Monument Barrès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Monument Barrès
Monument Barrès (2017).jpg
Le monument Barrès.
Présentation
Type
Destination initiale
Monument commémoratif
Architecte
Construction
1927
Hauteur
22 mètres
Statut patrimonial
Recensé à l'inventaire généralVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de Lorraine
voir sur la carte de Lorraine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Meurthe-et-Moselle
voir sur la carte de Meurthe-et-Moselle
Red pog.svg

Le monument Barrès est un monument situé sur le signal de Vaudémont, au sommet de la colline de Sion. Il a été inauguré en 1928 en l'honneur de l'écrivain Maurice Barrès, originaire de la colline de Sion, qu'il avait célébrée dans son roman La Colline inspirée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après la mort de Barrès fin 1923, une souscription publique a été lancée en 1924 par un comité dont le président d'honneur est le maréchal Lyautey, et le secrétaire général le prince Charles-Louis de Beauvau-Craon[1].

En , Le Figaro a publié un article de Robert de Flers intitulé « Pour un monument national à Maurice Barrès »[2]. En , La Revue hebdomadaire a publié un article de François le Grix avec le même titre[3]. En , François Coty a publié dans Le Figaro une série d'articles rédigés par des femmes et des hommes de lettres en faveur de l'érection de ce monument[4] :

Les travaux ont débuté en 1927 et l'inauguration a eu lieu le 23 septembre 1928. La cérémonie a ressemblé environ 15 000 personnes[10]. À cette occasion ont été prononcés des discours par[11],[12] :

Cette cérémonie a donné lieu à une gravure d'Émile Friant représentant Poincaré, légendée « À Sion-Vaudémont, inauguration du monument Barrès 1928. M. le Président Raymond Poincaré écoutant un discours »[16] et portant la dédicace « Très respectueux hommage de E. Friant à Monsieur le Président Raymond Poincaré »[17]. Sont également présents Alexandre Millerand, autre ancien président de la République, ainsi que les directeurs des journaux Le Matin, L'Écho de Paris, Le Gaulois, Le Temps[18].

Le , quelques jours après la cérémonie d'inauguration, Paul Souday, qui était membre du comité d'honneur pour l'érection du monument[19], a écrit un texte intitulé « Autour du monument Barrès » dans sa rubrique « Les Livres » du Temps[20].

André Kertész a fait une photographie du monument[21] parue dans Vu en [22].

Auteurs[modifier | modifier le code]

Le monument est l'œuvre du paysagiste Achille Duchêne, un ami de Barrès[23], avec des sculptures de René Grandcolas ; il a été érigé par l'entreprise France-Lanord et Bichaton[24].

Description[modifier | modifier le code]

D'une hauteur de vingt-deux mètres[25], c'est une reproduction presque à l'identique de la lanterne des morts de Fenioux. Le choix de ce motif résulte d'une proposition des frères Jérôme et Jean Tharaud, membres du comité d'honneur pour l'érection du monument[19]. L'Illustration du note cependant que Duchêne a aminci la silhouette de l'édifice par rapport à la lanterne des morts de Fenioux[26].

Sur les différentes faces de son socle sont gravées des phrases extraites de l'œuvre de Barrès[27],[11] :

Vaudémont - Monument Barrès -5.jpg La Colline inspirée :

« L'horizon qui cerne cette plaine c'est celui qui cerne toute vie. Il donne une place d'honneur à notre soif d'infini en même temps qu'il nous rappelle nos limites. »

Vaudémont - Monument Barrès -8.jpg Le Mystère en pleine lumière :

« Honneur à ceux qui demeurent dans la tombe les gardiens et les régulateurs de la Cité. »

Vaudémont - Monument Barrès -7.jpg Les Amitiés françaises :

« Au pays de la Moselle je me connais comme un geste du Terroir, comme un instant de son éternité, comme l'un des secrets que notre race, à chaque saison, laisse émerger en fleur, et si j'éprouve assez d'amour, c'est moi qui deviendrai son cœur. »

Divers[modifier | modifier le code]

