Monument Charles Rogier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monument Charles Rogier
Monument Charles Rogier - 01.JPG
Présentation
Type
Mémorial
Destination actuelle
Mémorial
Sculpteur
Construction
1897
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de Belgique
voir sur la carte de Belgique
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bruxelles
voir sur la carte de Bruxelles
Red pog.svg

Le Monument Charles Rogier est une statue érigée au centre de la place de la Liberté à Bruxelles à la mémoire de Charles Rogier (1800-1885), homme politique belge qui fut membre du Gouvernement provisoire de Belgique, membre du Congrès national, parlementaire, ministre et premier ministre.

Localisation et historique[modifier | modifier le code]

La statue se dresse au centre de la place de la Liberté, au cœur du Quartier des Libertés, ancien quartier Notre-Dame-aux-Neiges redessiné à partir de 1874 par l'architecte Antoine Mennessier et dédié à la glorification de la révolution belge et des libertés constitutionnelles.

On trouve en effet dans ce quartier :

  • la rue de la Révolution, la place des Barricades, la rue du Gouvernement Provisoire et la rue du Congrès ;
  • la place de la Liberté, d'où rayonnent quatre rues consacrées aux quatre libertés constitutionnelles (liberté de la Presse, des Cultes, d’Association et de l’Enseignement) : rue de la Presse, rue des Cultes, rue de l'Association et rue de l’Enseignement ;
  • la place Surlet de Chokier, qui honore la mémoire du premier souverain de Belgique, le régent Érasme-Louis Surlet de Chokier ;
  • la Colonne du Congrès, le Monument Charles Rogier, la Statue de la Brabançonne.

Le monument Charles Rogier a été réalisé en 1897 par le sculpteur Guillaume De Groot et est donc postérieur d'une vingtaine d'années aux immeubles qui entourent la place de la Liberté, érigés sur des plans établis en 1876-77 par l'architecte Wynand Janssens[1].

La statue en bronze de Charles Rogier

Description[modifier | modifier le code]

Un lion du piédestal

Le monument est constitué d'une statue en bronze du ministre, dressée sur un socle en bronze de section rectangulaire porté par un piédestal de marbre brun à degrés[1].

Le socle en bronze porte sur deux de ses faces un hommage bilingue à Charles Rogier :

« À Charles Rogier
1800 - 1885
Hommage National »

« Nationale
Huldebetuiging
Aan karel Rogier
1800 - 1885 »

Le piédestal en marbre porte sur ses quatre faces un hommage en français aux réalisations de Rogier.

La face sud du piédestal, tournée vers la rue du Congrès, rend hommage à ses activités de journaliste et de révolutionnaire durant la période 1824 - 1831 :

« 1824 - 1830
Défense des Libertés Publiques
1830 - 1831
Gouvernement Provisoire
Congès National »

La face ouest évoque la période 1832 - 1834, où il fut ministre de l'Intérieur, et la période 1840 - 1841, où il fut ministre des Travaux publics :

« 1832 - 1834
Création du Service de l'Hygiène Publique
Le premier Réseau Continental de Chemins de Fer
1840 - 1841
Réformes dans l'Enseignement, les Concours
Encouragements à l'Art et à la Littérature »

Sur la face ouest est gravé un hommage à ses réalisations en tant que premier ministre, poste qu'il occupa à deux reprises :

« 1847 - 1852
Les Misères des Flandres Soulagées
Réformes Administratives, Politiques et Économiques
1857 - 1861
Réformes dans le Service de la Voirie Vicinale
L'Enseignement Agricole »

La dernière face du piédestal (la face arrière) met l'accent sur les progrès qu'il engrangea en matière de liberté commerciale dans le cadre du portefeuille de ministre des Affaires étrangères qu'il cumula avec le poste de premier ministre, ainsi que sur la fin de sa carrière politique, consacrée au Parlement :

« 1861 - 1868
Développement de la liberté commerciale
Traité avec l'Angleterre, la Suisse, l'Espagne
Le Zollverein, l'Italie, les Pays-Bas, les États-Unis
Affranchissement de l'Escaut
1868 - 1885
Travaux Parlementaires
Présidence de la Chambre des Représentants »

Autres monuments à Charles Rogier[modifier | modifier le code]

Un autre monument important rendant hommage à Charles Rogier existe à Liège, la ville où il a grandi.

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Métro de Bruxelles
Ce site est desservi par la station de métro : Madou.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le Patrimoine monumental de la Belgique, Bruxelles, Volume 1B, Pentagone E-M, Pierre Mardaga éditeur, 1993, p.325