Montre de plongée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


Une montre de plongée est une montre conçue pour la plongée sous-marine qui a comme caractéristique d'avoir une étanchéité supérieure à dix atm, l'équivalent de 100 mètres de colonne d'eau, ainsi qu'une couronne mobile permettant la mesure relative du temps de la plongée.

La montre de plongée typique a une étanchéité étalonnée pour une pression de 200 ou 300 mètres, bien que la technique actuelle permette la construction de montres de plongée qui peuvent aller à une profondeur bien plus grande[1] avec un record à 12'000 mètres théoriques pour la Rolex Deepsea Challenge (elle est en réalité descendu à 10'908 dans la fosse des Mariannes)[2].

Les montres de plongée peuvent actuellement être conformes à la norme ISO 6425 qui définit les caractéristiques des montres qui conviennent à la plongée avec un appareillage respiratoire sous-marin à des profondeurs de 100 mètres ou davantage. Ces montres portent la mention DIVER'S pour les distinguer des montres qui ne conviendraient pas à la plongée avec bouteilles.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire des efforts pour utiliser les montres sous l'eau et pour fabriquer des montres qui soient étanches remonte peut-être au XVIIe siècle, notamment pour les besoins de la navigation. Au XIXe siècle, les montres résistantes à l'eau et à la poussière étaient généralement des exemplaires uniques créées spécialement pour un client particulier et décrites comme des « montres d'explorateurs ». Au début du XXe siècle, de telles montres était produites industriellement pour le marché militaire et la distribution commerciale. Comme leurs prédécesseurs, les montres du début du XXe siècle étaient développées afin de répondre aux besoins de plusieurs groupes différents mais liés : les explorateurs, les marins et les plongeurs professionnels.

En 1927, Rolex présente son premier boitier de montre étanche, pour montrer son efficacité il équipe la nageuse Mercedes Gleitze pour sa traversée de la Manche.

Omega SA commercialise en 1932 l'Omega Marine. Après une série d'essais conduits par le Laboratoire d'Horlogerie de Neuchâtel en mai 1937, la montre fut certifiée capable de supporter une pression 13,5 atmosphères, soit 135 mètres, sans aucune prise d'eau[3].

En 1932, l'horloger Mido commercialise la 'Multifort Aquadura, première montre étanche, anti-choc et automatique.

En 1952, Blancpain produit la Fifty Fathoms conçue sur les conseils de Bob Maloubier, fondateur des nageurs de combat français, et destinée aux dotations de la Marine nationale.

L'horloger genevois Jean Richard sa dépose en 1958 un brevet pour une lunette tournante interne et fonde la filiale et marque Aquastar qui crée en 1962 la montre Benthos 500 équipée de joints toriques permettant une résistance à une pression de 500 mètres, puis la Deep star, chronographe automatique de plongée qui équipe en 1963, pour le commandant Jacques-Yves Cousteau, les plongeurs de l'expérience Precontinent II et III; sa lunette interne permet pas moins de cinq calculs (la durée totale de plongée, la cadence de remontée, le temps de décompression, la désaturation en azote et même la majoration de durée du palier en cas de plongées successives. La même année Yema sort le première montre de série étanche à 300 m, la Superman. En 1971 Oméga fabriquera la Seamaster 1000 pour l'équipe de Cousteau.

En 1961, Vulcain fabrique un modèle de montre de plongée, la Nautical, équipée d'un réveil aquatique avec une sonnerie audible sous l'eau, permettant à son porteur de savoir quand il doit remonter en surface[4].

Seiko sort en 1965 sa première montre de plongée étanche à 150 mètres, et en 1967 sa Professional 300 étanche à 300 mètres, modèle 6215. En 1975, la firme nippone utilisera pour la première fois du titanium pour sa montre de plongée 6159, elle propose une montre de plongée étanche à 600 mètrs et les premiers bracelets en caoutchouc à soufflet pour compenser la pression de la combinaison.

En 1998, fin des montres mécaniques en dotation de la Marine nationale française qui équipe ses plongeurs de combats avec la Casio DW-9000.

Le fabricant Sinn présente en 2006 la première montre à étanchéité absolue, la Sinn X, montre en équipression dont le boitier rempli de silicone peut résister à toutes les profondeurs connues. En 2008 il présente la U-1000 avec poussoir fonctionnel, étanche à 1000 mètres.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]