C'est pour l'IGN un site géodésique du réseau de détail français[28].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-François Thull, « La colline de Sion-Vaudémont dans l'imaginaire lorrain », Annales de l'Est, no 2 « Sion, une colline d'histoire »,‎ , p. 167.
  2. Robert de Flers, « Pour un monument national à Maurice Barrès », Le Figaro, no 150,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  3. François le Grix, « Chroniques et documents : Pour un monument national à Maurice Barrès », La Revue hebdomadaire, vol. 33, no 6,‎ , p. 86–90 (lire en ligne).
  4. « Pour le monument de Maurice Barrès », Chronique des lettres françaises, vol. 5, no 25,‎ janvier-février 1927, p. 66 (lire en ligne).
  5. Paul Bourget, « À la mémoire d'une grande figure française : Pour le monument de Maurice Barrès », Le Figaro, no 353,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  6. Gérard d'Houville, « À la mémoire d'une grande figure française : Pour le monument de Maurice Barrès », Le Figaro, no 354,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  7. Henry Bordeaux, « À la mémoire d'une grande figure française : Pour le monument de Maurice Barrès », Le Figaro, no 356,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  8. Jérôme Tharaud et Jean Tharaud, « À la mémoire d'une grande figure française : Pour le monument de Maurice Barrès », Le Figaro, no 357,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  9. Anna de Noailles, « À la mémoire d'une grande figure française : Pour le monument de Maurice Barrès », Le Figaro, no 358,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  10. Charles Sadoul, « Inauguration du monument à Maurice Barrès », Le Pays lorrain, no 10,‎ , p. 519–521 (lire en ligne).
  11. a et b « À la mémoire de Maurice Barrès : Inauguration du monument de la colline de Sion », Journal des débats politiques et littéraires,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  12. Inauguration du monument élevé à la mémoire de Maurice Barrès, à Sion-Vaudémont, le dimanche 23 septembre 1928 (discours de MM. le maréchal Lyautey, Paul Bourget, Charles Moureu, Raymond Poincaré), Paris, Institut de France, Académie française, coll. « Institut » (no 17), , 42 p. (notice BnF no FRBNF31127737).
  13. Inauguration du monument élevé à la mémoire de Maurice Barrès, à Sion-Vaudémont : Discours de Paul Bourget, sur le site de l'Académie française.
  14. Inauguration du monument élevé à la mémoire de Maurice Barrès, à Sion-Vaudémont : Discours de Raymond Poincaré, sur le site de l'Académie française.
  15. Inauguration du monument élevé à la mémoire de Maurice Barrès, à Sion-Vaudémont : Discours du maréchal Lyautey, sur le site de l'Académie française.
  16. Jean Lanher et Noëlle Cazin, Centre de recherche régionale universitaire (Université Nancy-II), Raymond Poincaré : Un homme d'État lorrain, 1860-1934 (16e Journées d'études meusiennes, Sampigny-Bar-le-Duc, 15-16 octobre 1989), Bar-le-Duc, Société des lettres, sciences et arts de Bar-le-Duc, , 139 p. (ISBN 2-907708-01-5) : la gravure est en couverture de l'ouvrage.
  17. Jacques Lethève et René Rancœur (préf. Julien Cain), Maurice Barrès, 1862-1923 (exposition à la Bibliothèque nationale, Paris, décembre 1962-février 1963), Paris, Bibliothèque nationale, , p. 86 [lire en ligne].
  18. Surdel 2006, p. 204.
  19. a et b Michel Leymarie, Preuve par deux : Jérôme et Jean Tharaud, Paris, CNRS Éditions, , 399 p. (ISBN 978-2-271-07024-1).
  20. Paul Souday, « Autour du monument Barrès », Le Temps,‎ , p. 2 (lire en ligne), repris dans Les Livres du Temps, vol. 3, Paris, Émile-Paul frères, , 298 p. (lire en ligne), p. 188–197.
  21. Notice no AP72L001741, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  22. Émile Henriot, « Paysages barrésiens », Vu, no 28,‎ , p. 630–631 (lire en ligne).
  23. Maurice Barrès et Philippe Barrès (éditeur scientifique), Mes cahiers, vol. 10 : Janvier 1913 - Juin 1914, Plon, coll. « La Palatine », , p. 433.
  24. Simone Collin et Jacques Guillaume, « Monument commémoratif de Maurice Barrès », pour l'Inventaire général du patrimoine culturel, 1990, dans la base Mérimée, ministère de la Culture, notice no IA54001270.
  25. Alsace, Lorraine, Vosges, Paris, Michelin, coll. « Guide de tourisme » (no 3), , 3e éd., 219 p. (ISBN 2-06-003724-7), p. 54.
  26. Surdel 2006, p. 204.
  27. « À la mémoire de Maurice Barrès », Chronique des lettres françaises, vol. 6, no 36,‎ novembre-décembre 1928, p. 727 (lire en ligne).
  28. Site no 5455201 : Vaudémont I, IGN.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain-Julien Surdel, « De Pierrepont à Sion : Le thème de la Lanterne des morts dans la commémoration lorraine après 1918 », Annales de l'Est, no 2 « Sion, une colline d'histoire »,‎ , p. 189–208

Articles connexes[modifier | modifier le code]