morts de Gentioux, d'inspiration pacifiste, est situé dans la commune de Gentioux-Pigerolles dans le département de la Creuse et la région Limousin.

Le monument fait figurer un enfant le poing tendu vers l'inscription « Maudite soit la guerre », symbolisant la douleur et la révolte après la perte d'un père lors de la Première Guerre mondiale.

Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1].

Contexte historique[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale se déroule de 1914 à 1918. Cette guerre a mis en jeu plus de soldats, provoqué plus de décès et causé plus de destructions matérielles que toute guerre antérieure. Plus de 60 millions de soldats y ont pris part[2],[3]. Pendant cette guerre, environ 9 millions de personnes sont décédées et environ 8 millions sont devenues invalides[4],[5].

Les communes de Gentioux et de Pigerolles ont fusionné en 1972, mais il existe toujours deux mairies et deux monuments aux morts. Le monument de Pigerolles est conventionnel[6], alors que celui de Gentioux est devenu un des monuments aux morts pacifistes français parmi les plus connus.

Descriptif[modifier | modifier le code]

Gentioux monument aux morts pacifiste.JPG

Le monument de Gentioux, en granit, en bronze et en marbre, est constitué d'une colonne élevée sur un socle de trois marches. Elle porte les palmes de la victoire ou de la paix. La hauteur du monument est de 3,80 mètres sur une largeur de 2,78 mètres. Sur une stèle sont gravés les noms des 58 soldats[7] morts pendant la guerre de 14-18. Cinq noms issues d'autres conflits ont été ajoutés.

En bas de la colonne, un écriteau portant l'inscription « Maudite soit la guerre » est désigné par un enfant. C’est un orphelin habillé avec un sarrau, la blouse de l’écolier, en sabots avec sa casquette à la main. Le visage triste, il lève le bras, le poing serré, en montrant les 58 noms gravés[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire du monument commence en 1922 quand, à l’initiative du maire du village, Jules Coutaud, SFIO (socialiste de l'époque), maréchal-ferrant, ancien combattant gazé pendant la Première Guerre mondiale, il est décidé de l'ériger. Jules Coutaud a été maire de Gentioux pendant 45 ans de 1920 à 1965.

Trois projets sont présentés au conseil municipal. C'est celui de Monsieur Duburgt, conseiller municipal et ébéniste de profession qui est retenu. Il explique ainsi son choix :

« Plutôt qu'un Poilu, j'ai voulu traduire un cri du cœur. J'ai donc dessiné un orphelin, en tenue d'écolier, montrant du doigt cette inscription gravée dans la pierre et qui était alors sur toutes les lèvres : « Maudite soit la guerre ! »[9].  »

Un modèle en bois est dessiné par le concepteur du projet, Monsieur Duburgt, puis ce sont des artisans locaux qui réalisent le monument. La sculpture de l'écolier, en fonte, est de Jules Pollacchi. Elle sera fondue par E. Guichard, et c'est l'entrepreneur Émile Eglizeaud, entrepreneur de Faux-la-Montagne, qui construira l'ensemble du monument. Celui-ci coûtera 11 640 francs, avec le financement suivant : 3 909 francs de souscription publique, 6 169 francs pris sur le budget communal et 1 562 francs de subvention de l'état[10].

En 1922, le monument est inauguré par les élus locaux et la population, mais la préfecture refusera d'être représentée. Ainsi le monument ne fut pas officiellement inauguré[11]. On respectait ainsi une circulaire de la Troisième République y interdisant les manifestations. Lors du passage des troupes devant le monument, lorsque celles-ci rejoignaient le camp militaire de La Courtine, ordre était donné à celles-ci de détourner la tête. L'inauguration officielle s'effectua, par hasard en 1985, lorsque des officiers, quelques jours après l'inauguration d'une gendarmerie, assistèrent au dépôt d'une gerbe devant ce « monument maudit »[12].

Il est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques au titre des lieux de mémoire, depuis le 9 février 1990 et la plaque « Maudite soit la guerre  » est inamovible.

Les victimes inscrites[modifier | modifier le code]

Les 63 noms sont gravés en lettres d'or sur une plaque de marbre blanc[13]. Parmi les 58 victimes de la Première Guerre mondiale, plusieurs familles ont perdu 2 à 3 enfants.

