Montmotier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montmotier
Montmotier
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Blason département fr Vosges.svg Vosges
Arrondissement Épinal
Intercommunalité Communauté d'agglomération d'Épinal
Maire
Mandat
Jean-Pierre Poirot
2020-2026
Code postal 88240
Code commune 88311
Démographie
Gentilé Montmoteniennes, Montmoteniens
Population
municipale
41 hab. (2018 en diminution de 18 % par rapport à 2013)
Densité 9,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 58′ 27″ nord, 6° 10′ 37″ est
Altitude Min. 247 m
Max. 309 m
Superficie 4,24 km2
Élections
Départementales Canton du Val-d'Ajol
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Montmotier
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Montmotier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montmotier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montmotier

Montmotier est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation dans le département.
Situation géographique de Montmotier.

Montmotier est située aux confins des départements des Vosges et de Haute-Saône appartenant respectivement aux régions Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté.

Le village est traversé par la route départementale D 437.

À l'est se trouve la commune de Fontenoy-le-Château et à l'ouest la commune d'Ambievillers.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[1] :

  • La rivière le Côney et le canal des Vosges le bordent au sud ;
  • Le ruisseau de La Fresse en patois ;
  • le ruisseau des Graibeusses, ruisseau des Écrevisses ;
  • sources mirolène, la forêt de la Fresse ;
  • forage des tuileries.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Montmotier doit son nom au terme dérivé du latin monasterium qui désignait un établissement religieux. Au gré des cartes et des actes on trouve les orthographes suivantes : Monmostier, Montmoustier, Momoustier. En patois le lieu se dit Montmoteil'[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Montmotier se confond avec celle de Fontenoy-le-Château, les habitants de Montmotier étant de la paroisse de l'église Saint-Mansuy de Fontenoy-le-Château.

L'abbé Constant Olivier dans son ouvrage[3] Histoire de Fontenoy-le-Château écrit « Faisons cependant mémoire d'une chapelle très ancienne déjà détruite en 1705 et dédiée à sainte Anne »[4],[5].

Dans le même ouvrage, il est fait mention de la découverte de quatre sarcophages trapézoïdaux datant du haut Moyen Âge exhumés lors de travaux de forage pour alimenter la grande fontaine de Montmotier.

Entre 1508 et 1704, Montmotier fait longtemps partie des Terres de surséance convoitées par la Lorraine et la Franche-Comté. « Qu'en 1501 les terres controversées ou dont la souveraineté se trouvait contestée par les deux princes étaient les vaux de Longchamp et de Ramonchamp et du Val d'Ajol, Fontenoy le Chastel[6], petite ville située sur un ruisseau qui tombe dans la Saône au-dessous de Jonvelle... Le village et la forge de Montmoustier, village du Mesnil[7], village appelé Fontenoy-la-Ville[8], différent de Fontenoy le Chastel, village de Tremoussey[9]... et le village de la Coste lès Fontenoy le Chastel... »[10]

Au début du XVIIIe siècle les conférences au sujet des Terres de surséance reprennent. Ce sont les traités de Besançon de 1703 et 1704 qui attribuent à la Lorraine Fontenoy-le-Château, Le Magny, Fontenois-la-Ville, Trémonzey et Montmotier.

« Montmotier n'est qualifié que de hameau en 1782, il y avait des forges avec lesquelles il formait une communauté à part[11] ».

Commune essentiellement rurale, Montmotier avait jadis une petite fabrique de couverts au lieu-dit la Renardière, implantée sur le site plus ancien d'une forge, d'où le lieu tire son nom Renardière, lieu où l'on affinait le fer. Grâce à un feu à haute température attisé par un soufflet, on faisait fondre de petits morceaux de minerai de fer. Le produit obtenu contenait des scories appelé renard ou loupe. En 1845, cette fabrique de couverts appartenait à Messieurs Groscolas et Maillot. Elle produisait, avec ses vingt-huit ouvriers, deux cent trente quatre mille couverts par an[11]. Dans un ouvrage de 1863, la seule production citée est la cuillère en fer battu[12].

C'est en avril 1821 que la commune de Montmotier est distraite de l'arrondissement de Mirecourt pour être rattachée à celui d'Épinal[13].

La mairie-école de Montmotier a été édifiée en 1840, l'école est ouverte aux enfants des deux sexes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[14] :

  • total des produits de fonctionnement : 40 000 €, soit 734 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 39 000 €, soit 730 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 6 000 €, soit 111 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 5 000 €, soit 96 € par habitant ;
  • endettement : 42 000 €, soit 784 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 12,40 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 19,51 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 31,53 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1988 ? Jean Poirson    
mars 2001 En cours
(au 18 février 2015)
Jean-Pierre Poirot    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[16].

En 2018, la commune comptait 41 habitants[Note 1], en diminution de 18 % par rapport à 2013 (Vosges : −2,43 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
199135135122168191186190174
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
169183165157140123120133142
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
13413911411711491837081
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018 -
4952625954554841-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le lavoir des Charrières, édifié au XIXe siècle, en demi-couronne est un des plus originaux du pays de la Vôge[19].
  • Le calvaire au centre du village.
  • La place du village change de nom tous les ans ... grâce à une promotion originale. L'association ADVP [20] organise un concours permanent à destination des visiteurs et touristes. Le premier prix de ce concours est de donner le nom du gagnant à la place du centre pendant un an[21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Baptiste Théodore Didelot[22].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cours d'eau à Montmotier ou à son aval (rivière, ruisseau, canal...).
  2. Orthographe non fixée.
  3. Histoire de Fontenoy-le-Château p. 424, C. Olivier, Annales de la société d'émulation des Vosges, 1894.
  4. Le plan de cette chapelle apparait sur un plan de 1738 conservé aux archives départementales de Meurthe-et-Moselle.
  5. Dictionnaire topographique de la France.
  6. Fontenoy-le-Château.
  7. Le Magny (Vosges).
  8. Fontenois-la-Ville
  9. Trémonzey.
  10. Premier mémoire de Monsieur de Vaubourg, Intendant de la Franche-Comté, Bibliothèque Nationale.
  11. a et b H.Lepage et C.Charton, Le département des Vosges, ed. Pfeiffer, 1845.
  12. Dictionnaire géographique, topographique, statistique et postal de la France, M. A. Peigné, ed.Cosse, 1863.
  13. Collection complète des lois..., J.B Duvergier, éd. Guyot et Scribe, 1838.
  14. Les comptes de la commune « Copie archivée » (version du 23 mars 2015 sur l'Internet Archive)
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. Le lavoir des Charrières et le lavoir au lieu-dit "La Renardière".
  20. Objet de l'association : développement touristique, valorisation du patrimoine de la commune de Montmotier.
  21. Pour la troisième année consécutive, la place du village a changé de nom !.
  22. « Biographie de Jean Baptiste Théodore Didelot », sur ÉcriVOSGES (consulté le 5 mai 2018).