Montjoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Montjoire
Montjoire
Blason de Montjoire
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Pechbonnieu
Intercommunalité Communauté de communes des Coteaux du Girou
Maire
Mandat
Alain Baillès
2014-2020
Code postal 31380
Code commune 31383
Démographie
Gentilé Montjoviens
Population
municipale
1 298 hab. (2015 en augmentation de 8,08 % par rapport à 2010)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 46′ 16″ nord, 1° 32′ 03″ est
Altitude Min. 114 m
Max. 235 m
Superficie 20,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Montjoire

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Montjoire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montjoire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montjoire
Liens
Site web http://www.mairie-montjoire.fr/

Montjoire est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Montjoviens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située à 25 km au nord-est de Toulouse en Pays Tolosan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Montjoire est limitrophe de cinq autres communes.

Carte de la commune de Montjoire et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Montjoire[1]
La Magdelaine-sur-Tarn Bessières
Vacquiers Montjoire[1] Paulhac
Villariès Bazus

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 2 029 hectares ; son altitude varie de 114 à 235 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Une ligne du réseau Arc-en-Ciel de Haute-Garonne permet de rejoindre Toulouse et les communes voisines :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Montjoire viendrait du latin Monte Jovis, qui signifie Mont de Jupiter, Montjoire accueillant à cette époque un temple en l’honneur de Jupiter.

Histoire[modifier | modifier le code]

À son apogée (début du XIIIe siècle), Montjoire comptait environ 1 200 âmes. Mais, comme beaucoup de paroisses occitanes, le village connut de nombreux drames qui firent fortement fluctuer sa population.

De par sa situation (colline dégagée permettant une vue à 360° sur la vallée du Tarn et les départements de la Haute-Garonne, du Tarn, de Tarn-et-Garonne, de l’Aude et même de l’Ariège), Montjoire a de tout temps servi de place forte. Au moment de l’invasion de la Gaule par les Romains, ceux-ci y placèrent quelques soldats en garnison, qui firent les premiers travaux permettant de renforcer les lieux et qui servirent de base au fort de Montjoire.

Aux environs de l’an 1200, Montjoire était constitué du village, regroupé autour de l’église située au lieu dit actuel du Montjoire-Vieux, de quelques hameaux bien peuplés aux alentours, et de la place forte située sur le point le plus élevé de la commune, à l’endroit désormais appelé « Place du Fort ».

Lors de la croisade contre les Albigeois, le village fut victime des armées de Simon de Montfort qui revenaient du siège victorieux de Lavaur. Le village fut pillé et entièrement détruit, et les habitants qui étaient restés au village furent tous tués. La population de la paroisse passa alors de 1 200 à environ 300 habitants, qui choisirent, pour plus de sécurité, de se regrouper autour du fort. Le lieu dit Montjoire Vieux fut totalement abandonné tandis que le nouveau village prenait place autour de la Place du Fort, endroit qu’il occupe encore de nos jours.

Montjoire ne se releva jamais de cet événement, d’autant plus qu’elle eut à subir par la suite l’Inquisition, la Guerre de Cent Ans qui fit rage en Aquitaine-Guyenne-Gascogne et les guerres de religions qui divisèrent profondément le Sud de la France.

Cet épisode tragique de son histoire a laissé de nombreuses traces dans la toponymie.

  • Le lieu-dit les Convertigues était le lieu où l’Inquisition réunissait les nouveaux convertis
  • Le lieu-dit les Condoms était en revanche le lieu où l’Inquisition réunissait les fidèles à la foi cathare (les condamnés)
  • Enfin, la côte du Cramantino tient son nom du lieu où l’on brûlait les hérétiques.

Aujourd’hui Montjoire est situé dans la zone péri-urbaine de Toulouse et voit sa population augmenter d’année en année. Toutefois, la politique actuelle de la municipalité est de conserver cette atmosphère villageoise qui fait le charme de la commune et de maîtriser fortement la construction.

Récemment le village a été menacé de devoir accueillir le deuxième aéroport toulousain quasiment au pied de son clocher. Cet emplacement semble désormais abandonnée au profit du nord de l’Ariège.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Montjoire

Son blasonnement est : D'or à la billette de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[3],[4].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la deuxième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes des Coteaux du Girou et du canton de Pechbonnieu (avant le redécoupage départemental de 2014, Montjoire faisait partie de l'ex-canton de Montastruc-la-Conseillère).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 en cours Alain Baillès    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2015, la commune comptait 1 298 habitants[Note 1], en augmentation de 8,08 % par rapport à 2010 (Haute-Garonne : +7,35 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8101 104839868938912815837836
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
817818827790746770835657658
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
612627608496514518511516511
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
5225306338439181 0181 1241 1391 249
2015 - - - - - - - -
1 298--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 482 378 408 321 377 326 324 329
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture basée sur la culture de céréales (maïs, blé…) a encore une place importante mais tend à diminuer en faveur de zones résidentielles liées à la proximité de l'agglomération toulousaine puisque Gémil se trouve dans son aire urbaine.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Montjoire fait partie de l'académie de Toulouse.

La commune possède deux écoles regroupées en un établissement : une école primaire, et une école maternelle.

Culture[modifier | modifier le code]

L'association culturelle de Montjoire[13] qui organise des événements culturels comme théâtre, danse, arts de la rue, cirque, marionnette, audiovisuels et numériques, concerts de musiques...

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Montjoire possède une équipe de football alliancé avec La Magdelaine-sur-Tarn et Bessières, un club de tennis pratique aussi à Montjoire, ainsi qu'un club de cyclisme nommé La Roue Carrée.

Nouveaux lieux et projets notables[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes des Coteaux du Girou[14], (SITROM), et du syndicat de traitement DECOSET.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Saturnin.
  • La vieille chapelle.
  • La place du Fort et sa vue panoramique.
  • Les bois de Montjoire vieux.
  • La statue du Christ crucifié (place du fort), la statue de la Vierge Marie, la statue de Jeanne d'Arc.
  • La bergerie.
  • Le vidalot.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Un personnage éminent de la Commune est apparu avant les dernières élections municipales de 2014 : Le Canard de Montjoire[15] !

Un journal satirique d'abord papier, puis devenu numérique aujourd'hui. Seul site d'information communal jusqu'à aujourd'hui.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031383.html.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  10. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. http://associationculturellemontjoire.blogspot.fr/
  14. http://www.cc-coteaux-du-girou.fr/vie-quotidienne/les-ordures-menageres
  15. Le Canard de Montjoire