Mémoire[modifier | modifier le code]

La stèle sur la tombe de Félix Baudy

Chaque 11 novembre des militants d'associations et de partis politiques de divers horizons viennent se recueillir devant le monument aux morts de la commune de Gentioux. À cette occasion, les participants entonnent la chanson de Craonne[14].

Puis ils vont déposer une gerbe sur la tombe de Félix Baudy, soldat fusillé pour l'exemple en 1915 et réhabilité en 1934, dans le cimetière de la commune mitoyenne de Royère-de-Vassivière. La sépulture de Félix Baudy est dans le cimetière communal de Royère où une plaque, réalisée par ses amis maçons, y est posée avec cette inscription:

« Maudite soit la guerre - Maudits soient ses bourreaux - Baudy n'est pas un lâche - Mais un martyr. ».

Cette plaque a été rénovée en 2005 à l'initiative du comité laïc des amis du monument de Gentioux [15]. Son nom est aussi inscrit sur le monument aux morts de la commune de Royére[16].

Le 11 novembre 2008, un millier de manifestants[17], selon les organisateurs, étaient présents. Cette manifestation était organisée par la Fédération nationale de la libre pensée, la Ligue des droits de l'Homme, l’Association républicaine des anciens combattants, l’Union pacifiste de France et le Mouvement de la Paix. Marc Blondel ancien secrétaire du syndicat FO, qui est aujourd'hui le nouveau secrétaire général de la Fédération nationale de la Libre Pensée, a participé à ce rassemblement devant le monument[18]. À cette occasion Marc Blondel a demandé la réhabilitation des soldats fusillés pour l'exemple : « Il est grand temps que l’ensemble des morts de la Grande Guerre réintègre la mémoire nationale, qu’ils n’ont d’ailleurs jamais vraiment quittée, du fait du combat de nos associations. Il est temps maintenant de les réhabiliter pleinement, publiquement, collectivement et sans fausse honte ».

Ce monument est devenu, au fil des manifestations pacifistes et libertaires qui s'y déroulent tous les ans, un symbole du pacifisme et du rejet de la guerre et du militarisme[19].

Le groupe Entre deux caisses met ce monument aux morts à l'honneur dans le titre Gentioux et Termignon, composé par Dominique Bouchery et tiré de l'album On y est presque (2009), également présent dans l'album Les Rongeurs (2010) du groupe ardéchois « L'espoir Williams ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00100223 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. (en) Julián Casanova, « The Treaty of Versailles and its Consequences »,‎ (consulté le 23 décembre 2008).
  3. (en) Klaus J. Bade et Allison Brown, Migration in European History, Blackwell, , 167 p. (ISBN 0631189394).
  4. Encyclopédie de la Grande Guerre 1914-1918, Paris, Bayard, (ISBN 2-227-13945-5).
  5. (en) Michael Duffy, « Military Casualties of World War One »,‎ (consulté le 23 décembre 2008).
  6. Les inscriptions du monument de Pigerolles.
  7. Source:GenWeb.
  8. Source : Patrimoine de France.
  9. En Creuse.
  10. Autour de monuments aux morts pacifistes en France de Danielle Roy et Pierre Roy Page 15.
  11. Le Parisien - "Maudite soit la guerre": le monument aux morts de Gentioux, rendez-vous des pacifistes.
  12. Annette Becker Les Monuments aux morts : patrimoine et mémoires de la grande guerre, Paris, Ed. Errance, 1988, Page 76.
  13. Les noms des victimes.
  14. Le Mague : Guerre à toutes les guerres Octobre 2008.
  15. Information GenWeb.
  16. Information GenWeb.
  17. Lettre ouverte à monsieur le Président de la République française.
  18. Gentioux bilan 2008 par Anarchie 23.
  19. L'Éphéméride anarchiste : Monument aux morts de Gentioux.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Danielle Roy, Pierre Roy, Autour de monuments aux morts pacifistes en France : histoire et présentation d'édifices de la mémoire pacifiste et laïque et évocation de leur actualité : rassemblements de commémoration et d'action contre la guerre, Suresnes, Fédération nationale laïque des Associations des amis des monuments pacifistes, républicains et anticléricaux, , 150 p. (ISBN 2951367422)